Naama Issachar, graciée par Poutine, a été libérée de prison
Rechercher

Naama Issachar, graciée par Poutine, a été libérée de prison

Cette mesure est prise le jour où Netanyahu est en visite à Moscou pour rencontrer Poutine et lui présenter le plan Trump censé résoudre le conflit israélo-palestinien

L'Israélo-américaine Naama Issachar, emprisonnée pour trafic de drogue, assiste à son audience en appel au tribunal régional de Moscou, le 19 décembre 2019. (Crédit : Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)
L'Israélo-américaine Naama Issachar, emprisonnée pour trafic de drogue, assiste à son audience en appel au tribunal régional de Moscou, le 19 décembre 2019. (Crédit : Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)

L’Israélo-Américaine Naama Issachar, emprisonnée en Russie pour « trafic de drogue » et graciée par le président Vladimir Poutine, a été libérée de la prison moscovite où elle était détenue, ont annoncé les services pénitentiaires russes.

« En accord avec le décret de grâce du président russe, Naama Issachar a été libérée du centre de détention », ont-ils indiqué dans un communiqué transmis à l’AFP.

Cette mesure est prise le jour où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est en visite à Moscou pour rencontrer M. Poutine et lui présenter le plan du président américain Donald Trump censé résoudre le conflit israélo-palestinien.

« C’est un rêve devenu réalité », a réagi auprès des médias israéliens la mère de la jeune femme, Yaffa Issachar, présente à Moscou. Elle a « remercié tout le monde » et dit « attendre de la voir ».

Yaffa Issachar s’adresse aux journalistes depuis l’aéroport Ben Gurion le 19 janvier 2020. (Captru d’écran Twitter)

Le sort de Naama Issachar avait suscité une vague de sympathie en Israël où Netanyahu, en campagne pour les législatives du 2 mars, s’était engagé à tout faire pour obtenir sa libération.

Naama Issachar avait été arrêtée en avril dernier au cours de son transit à l’aéroport Cheremetyevo de Moscou lors d’un vol entre l’Inde et Israël avec correspondance dans la capitale russe. Neuf grammes de cannabis avaient été retrouvés dans son bagage enregistré.

En décembre, lors de son procès en appel, Naama Issachar avait clamé son innocence, dénonçant « l’absurdité » des accusations pesant contre elle. Le ministère israélien des Affaires étrangères avait lui dénoncé une condamnation « sévère et disproportionnée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...