Russie : le tribunal reporte l’audience pour que N. Issachar puisse y participer
Rechercher

Russie : le tribunal reporte l’audience pour que N. Issachar puisse y participer

Le juge a accepté la requête déposée par les avocats de l'Israélo-américaine, condamnée à sept ans de prison, pour qu'elle puisse être présente à son procès en appel

Naama Issachar est détenue à Moscou ou dans ses environs depuis avril 2019. (Naama Issachar/Instagram via JTA)
Naama Issachar est détenue à Moscou ou dans ses environs depuis avril 2019. (Naama Issachar/Instagram via JTA)

Jeudi, un tribunal russe a repoussé la première audience du procès en appel d’une voyageuse israélo-américaine qui a été condamnée à une peine de sept ans et demi de prison pour trafic de drogue. Le tribunal a statué qu’elle devrait être autorisée à être présente lors de l’audience.

Détenue en Russie depuis avril, Naama Issachar a été arrêtée en possession d’une petite quantité de cannabis qui a été retrouvée dans son bagage lors d’une escale à Moscou.

L’appel a commencé comme prévu, mais l’accusée n’a pas pu se rendre au tribunal et n’a été autorisée qu’à participer à l’audience par visio-conférence. Ses avocats ont demandé que l’audience soit décalée pour que la jeune femme de 26 ans puisse y participer en personne.

Le juge a accepté de reporter l’audience à la semaine prochaine.

Naama Issachar a été condamnée en octobre à sept ans et demi de prison pour trafic de drogue après que les autorités ont découvert en avril neuf grammes de cannabis dans son bagage avant qu’elle n’embarque pour son vol de correspondance dans le cadre de son voyage retour entre l’Inde et Israël. Elle n’avait pas prévu d’enter en Russie durant son escale.

La quantité reste dans la limite autorisée en Israël pour l’usage personnel. En général pour ce type de cas de figure, la sanction est assez légère en Russie. Les Israéliens affirment que cette condamnation très sévère cachait des motivations politiques.

Vadim Klyuvgant, son avocat russe, a déclaré que la condamnation était « pleine d’erreurs » et que sa cliente est « retenue en otage », a rapporté Ynet. Son équipe de défense prévoit de baser sa stratégie sur le fait qu’elle ne prévoyait pas d’entrer en Russie et qu’elle n’avait aucune intention de commettre un crime dans le pays.

Sa mère Yaffa et sa sœur Liat Goldberg étaient présentes au tribunal moscovite pour participer à l’audience.

« Il est important que Naama soit présente la prochaine fois parce qu’elle a de l’énergie, a déclaré sa mère aux médias après l’audience écourtée. « Elle peut convaincre les gens, et ils verront de quel type de personne il s’agit. C’est difficile de voir à travers un écran, et les traductions sont mauvaises ».

Avant l’audience, elle a dit que sa fille était préoccupée de ne pas pouvoir entendre l’interprète du tribunal ou que le système de visioconférence ne fonctionne pas.

En plus de l’appel contre sa condamnation, la famille d’Issachar espère aussi que des démarches diplomatiques permettront sa libération rapide.

« La question que l’on se pose tout le temps est de savoir s’il y aura une intervention politique », a déclaré sa mère au site d’information Walla avant l’audience.

Elle a dit qu’elle était au courant des contacts entre des officiels israéliens et russes sur le sujet, mais n’a pas reçu d’informations précises.

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a discuté du cas de l’Israélo-américaine avec le président russe Vladimir Poutine quand les deux hommes ont abordé des questions sécuritaires au Moyen-Orient. Poutine doit se rendre en Israël en janvier.

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une réunion au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

L’appel téléphonique était le deuxième en trois semaines entre les deux dirigeants destiné à demander la grâce de Naama Issachar.

La conversation a eu lieu le même jour où le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz a rencontré son homologue russe Sergei Lavrov à Rome, où il a également évoqué le cas de la touriste.

Moscou a déclaré que Vladimir Poutine allait étudier la demande.

La Russie avait essayé d’échanger la détenue contre le pirate informatique russe Aleksey Burkov, mais ses propositions ont été refusées par des officiels israéliens qui craignaient de créer un précédent.

Israël a extradé Aleksey Burkov vers les États-Unis, où il est recherché pour des faits d’escroquerie aux cartes de crédit. Il aurait volé des millions de dollars à des clients américains.

Naama Issachar et sa mère Yaffa dans une photo publiée sur Instagram, au mois de juillet 2018.

En novembre, Yaffa Issachar a demandé à Poutine de gracier sa fille dans une lettre remise par l’intermédiaire du Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, Theopile III.

Elle y demandait « avec la douleur d’une mère de gracier ma fille et de la laisser rentrer auprès de sa famille », selon le quotidien Maariv.

Poutine devrait se joindre au président français Emmanuel Macron en janvier lors d’un événement destiné à marquer Yom HaShoah à Jérusalem, dans ce qui devrait être le plus grand rassemblement de l’histoire pour la lutte contre l’antisémitisme. L’Élysée a affirmé au Times of Israël ce jeudi n’avoir aucune information sur une visite du président.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...