Rechercher

Rubio vante l’engagement bipartisan contre l’antisémitisme et pour défendre Israël

Le sénateur de Floride indique que le budget devra s’assurer que le département de la Justice et de la Sécurité intérieure “ont les ressources” pour protéger la communauté juive

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Marco Rubio, sénateur républicain de Floride, devant le sommet national annuel de l'Anti-Defamation League à l'hôtel Mayflower de Washington, D.C., le 9 mai 2017. (Crédit : capture d'écran)
Marco Rubio, sénateur républicain de Floride, devant le sommet national annuel de l'Anti-Defamation League à l'hôtel Mayflower de Washington, D.C., le 9 mai 2017. (Crédit : capture d'écran)

WASHINGTON – Le sénateur de Floride Marco Rubio a voulu rassurer le public présent mardi au sommet annuel de l’Anti-Defamation League (ADL) sur l’engagement bipartisan du Congrès américain pour lutter contre l’antisémitisme et défendre Israël aux Nations unies et devant d’autres forums internationaux.

L’ancien candidat républicain à la présidence a passé la plupart de son discours à l’hôtel Mayflower de Washington à lister les résolutions du Sénat et les lettres envoyées ces derniers mois qui traitent de la récente hausse des attaques antisémites dans le monde.

« Comme vous pouvez le voir, la nouvelle est bonne, dans un certain sens : il y a un engagement bipartisan fort, a-t-il dit. Chacune des mesures que je viens de vous lire est bipartisane, inclut la direction des deux partis, et, dans de nombreux cas, jouit du soutien unanime de nos membres. »

Depuis janvier, près de 150 menaces à la bombe ont touché des centres communautaires, des écoles juives et d’autres institutions, entraînant l’évacuation de dizaines de centres communautaires et poussant certains parents à en retirer leurs enfants.

L’auteur de la plupart de ces menaces serait en fait un adolescent israélo-américain d’Ashkelon, qui a été accusé de milliers de menaces à la bombe proférées ces deux dernières années.

Un adolescent israélo-américain, au centre, soupçonné d'avoir passé des centaines d'appels menaçants contre des institutions juives, devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 30 mars 2017. (Crédit : Flash90)
Un adolescent israélo-américain, au centre, soupçonné d’avoir passé des centaines d’appels menaçants contre des institutions juives, devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 30 mars 2017. (Crédit : Flash90)

Rubio a cité une lettre qu’il a signée, à l’instar de l’ensemble des sénateurs américains, qui appelait le secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly, le ministre de la Justice, Jeff Sessions, et le directeur du FBI, James Comey [qui a été renvoyé mardi], à prendre plus de mesures contre les menaces à la bombe contre les institutions juives.

« Le fait, d’ailleurs, que chaque membre du Sénat ait rejoint cet effort, je pense que c’est une preuve que ce sujet ne doit pas, ne devrait pas, et n’a jamais été dans l’histoire, un sujet partisan », a déclaré Rubio.

Le député de Floride a ajouté que, pendant les discussions sur le futur budget, il serait une priorité de garantir que des agences fédérales comme le département de la Justice ont « les ressources pour aider les centres communautaires juifs, montrer leur sécurité physique, et dissuader les menaces, et ont la capacité de travailler avec les forces de l’ordre locales pour enquêter et poursuivre ces lâches anonymes qui propagent la peur et l’anxiété, impactant souvent les vies de jeunes enfants. »

Rubio, 45 ans, a ensuite cité les incidents antisémites qui ont eu lieu ces derniers mois, notamment le cas d’un élève juif de Géorgie qui a reçu un mot d’un autre élève avec une croix gammée et les mots « Hitler a rendu service au monde. »

« La menace de l’antisémitisme reste vivante, a-t-il dit, et le monde a déjà été témoin il y a moins d’un siècle du prix horrible à payer quand elle n’est pas contestée, peu importe où elle commence ou de qui elle vient. »

Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio lors de son discours devant la Coalition juive républicaine au Ronald Reagan Building, à Washington, D.C., le 3 décembre 2015. (Crédit :  Alex Wong/Getty Images/AFP)
Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio lors de son discours devant la Coalition juive républicaine au Ronald Reagan Building, à Washington, D.C., le 3 décembre 2015. (Crédit : Alex Wong/Getty Images/AFP)

Rubio, fils d’immigrants cubains, a également souligné la position bipartisane du Sénat sur le traitement d’Israël aux Nations unies.

« Les Etats-Unis ne peuvent pas rester sans rien faire et permettre à la seule démocratie du Moyen Orient, l’un de nos alliés les plus forts sur la planète, d’être discriminé ou tenu à des normes différentes que n’importe quel autre état membre des Nations unies », a-t-il dit.

Il a cité une lettre signée par les 100 sénateurs américains le mois dernier et adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, demandant la fin du parti-pris « inacceptable » de l’institution mondiale contre Israël.

Rubio a également déclaré que la résolution adoptée la semaine dernière par l’UNESCO, qui affirme qu’Israël n’a pas de droit à être souverain à Jérusalem, était « honteuse ».

« Ces jours, comme vous devez probablement bien le savoir, il est difficile de trouver beaucoup de sujets sur lequel chacun peut être d’accord dans cette ville, mais le seul sujet sur lequel vous trouverez une voix unie sur la colline du Capitole est la nécessite d’éliminer le comportement discriminant Israël dans les organisations internationales », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...