Responsable de l’AP : Abbas ne regrette pas d’avoir assisté aux obsèques de Peres
Rechercher

Responsable de l’AP : Abbas ne regrette pas d’avoir assisté aux obsèques de Peres

Selon lui, sa présence dit aux Israéliens qu’ils ont un partenaire pour la paix ; un responsable du Fatah refuse d’honorer un “sioniste trempé de notre sang”

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (au centre) pendant les obsèques de l'ancien président Shimon Peres au cimetière national du mont Herzl à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : AFP/Pool/Stephen Crowley)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (au centre) pendant les obsèques de l'ancien président Shimon Peres au cimetière national du mont Herzl à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : AFP/Pool/Stephen Crowley)

Un responsable de l’Autorité palestinienne (AP) a déclaré samedi que le président de l’AP Mahmoud Abbas n’avait « aucun regret » après sa décision d’assister aux funérailles de Shimon Peres à Jérusalem vendredi, malgré avoir été critiqué pour ce geste.

Le responsable anonyme a déclaré à la radio publique israélienne qu’Abbas lui-même avait pris la décision d’y assister en raison de son estime pour le neuvième président israélien, et pas à cause des pressions externes pour agir ainsi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lui a serré la main et brièvement parlé avant la cérémonie, le remerciant de sa venue.

Netanyahu n’a pas cité Abbas pendant son oraison funèbre de l’ancien président, qui est décédé mercredi à 93 ans, deux semaines après avoir souffert d’un accident vasculaire cérébral majeur. Le président américain Barack Obama l’a cependant fait, affirmant que la présence d’Abbas était un rappel de « l’affaire non résolue de la paix. »

Le responsable de l’AP a déclaré que les Palestiniens auraient attendu de Netanyahu qu’il apprécie le geste et ne l’ignore pas dans son oraison, étant donné sa nature exceptionnelle. Mais, a-t-il ajouté, ce sujet à part, la délégation palestinienne a reçu un accueil respectueux aux obsèques.

Il a déclaré que la présence du président de l’AP envoyait un message puissant à la population israélienne : il y a un partenaire palestinien qui recherche la paix, et Abbas est sérieux à ce sujet.

Abbas était assis au premier rang de la cérémonie des funérailles au cimetière national du mont Herzl, aux côtés de Netanyahu, Obama, du président Reuven Rivlin et du prince Charles de Galles. Il était entouré du président du Conseil européen Donald Tusk et du président hongrois Viktor Orban.

Le parti d’Abbas, le Fatah, a soutenu son acte, déclarant que c’était un « message de paix » dont le but était de montrer au monde que les Palestiniens sont un peuple qui aime la paix.

Mais Tawfik Tirawi, membre du Comité central du Fatah et ancien officier des renseignements palestiniens a exprimé son opposition à la présence d’Abbas aux funérailles, a annoncé samedi la radio militaire.

« S’ils m’avaient demandé, j’aurais clairement dit que je suis contre la participation par principe, puisque c’était les funérailles d’un sioniste qui était trempé des pieds à la tête du sang de notre nation palestinienne et d’autres peuples arabes », a déclaré Tirawi.

Il a déclaré que Peres était l’architecte du programme nucléaire d’Israël, qui a été conçu selon lui pour dissuader tout projet de retour vers la patrie pour la libérer de l’occupation.

Le président Reuven Rivlin et son épouse Nechama avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant les funérailles d'état du défunt 9e président Shimon Peres, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin et son épouse Nechama avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant les funérailles d’état du défunt 9e président Shimon Peres, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Samedi, l’AP a arrêté un autre responsable palestinien un jour après l’avoir suspendu pour avoir critiqué la présence d’Abbas.

Osama Mansour, qui est l’attaché de liaison militaire avec Israël, a posté des remarques sur Facebook dans lesquelles il fustigeait le président de l’AP pour avoir assisté aux obsèques à Jérusalem.

« Il n’y a pas de relations personnelles ou d’amitié avec l’occupant, tant qu’il continuera sa politique de harcèlement contre notre peuple », a écrit Mansour selon Ynet.

Mansour avait confirmé sa suspension, déclarant qu’il n’avait « pas eu l’intention d’agir de manière honteuse », a annoncé le site d’informations israélien Walla. Il a ajouté qu’il était « engagé envers les décisions de notre direction en ma capacité d’officier discipliné. »

La participation d’Abbas a également été critiquée par le rival du Fatah, le groupe terroriste islamiste du Hamas. Le groupe, qui dirige la bande de Gaza après avoir évincé le Fatah dans un violent coup d’Etat en 2007, a déclaré que la présence d’Abbas ne tenait pas compte du sang du peuple palestinien.

Après des années sans se voir, Netanyahu et Abbas se sont serrés la main et ont brièvement discuté aux obsèques.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant les funérailles d'état du défunt 9e président Shimon Peres, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant les funérailles d’état du défunt 9e président Shimon Peres, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

« Ça fait longtemps, longtemps », a dit Abbas à Netanyahu et à son épouse Sara en anglais. Après avoir serré la main du négociateur palestinien Saeb Erekat, Netanyahu a remercié les deux responsables palestiniens d’être venus aux funérailles, disant que « c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup, au nom de notre peuple, et en notre nom. »

Dans une vidéo publiée sur YouTube, Sara Netanyahu peut être entendue dire à Abbas qu’elle est « très heureuse » qu’il soit venu aux obsèques. « J’attends avec impatience de vous recevoir à la maison, a-t-elle dit. Merci d’être venu. »

La présence d’Abbas avait été approuvée par les autorités israéliennes la veille des obsèques, et lui et la délégation palestinienne sont venus au cimetière en voiture depuis Ramallah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...