Retour sur les discours à la Knesset de Netanyahu, Gantz et Lapid
Rechercher

Retour sur les discours à la Knesset de Netanyahu, Gantz et Lapid

Il y a plus de gens dans le nouveau gouvernement d'urgence que de patients sous respirateurs en Israël, a dit Lapid ; Netanyahu appelle à l'annexion de pans de Cisjordanie

De gauche à droite : Benny Gantz, Benjamin Netanyahu, Yair Lapid. (Crédit : Hadas Parush, Noam Revkin Fenton, Hadas Parush/ Flash90)
De gauche à droite : Benny Gantz, Benjamin Netanyahu, Yair Lapid. (Crédit : Hadas Parush, Noam Revkin Fenton, Hadas Parush/ Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a ouvert dimanche la cérémonie de prestation de serment du 35e gouvernement israélien, a déclaré qu’un gouvernement d’union n’était pas seulement la seule option, mais que c’était ce pour quoi la population avait voté.

« Le public veut un gouvernement d’unité, et c’est ce qu’il obtiendra », a déclaré Netanyahu à la Knesset devant le Parlement réuni pour un vote de confiance sur le gouvernement d’union avec Benny Gantz, expliquant que les quatrièmes élections coûteraient plus cher au pays que le nouveau gouvernement, qui devrait être le plus important de l’histoire d’Israël avec 34 ministres.

Le gouvernement a été confirmé dans le vote à la Knesset, avec 73 votes (soit 12 de plus que le seuil de la majorité) en faveur et 46 contre.

« Je suis sûr que nous travaillerons pour le bien du peuple », a déclaré le Premier ministre.

Expliquant que lui et le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, ont décidé de mettre leurs différences de côté pour le bien du pays, il a ajouté : « Nous avons choisi de servir le peuple ensemble ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présentant le 35e gouvernement d’Israël à la Knesset, le 17 mai 2020. (Crédit : Knesset/Adina Veldman)

Les députés de l’opposition ont interrompu à de nombreuses reprises le discours du Premier ministre et plusieurs députés ont reçu de multiples avertissements.

« Corruption, escroquerie et abus de confiance », a été entendu comme un refrain énumérant les charges retenues contre Netanyahu, pour lesquelles il sera jugé la semaine prochaine.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

« Les nouveaux membres de la Knesset ont l’illusion que se confronter à moi les aidera à long-terme. D’après mon expérience, je peux dire que cela ne fonctionne pas », a rétorqué Netanyahu.

« Il est temps » d’annexer des pans de la Cisjordanie, a également déclaré Netanyahu.

« Voici la vérité : ces territoires sont là où est le peuple juif est né et s’est développé. Il est temps d’appliquer la loi israélienne et d’écrire un nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme », a déclaré M. Netanyahu. Netanyahu a ajouté que le nouveau gouvernement combattra les tentatives de la Cour pénale internationale (CPI) de poursuivre Israël pour « avoir construit une école maternelle à Gilo [le quartier de Jérusalem] et des maisons à Shilo [implantation] ».

« Quelle hypocrisie », a-t-il fulminé, ajoutant que la loi israélienne devrait être étendue à la Cisjordanie, affirmant qu’une telle mesure permettrait de se rapprocher de la paix.

Le député de la Liste arabe unie Yousef Jabareen assiste à une réunion de la commission à la Knesset, le 13 décembre 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’y aura pas de paix avec l’occupation et l’apartheid », a interrompu le député Yousef Jabareen de la Liste arabe unie avant d’être expulsé de la plénière après avoir reçu trois avertissements.

Netanyahu a poursuivi en louant le soutien apporté par les États-Unis à cette initiative, mais il a ajouté qu’Israël ne devait compter que sur lui-même pour se défendre.

Gantz a ensuite déclaré que Netanyahu avait fait le bon choix en coopérant avec lui et en fixant une date pour leur rotation aux commandes, le 17 novembre 2021.

« Après 11 ans à la tête de l’Etat, vous avez accepté la décision des électeurs qui ont dit vouloir l’unité », a déclaré Gantz, s’adressant à Netanyahu. « C’était une décision courageuse et importante. »

S’adressant à ses anciens alliés de Kakhol lavan, Yair Lapid et Moshe Yaalon, qui ont refusé de rejoindre le gouvernement avec lui, il leur a dit : « Vous savez que je voulais que vous soyez avec moi ».

« J’entends vos attaques, mais je vous respecte quand même. Je suis attristé qu’au moment de vérité, le partenariat n’ait pas pu être maintenu », a-t-il dit, interrompu à plusieurs reprises par les cris du député Mickey Levy de Yesh Atid, qui a été expulsé de l’assemblée plénière.

M. Gantz s’est dit ouvert au dialogue, y compris avec les membres de l’opposition.

Et, dans une référence apparente aux tentatives de Netanyahu et de ses fidèles de pousser des réformes dans le système judiciaire, Gantz a annoncé qu’en tant que Premier ministre d’alternance et Premier ministre, il « soutiendra l’État de droit en Israël ».

Le dirigeant de Kakhol lavan Benny Gantz présentant le 35e gouvernement d’Israël à la Knesset, le 17 mai 2020. (Knesset/Adina Veldman)

Le président de Yesh Atid-Telem et leader présumé de l’opposition Yair Lapid a attaqué de son côté le nouveau gouvernement dans son discours à la Knesset suite aux interventions de Benjamin Netanyahu et Benny Gantz.

« Aujourd’hui, ce bâtiment a perdu la confiance des citoyens israéliens. Les gens détestent les politiciens, ils détestent la politique. Ils ne croient pas que la politique représente des valeurs. Ils ne croient certainement pas qu’elle est pertinente pour leur vie. Ils ont raison. La politique prend leur argent et ne leur donne rien en retour. Il n’y a aucun lien entre la politique et la vie réelle des gens », a déclaré M. Lapid.

En critiquant la taille du gouvernement, le plus grand de l’histoire d’Israël, Lapid a déclaré : « Le coronavirus est une excuse pour un parti corrompu aux dépens du contribuable ».

Après tous les discours creux sur un « gouvernement d’urgence », le gouvernement qui est formé aujourd’hui est le plus grand et le plus coûteux de l’histoire du pays. 36 ministres, 16 vice-ministres. Vous appelez ça un gouvernement d’urgence ? 52 bureaux. Il y a moins de 50 patients atteints de coronavirus sous respirateur en Israël [48]; nous avons plus de ministres et de vice-ministres que de patients sous respirateur. Nous pourrions mettre un ministre ou un vice-ministre à côté de chaque lit et il nous en resterait deux », s’est-il moqué.

Lapid a déclaré que « les Israéliens méritent mieux ».

Il a assuré que l’opposition « sera là pour leur rappeler que cela peut être différent ». Il y a une alternative, une direction différente. Pas un leadership qui ne se préoccupe que de ses propres emplois et de ses propres sièges. Un leadership qui s’engage à respecter des valeurs, à mener le changement que nous voulons. Aimer le judaïsme mais lutter contre la coercition religieuse. S’opposer au racisme. Pour lutter contre la corruption. Pour protéger notre démocratie contre ceux qui cherchent à la détruire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...