Rivlin demande au Prince Charles d’intervenir dans l’affaire Alta Fixsler
Rechercher

Rivlin demande au Prince Charles d’intervenir dans l’affaire Alta Fixsler

Le président a demandé à l'héritier du trône d'intercéder en faveur de la petite fille malade, afin qu'elle puisse être emmenée en Israël pour y être soignée

Le Président Reuven Rivlin et le Prince Charles de Grande-Bretagne à la Résidence du Président à Jérusalem, le 23 janvier 2020 (Crédit : Mark Neyman/GPO)
Le Président Reuven Rivlin et le Prince Charles de Grande-Bretagne à la Résidence du Président à Jérusalem, le 23 janvier 2020 (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Le président Reuven Rivlin a envoyé mercredi une lettre au prince Charles d’Angleterre pour lui demander d’intervenir dans le cas d’une petite fille gravement malade et hospitalisée au Royaume-Uni.

Alta Fixsler, 2 ans, est actuellement traitée en soins palliatifs à Manchester, en Angleterre, car elle ne peut ni respirer ni manger sans aide médicale en raison de lésions cérébrales subies à la naissance. Ses parents ont mené une bataille juridique pour la transférer en Israël afin qu’elle y soit soignée.

Dans la lettre envoyée au Prince Charles, Rivlin a demandé son intervention « sur une question d’importance humanitaire grave et urgente ».

« Les parents de la fillette, qui sont des Juifs pratiquants et des citoyens israéliens, souhaitent ardemment que leur fille soit amenée en Israël », écrit Rivlin. « Leurs croyances religieuses s’opposent directement à l’arrêt d’un traitement médical qui pourrait prolonger sa vie et ils ont pris des dispositions pour son transfert en toute sécurité et la poursuite de son traitement en Israël. »

Rivlin a déclaré qu’il avait connaissance d’autres appels israéliens sur la question, « mais je pense que les circonstances uniques justifient une intervention personnelle de ma part auprès de vous. Ce serait une tragédie si les souhaits de ces parents ne pouvaient être satisfaits d’une manière qui respecte à la fois la loi et leurs croyances religieuses. »

A la fin du mois dernier, la Haute-cour britannique a estimé qu’il était dans « l’intérêt supérieur » de l’enfant de stopper les traitements qui permettent son maintien en vie dans la mesure où il n’y a pour elle « aucune perspective de guérison ».

En début de semaine, le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a lancé un appel à son homologue britannique, le ministre de la Santé Matt Hancock, lui demandant d’autoriser le transfert de Fixsler en Israël et d’empêcher que les dispositifs lui permettant de rester en vie soient retirés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...