Rome ouvre ses catacombes juives au public
Rechercher

Rome ouvre ses catacombes juives au public

Accessible jusqu'au 5 mai, l’ancien site d'enfouissement des notables juifs italiens se compose de vastes tunnels souterrains

Une inscription sur une catacombe juive à Rome. (Crédit photo : Wikimedia commons)
Une inscription sur une catacombe juive à Rome. (Crédit photo : Wikimedia commons)

La ville de Rome ouvrira les catacombes juives au public, dimanche. C’est une première en plus d’une décennie.

L’ancien site d’enfouissement à Vigna Randanini sera accessible pour des visites destinées au grand public jusqu’au 5 mai.

Le complexe, trouvé sous un ancien vignoble en 1859, se compose d’un labyrinthe de tunnels qui couvrent près de 18 500 mètres carrés à une profondeur de 5 à 16 mètres sous la surface.

Le site remonterait à la période entre le deuxième siècle et le troisième siècle et aurait pu être utilisé jusqu’au cinquième siècle.

Contrairement aux catacombes chrétiennes, qui sont au nombre de 40 et qui attirent des milliers de visiteurs par an, les catacombes juives pouvaient être visitées par des particuliers autorisés à l’avance.

Les visiteurs des catacombes, qui se trouvent à l’extérieur des murs qui encerclent la Rome antique, seront en mesure de voir des inscriptions en hébreu, en latin et en grec qui indiquent des liens familiaux, le statut et le domaine de travail, selon le Catholic Register (hebdomadaire américain).

« Alors que les catacombes ont été pillées au cours des siècles, les visiteurs peuvent encore voir de nombreuses fresques et tablettes colorées avec des représentations des candélabres juifs traditionnels », expliquait le reportage.

« ’Les box’ ou les tombes des murs de la famille sont couverts de jouvencelles dansant, d’oiseaux, de vignes et d’hommages floraux, et il y a aussi des poches de kokhim, un type de chambres funéraires juives », ajoute-t-il.

C’est l’une des multiples initiatives lancées par le ministre de la Culture italien, Dario Franceschini, pour célébrer l’année du Jubilé de la Miséricorde du pape François.

La conseillère culturelle de la communauté juive de Rome, Giorgia Calo, a salué l’initiative, en disant que les Juifs « ont toujours fait partie de l’histoire de la capitale ».

Dans une interview à The Catholic Register, Calo a déclaré : « Nous avons essayé de créer un itinéraire approprié pour aider les gens à comprendre à quel point le peuple juif a fait partie de Rome ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...