Rentrée scolaire : Dépistage, encore du dépistage et toujours du dépistage
Rechercher

Rentrée scolaire : Dépistage, encore du dépistage et toujours du dépistage

Le plan israélien prévoit qu'un élève dont un camarade de classe sera positif à la COVID-19 pourra rester à l'école s'il reste négatif, chaque jour, pendant une semaine

Des personnels médicaux prélèvent des échantillons pour des tests à la cOVID-19 dans un centre de dépistage de type 'drive-in' à Rehovot, le 8 août 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Des personnels médicaux prélèvent des échantillons pour des tests à la cOVID-19 dans un centre de dépistage de type 'drive-in' à Rehovot, le 8 août 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a donné dimanche son approbation à un plan préparé par les ministères de l’Éducation, de la Santé et de la Défense et par le bureau du Premier ministre qui encadrera la réouverture des établissements scolaires dans l’ombre de l’épidémie actuelle de coronavirus.

Les points principaux de ce plan sont :

• Les 1,6 million d’enfants qui fréquentent les crèches ou les classes allant du CP à la 6e devront effectuer un test sérologique pour contrôler la présence d’anticorps à la COVID-19. Le dépistage commencera dans les secteurs ultra-orthodoxes où les écoles doivent rouvrir leurs portes dès lundi, avant d’être étendu au reste de la population. Le ministère de l’Éducation estime qu’environ 20 à 30 % des élèves pourraient avoir déjà guéri de la maladie et qu’ils pourront ainsi obtenir un Pass vert qui les exemptera de quatorzaine s’ils sont exposés à des porteurs confirmés de la maladie.

• Les familles de 1,9 million d’enfants fréquentant les crèches et jusqu’à la Troisième vont recevoir un kit de dépistage rapide au coronavirus chez elles, dans les 48 heures qui précèderont le début de l’année scolaire, et ils devront tester leurs enfants avant leur entrée en classe.

• Si un élève est testé positif à la COVID-19, il devra se placer en quatorzaine et la classe toute entière devra effectuer un test de dépistage. Ceux dont le test est positif se mettront eux aussi à l’isolement et ceux dont le test est négatif pourront rester en classe s’ils effectuent chaque jour un test dont le résultat est négatif pendant toute une semaine. Ceux qui refusent ce dépistage quotidien devront se mettre en quarantaine, comme c’est actuellement exigé.

• Les élèves des écoles des villes et villages catégorisés « orange » ou « rouge » dans le cadre du plan de signalisation mis en place par le gouvernement devront se faire dépister une fois par semaine.

Un employé du Magen David Adom montre un test rapide à la COVID-19 au siège du MDA à Jérusalem, le 8 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La station de radio Kan a fait savoir, dimanche soir, que Bennett avait présenté au cabinet un document établissant que si les initiatives actuellement prises pour contenir l’épidémie de coronavirus ne suffisaient pas, Israël pourrait imposer un confinement à la population pendant les Grandes fêtes du mois prochain.

Selon le document, des restrictions plus sévères « dont un confinement » pourraient être imposées à partir de Rosh HaShana qui commence le 6 septembre. De multiples ministres du cabinet se sont opposés à un plan de confinement.

Un jeune Israélien reçoit une injection de vaccin COVID-19, au lycée Amal dans la ville de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le17 mars 2021. (Crédit : Flash90)

De son côté, la cheffe du syndicat des enseignants israélien, Yaffa Ben-David, qui avait menacé d’une grève, la semaine dernière, si le plan devait être approuvé, a fait volte-face au cours d’une interview accordée dimanche à la Treizième chaîne.

« Nous n’appellerons pas à une grève dans le système de l’enseignement – nous réclamons simplement un cadre qui soit clair pour les parents et pour le personnel des écoles », a dit Ben-David. « Et pour pouvoir faire en sorte que cela fonctionne, nous avons besoin de personnel et nous n’en avons pas encore. »

Elle a ajouté que le plan qui a été approuvé laissait encore des questions sans réponse.

« Quand un enfant sera testé positif, qui ira avec les autres effectuer des tests quotidiens pendant une semaine ? », a-t-elle interrogé. « Manifestement, ce ne sont les enseignants qui feront cela ».

Dimanche, le Magen David Adom a ouvert 120 centres de dépistage rapide à la COVID-19 dans le pays, qui promettent de livrer des résultats en 15 minutes.

Dimanche soir, il y avait 30 111 cas actifs de coronavirus en Israël. 597 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 363 dans un état grave. 50 personnes sont placées sous respirateur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...