Second incendie criminel en une semaine dans une école arabo-juive à Neve Shalom
Rechercher

Second incendie criminel en une semaine dans une école arabo-juive à Neve Shalom

Les résidents de Neve Shalom pensent que les deux incidents sont des crimes de haine ; aucune blessure n'a été causée mais le bâtiment a été brûlé, la bibliothèque sauvée

Deux élèves apprenant l'informatique à l'école de Neve Shalom/Wahat al-Salam, le 31 mars 2008. Photo illustrative. (Miriam Alster/Flash90)
Deux élèves apprenant l'informatique à l'école de Neve Shalom/Wahat al-Salam, le 31 mars 2008. Photo illustrative. (Miriam Alster/Flash90)

Un incendie s’est déclaré dans la nuit de dimanche à dimanche dans une école de la communauté arabo-juive de Neve Shalom, près de Jérusalem. C’est le second incendie de ce type dans cette institution en une semaine.

Les résidents de Neve Shalom ont déclaré dans un communiqué qu’ils pensaient désormais que les deux incidents étaient des incendies criminels et des crimes de haine contre la communauté, a rapporté le journal de la Douzième chaîne.

La police a ouvert une enquête sur l’incident.

“Après une nuit difficile dans le village, il est maintenant clair pour nous que l’incendie qui a eu lieu il y a une semaine dans le bâtiment de l’Ecole de la paix était apparemment un crime de haine », selon le communiqué. “Aujourd’hui, il y a eu un autre incendie dans un autre bâtiment.”

La déclaration indique que la bibliothèque Fred Segal pour la paix et l’amitié a été sauvée de l’incendie, « qui aurait pu être beaucoup plus important et plus dangereux ».

Les photos postées sur les médias sociaux montraient des salles de classe et des meubles brûlés.

Les pompiers intervenus sur les lieux ont également suspecté un incendie criminel, a rapporté Kan. Selon Walla, des matériaux inflammables ont été trouvés sur le site.

Un résident non nommé dans le rapport a dit à Kan : « Nous avons peur que la haine gagne aussi nos maisons. »

Le député Youssef Jabareen (Liste arabe unie) a tweeté son soutien aux résidents de la communauté.

« Une vie commune est la réponse aux crimes de haine et d’incitation à la haine », a-t-il écrit. « Il n’y a rien qui effraie plus l’extrême droite que l’éducation bilingue et le concept de véritable égalité entre les Arabes et les Juifs. »

Jabareen a demandé à la police de traduire les coupables en justice.

Le député de la Liste arabe unifiée Youssef Jabareen s’entretient avec l’AFP lors d’une interview dans sa ville natale Umm al-Fahm, le 30 janvier 2020 (AHMAD GHARABLI / AFP)

La députée Meretz Tamar Zanberg a tweeté que Neve Shalom ne doit pas « être victime de haine et d’incitation à la haine ».

Zandberg a déclaré qu’elle demanderait au chef de la police en exercice les résultats de l’enquête.

La semaine dernière, un autre incendie a sérieusement endommagé l’école.

Les pompiers ont éteint l’incendie à 2 heures du matin mardi, a rapporté le journal local Bekitzur, et des inspecteurs de la police et des pompiers ont ouvert une enquête sur la source du feu.

Personne n’a été blessé dans l’incendie.

La députée Meretz Tamar Zandberg participe à une conférence du parti à Tel Aviv, le 14 janvier 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Neve Shalom a été fondée en 1969 par Bruno Hussar, un moine chrétien né juif en Egypte. La communauté visait à favoriser le dialogue entre Juifs et Arabes.

Quelques dizaines de familles juives et arabes vivent dans le village. Son école utilise à la fois l’arabe et l’hébreu comme langues d’enseignement.

Le village a connu des crimes de haine par le passé, notamment des graffitis et l’entaille de pneus en 2012. Il est situé dans une vallée sujette aux feux de brousse et ses habitants ont dû être évacués brièvement en novembre 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...