Ruth Amossy analyse le narratif de la famille Tamimi
Rechercher

Ruth Amossy analyse le narratif de la famille Tamimi

Cette spécialiste de rhétorique note que depuis la médiatisation de l'ado de 17 ans, Tsahal a adapté sa communication et cherche à mettre en avant ses jeunes soldats

Mahmoud Abbas, à gauche, et Ahed Tamimi à Ramallah, le 29 juillet 2018 (Crédit WAFA)
Mahmoud Abbas, à gauche, et Ahed Tamimi à Ramallah, le 29 juillet 2018 (Crédit WAFA)

Responsable d’un programme de rhétorique à l’Université de Tel-Aviv, la professeure Ruth Amossy revient dans un long entretien accordé au Crif, sur Ahed Tamimi, devenue « un narratif porteur » depuis son arrestation, son jugement et sa libération, suite à son agression à mains nues d’un soldat israélien.

Pour la coordinatrice du groupe de recherche ADARR (Analyse du discours, argumentation, rhétorique) se faisant écho de nombreux observateurs israéliens, « ces éléments ne sont pas simplement là, sur place, ne demandant qu’à être montrés : ils sont aussi le résultat d’une mise en scène soigneusement élaborée, et d’un cadrage qui les fait signifier ».

Dans cette guerre de l’image, dont cette manche a été remportée de l’avis de tous par la famille Tamimi, l’armée tente de s’adapter en modulant son message sur les réseaux sociaux.

« Dans la mesure où l’image d’Israël a été dégradée par la vidéo virale qui présente les soldats comme des occupants armés jusqu’aux dents qu’on peut néanmoins défier sinon vaincre, explique Ruth Amossy, une riposte s’impose pour réparer cette image. Elle repose en grande partie sur le caractère stéréotypé et anonyme de la figure du soldat de Tsahal dans les médias en dehors d’Israël. Cette indifférenciation contribue au portrait standard d’un militaire oppresseur avec qui toute identification est impossible. »

Ainsi, « on peut noter que Tsahal communique essentiellement autour de ses soldats (et plutôt jeunes en l’occurrence), en postant des vidéos sur leur vie quotidienne de soldat mais aussi sur leurs passions, leurs attentes, leurs envies pour l’après-service militaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...