Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Selon plus de 550 rabbins, le plan Biden devrait englober la définition de l’IHRA

Une lettre a été envoyée à la Maison Blanche pour approuver les grandes lignes de la lutte contre l'antisémitisme qui protège certaines critiques à l'égard d'Israël

Le président américain Joe Biden arrivant pour une réunion bilatérale avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida, à Hiroshima, au Japon, le 18 mai 2023. (Crédit : Kiyoshi Ota/Pool Photo via AP)
Le président américain Joe Biden arrivant pour une réunion bilatérale avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida, à Hiroshima, au Japon, le 18 mai 2023. (Crédit : Kiyoshi Ota/Pool Photo via AP)

WASHINGTON (JTA) – Plus de 550 rabbins ont demandé vendredi que la future stratégie de l’administration Biden sur la lutte contre l’antisémitisme inclue une définition de la bigoterie anti-juive qui a fait l’objet d’un débat.

La lettre des rabbins approuvant la définition de l’IHRA a été envoyée alors que des groupes progressistes cherchent à dissuader l’administration Biden d’utiliser cette définition parce qu’ils pensent qu’elle étouffe les critiques légitimes à l’égard d’Israël. Les signataires de la lettre ne partagent pas ce point de vue.

« L’IHRA est d’une importance capitale pour aider à éduquer et à protéger nos fidèles face à cette montée de la haine », indique la lettre des rabbins, qui a été envoyée à la Maison Blanche par l’intermédiaire de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines. L’acronyme IHRA fait référence à la définition de l’antisémitisme élaborée en 2016 par l’International Holocaust Remembrance Alliance.

« Nous pensons qu’il est impératif que, dans sa stratégie nationale de lutte contre l’antisémitisme, l’administration adopte officiellement la définition de l’IHRA comme la définition officielle et unique utilisée par le gouvernement des États-Unis et qu’elle soit utilisée comme outil de formation et d’éducation, à l’instar des pays de l’Union européenne qui utilisent la définition dans leurs plans d’action », peut-on lire dans la lettre.

Le document de l’IHRA consiste en une définition de l’antisémitisme en deux phrases, suivie de 11 exemples d’antisémitisme. La plupart de ces exemples concernent des discours sur Israël que l’IHRA définit comme antisémites.

Les détracteurs d’Israël, et certains de ses partisans progressistes, estiment que deux de ces exemples sont si généraux qu’ils empêchent toute critique vigoureuse d’Israël : « appliquer deux poids deux mesures en exigeant d’Israël un comportement qui n’est pas attendu ou exigé d’une autre nation démocratique » et « nier au peuple juif son droit à l’autodétermination, en affirmant par exemple que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste ».

Les signataires de la lettre proviennent des trois principales confessions juives, bien que la liste des noms ne comprenne que peu de dirigeants de ces mouvements. Le mouvement réformé a déclaré que l’IHRA était un guide utile, mais s’est opposé à son utilisation dans la loi.

Le président américain Joe Biden saluant le rabbin Charlie Cytron-Walker lors d’une réception organisée à l’occasion de la fête de Hanoukka dans le Grand Foyer de la Maison Blanche, à Washington, le 19 décembre 2022. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)

Parmi les signataires figurent des rabbins connus pour être proches du président américain Joe Biden, notamment Michael Beals, un rabbin du Delaware qui a joué un rôle important dans la campagne pour le président en 2020, et le rabbin Charlie Cytron-Walker, le rabbin qui a protégé ses fidèles lors d’une prise d’otages dans une synagogue du Texas l’année dernière.

Peu après son investiture, un fonctionnaire de l’administration Biden a qualifié le document de l’IHRA d’outil « inestimable » et, un mois plus tard, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que l’administration « l’adopte avec enthousiasme ».

La définition de l’IHRA a été approuvée par les administrations précédentes des deux partis et, en 2019, l’ancien président Donald Trump a signé un décret ordonnant au ministère de l’Éducation de la prendre en compte lors de l’examen des plaintes en matière de droits civils concernant les Juifs.

Il a été adopté sous diverses formes par un éventail de gouvernements nationaux et locaux, d’universités, d’équipes sportives professionnelles et d’autres organismes.

Mais aujourd’hui, selon le média Jewish Insider, des groupes progressistes demandent à l’administration Biden de renoncer à inclure cette définition dans une stratégie de lutte contre l’antisémitisme qui sera bientôt publiée. Lors d’un événement organisé mardi dernier, Biden a déclaré que cette stratégie comporterait 100 recommandations pour agir. Des personnes au fait de la question ont affirmé qu’elle pourrait être publiée dès la semaine prochaine.

Un certain nombre de coalitions ont proposé des définitions alternatives qui contiennent des définitions plus limitées des cas où le discours anti-Israël est antisémite. La lettre des rabbins ne mentionne pas Israël, mais met en garde contre l’adoption d’une définition autre que celle de l’IHRA.

« Nous pensons que l’adoption d’une définition moins complète que celle de l’IHRA constituerait un pas en arrière pour cette administration et compliquerait considérablement notre travail sur le terrain », indique la lettre.

L’envoyée de la Maison Blanche pour l’antisémitisme, Deborah Lipstadt, au siège de l’ONU, à New York, le 9 février 2023. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Lors d’une réunion la semaine dernière avec des membres de la presse, Deborah Lipstadt, la principale responsable de la surveillance de l’antisémitisme de Joe Biden, qui est membre du groupe de travail sur l’antisémitisme de l’administration, n’a pas voulu dire si la définition de l’IHRA serait intégrée à la stratégie. Elle a déclaré qu’elle était « efficace » et qu’elle l’aidait dans son travail, mais elle a ajouté qu’elle « n’allait pas anticiper ce que la Maison Blanche allait dire ou ne pas dire ».

William Daroff, PDG de la Conférence des présidents, a déclaré que l’idée selon laquelle la définition de l’IHRA inhibe la critique d’Israël a été démentie par la « multitude de personnes qui critiquent la politique israélienne qui n’ont pas été muselées à cause de la définition de l’IHRA ».

Daroff a notamment évoqué les nombreuses critiques formulées à l’encontre du projet du gouvernement israélien d’affaiblir le pouvoir judiciaire, ce qui, selon les critiques, affaiblirait la démocratie israélienne et supprimerait un frein aux violations des droits de l’Homme.

« Un rapport complet sur l’antisémitisme pourrait ne pas être complet s’il ne définit pas l’antisémitisme », a déclaré Daroff à la Jewish Telegraphic Agency. « Il pourrait nuire aux efforts américains de lutte contre l’antisémitisme à l’étranger en affaiblissant l’importance évidente de la définition de l’IHRA. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.