Rivlin demande à Abbas de condamner les attaques de cerfs-volants de Gaza
Rechercher

Rivlin demande à Abbas de condamner les attaques de cerfs-volants de Gaza

Le Président a souhaité également au leader de l'AP un bon Ramadan et une bonne convalescence après son hospitalisation

Le Président Reuven Rivlin s'exprime lors de la cérémonie commémorative annuelle pour les victimes de la tragique affaire Altalena, à Tel Aviv, le 30 mai 2018. (Marc Israel Sellem/POOL)
Le Président Reuven Rivlin s'exprime lors de la cérémonie commémorative annuelle pour les victimes de la tragique affaire Altalena, à Tel Aviv, le 30 mai 2018. (Marc Israel Sellem/POOL)

Le président Reuven Rivlin a appelé Mahmoud Abbas de l’Autorité palestinienne lundi et lui a demandé de condamner les incendies criminels perpétrés par voie aérienne à la frontière de Gaza et les tentatives de franchissement de la frontière israélienne.

« Le terrorisme venant de Gaza est un problème pour les deux camps et nous devrions entendre votre voix sur cette question », a déclaré M. Rivlin, selon les médias israéliens. « Nous devons trouver comment mettre fin aux incendies criminels et aux infiltrations à la frontière. »

Le président a également souhaité à Abbas un bon Ramadan et un prompt rétablissement après son hospitalisation le mois dernier.

L’agence de presse officielle de l’AP Wafa n’a rendu compte que de la dernière partie de la conversation.

Abbas a été admis le 20 mai à l’hôpital arabe Istishari près de Ramallah en Cisjordanie avec des complications à la suite d’une opération de l’oreille, avec une forte fièvre.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, flanqué de ses deux fils Yasser (à gauche) et Tarek (à droite), fait une courte déclaration avant de quitter un hôpital près de Ramallah en Cisjordanie le 28 mai 2018. (AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)

Les autorités ont par la suite confirmé qu’il était traité pour une pneumonie.

Les incendies causés par des cerfs-volants et des ballons d’hélium équipés de dispositifs incendiaires ou attachés à des chiffons en feu et lancés par-dessus la frontière sont devenus des événements presque quotidiens pour les résidents du sud d’Israël depuis le début de la « Marche du retour » le long de la frontière à la fin du mois de mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...