Regina Spektor : Je suis Juive à cause de l’antisémitisme
Rechercher
'L’étoffe’ de sa vie

Regina Spektor : Je suis Juive à cause de l’antisémitisme

La chanteuse pop raconte avoir affronté la persécution en tant que Juive dans la Russie soviétique tandis que les Juifs américains la raillaient parce que Russe

Regina Spektor en visite au studio SiriusXM, le 7 octobre 2016 à  New York City. (Créfit :  Robin Marchant/Getty Images via JTA)
Regina Spektor en visite au studio SiriusXM, le 7 octobre 2016 à New York City. (Créfit : Robin Marchant/Getty Images via JTA)

JTA – La musique pop au piano de Regina Spektor est souvent qualifiée de “pétillante” ou de “décalée -et de toute une gamme d’adjectifs plus positifs encore.

Aucun fan ne pourrait pas imaginer qu’elle a vécu, pendant des années, au travers d’un antisémitisme intense.

Dans une interview accordée au Guardian et publiée dimanche, la chanteuse et compositrice juive et russe évoque l’antisémitisme qu’elle a affronté alors qu’elle était petite fille en Russie, pays où les Juifs n’ont pas été autorisés à pratiquer leur religion ou leurs coutumes pendant des décennies sous gouvernance soviétique.

Elle explique que ce type de persécution a amené les Juifs russes à se rapprocher les uns des autres.

“La seule raison pour laquelle je suis Juive, c’est probablement l’antisémitisme. Réfléchissez à la Russie soviétique – la religion était illégale. Alors n’y avait pas de Judaïsme culturel, pas de traditions. La seule chose qui faisait que des Juifs épousent d’autres Juifs, c’est qu’ils ne voulaient pas être appelés ‘kikes.’ Ils savaient qu’ils n’entendraient pas de la bouche de la personne qu’ils avaient épousé le mot ‘zhid’ à l’occasion d’une première dispute conjugale. Alors c’est la seule raison pour laquelle un grand nombre d’entre nous existons », explique Spektor.

La chanteuse et compositrice Regina Spektor est restée proche de ses racines juives après être devenue une personnalité populaire.   (Crédit : Shervin Lainez/JTA)
La chanteuse et compositrice Regina Spektor est restée proche de ses racines juives après être devenue une personnalité populaire. (Crédit : Shervin Lainez/JTA)

Elle déclare s’être sentie harcelée en raison de son judaïsme même après que sa famille ait déménagé aux Etats-Unis alors qu’elle avait environ 9 ans – à la fin des années 1980, alors que les Juifs avaient enfin été autorisés à quitter le pays.

La famille Spektor s’était installée à New York avec l’aide de l’HIAS, l’agence d’immigration juive, et Regina avait suivi les cours de la SAR Academy, un externat juif situé à Riverdale.

“[A]u lieu d’être la fille juive dans une école russe, je suis devenue une jeune russe dans une école juive”, raconte Spektor.

« J’avais autour de moi des adolescents idiots qui me disaient de retourner dans mon p… de pays. Qui me disaient qu’on prenait leurs emplois. Cela m’a tellement énervée, je répondais genre ‘Vous feriez mieux de croire que je vais prendre votre boulot, effectivement. Je vais prendre votre boulot, et trois autres aussi’. »

Elle ajoute, dans son entretien accordé au Guardian, que son frère, juif orthodoxe arborant un chapeau noir, est encore la cible de harcèlement antisémite.

« Des gens se jettent sur lui en hurlant ‘Shalom,’ ce genre de choses. Mais je vois de l’antisémitisme partout. Il est fabriqué au cœur même de l’étoffe de notre vie », dit-elle.

Spektor est devenue célèbre au milieu des années 2000 après avoir fait des tournées aux côtés de groupes comme The Strokes, the Kings of Leon et Keane. Toutefois, elle est probablement dorénavant davantage connue pour avoir écrit “You’ve Got Time,” la chanson de la série télévisée “Orange is the New Black.”

Elle a fait des concerts lors d’un certain nombre d’événements juifs, depuis une performance offerte au National Mall en commémoration du 60e anniversaire de la fondation d’Israël en 2008 à une réception donnée à la Maison Blanche pour célébrer le mois du patrimoine juif américain en 2010.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...