Selon un témoin, le meurtrier d’Ari Fuld cherchait à cibler un Américain
Rechercher
La famille de Fuld lui rend hommage et ‘choisit la vie’

Selon un témoin, le meurtrier d’Ari Fuld cherchait à cibler un Américain

Une vendeuse a déclaré que le terroriste lui avait demandé à deux reprises si elle parlait anglais et qu’il est resté derrière Fuld durant une minute avant de le poignarder

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Ari Fuld, poignardé à mort par un terroriste palestinien aux abords d'un centre commercial de Cisjordanie le 16 septembre 2018. (Crédit : Facebook)
Ari Fuld, poignardé à mort par un terroriste palestinien aux abords d'un centre commercial de Cisjordanie le 16 septembre 2018. (Crédit : Facebook)

Une employée du restaurant de falafels, sauvée par Ari Fuld, alors grièvement blessé, a déclaré vendredi que le terroriste avait délibérément pris pour cible l’Américano-Israélien et avait à plusieurs reprises recherché une personne qui parlait anglais avant de mener son attaque au couteau.

Des images de la vidéosurveillance du centre commercial du carrefour du Gush Etzion ont montré Fuld – alors grièvement blessé et du sang lui coulant dans le dos – pourchassant et tirant sur son agresseur Khalil Jabarin, âgé de 17 ans.

Jabarin pourchassait sa prochaine cible, Hila Peretz, une femme qui travaille dans un restaurant de falafels, lorsque Fuld et un autre civil israélien ont ouvert le feu, empêchant le terroriste de poursuivre son attaque et le blessant légèrement.

Peretz, qui a servi à Jafarin un falafel peu de temps avant l’attaque, a déclaré au Times of Israël vendredi que Jabarin voulait viser un Américain. « Après être entré et commandé son falafel, il m’a demandé deux fois si je parlais anglais », a rappelé Peretz.

« Je lui ai dit ‘non’ et lui ai demandé ce qu’il voulait. »

Jabarin n’a pas répondu, mais la vendeuse de falafels était convaincue que ses questions visaient à déterminer sa première cible.

Hila Peretz, une vendeuse de falafels, a déclaré le 17 septembre 2018 qu’Ari Fuld lui avait sauvé la vie lors de l’attentat terroriste au carrefour de Gush Etzion la veille. (Capture d’écran : Dixième chaîne)

« Ce n’était pas comme s’il ne parlait pas hébreu et demandait à parler anglais pour pouvoir passer sa commande. Nous avons mené notre conversation en hébreu », a-t-elle expliqué.

« Il y avait d’autres personnes dans la zone qu’il aurait pu cibler en premier, mais il a choisi Ari », a-t-elle déclaré. « Il ne les a pas ciblés car il devait vouloir un Américain. »

Fuld, âgé de 43 ans et père de quatre enfants, vivait dans le Queens, à New York, avant d’émigrer en Israël.

Peretz a souligné que la séquence des caméras de vidéosurveillance montrait Jabarin s’arrêtant et attendant derrière Fuld pendant près d’une minute alors que l’homme saluait plusieurs passants.

כשהוא פצוע ומדמם: כך הציל ארי פולד עובדת בחנות מדקירת המחבל

כשהוא פצוע ומדמם: כך הציל ארי פולד עובדת בחנות מדקירת המחבל • לתיעוד המלא שהביאו Yossi Eli ושי שפיגלמן ולריאיון של Almaz Mangisto עם אלמנת הנרצח >> https://www.10.tv/news/172564

Posted by ‎חדשות 10‎ on Monday, 17 September 2018

Peretz a reconnu qu’elle ne savait pas avec certitude pourquoi Jabarin voulait viser un Américain. « Je ne sais pas vraiment ce qui se passe dans les villages arabes. Ils sont probablement tous en colère contre Trump, ou quelque chose comme ça », a-t-elle déclaré.

Les dirigeants palestiniens ont dénoncé l’administration Trump pour sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et pour y avoir déplacé son ambassade. Depuis que l’Autorité palestinienne a par la suite pris la décision de boycotter le gouvernement américain, celui-ci a pris un certain nombre de mesures, notamment en réduisant les aides à l’AP, à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens et aux hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est.

La Maison Blanche a indiqué que ces fonds resteraient bloqués jusqu’à ce que les Palestiniens reprennent le dialogue avec l’administration afin de négocier un accord de paix global israélo-palestinien.

Jeudi, les États-Unis ont justifié les réductions de financement pour les hôpitaux, notamment en signalant que l’Autorité palestinienne avait utilisé ces fonds pour payer des terroristes, comme elle prévoyait de le faire pour la famille du meurtrier de Fuld.

Khalil Jabarin, 17 ans, qui a mortellement poignardé l’Israélien Ari Fuld dans un attentat terroriste commis le 16 septembre 2018. (Capture d’écran /Twitter)

Heather Nauert, porte-parole du département d’État, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison à ce que les États-Unis financent les hôpitaux alors que l’AP soutient et finance les terroristes et leurs familles.

L’Autorité palestinienne, a-t-elle poursuivi, « a préféré investir de l’argent dans ces paiements aux familles de terroristes que régler ses dettes ».

Se remémorant l’attaque, Peretz a affirmé en début de semaine qu’elle avait vu Jabarin « saisir ce grand couteau qui brillait au soleil et l’avoir enfoncé dans [Ari] ».

Peretz a déclaré ensuite que Jabarin avait commencé à courir vers elle en brandissant le couteau. Elle s’est alors enfuie en criant « terroriste », explique-t-elle.

« Le terroriste était juste derrière moi », a-t-elle déclaré au journal de la Dixième chaîne. « J’ai commencé à courir dans les escaliers mais il a sauté pour essayer de se mettre devant moi. L’homme qui a été tué m’a vraiment sauvé la vie. »

« Il n’est pas seulement un héros. Il a donné sa vie pour moi », a-t-elle ajouté au sujet de Fuld.

La voie d’Ari

Dans un effort destiné à perpétuer « la voie d’Ari », la famille Fuld est revenue vendredi matin au carrefour du Gush Etzion où le père de quatre enfants, âgé de 45 ans, a été tué.

Après s’être recueillie sur la tombe de Fuld dans l’implantation d’Efrat en Cisjordanie, sa famille, ses amis et ses sympathisants se sont dirigés vers le centre commercial. Là, ils ont pris ensemble le petit déjeuner dans l’un des restaurants du complexe.

« Nous avons grandi et nous continuerons à grandir grâce à ce qui s’est passé, et nous choisirons la vie », a déclaré Yonah, le père de Fuld, dans une vidéo de l’événement.

« Nous avons acquis de grandes forces spirituelles grâce à la vie et à la mort d’Ari, et malgré notre douleur personnelle, nous sommes fiers de l’héroïsme d’Ari et de ses derniers actes. »

La famille et les amis d’Ari Fuld sur les lieux de son assassinat, le 21 septembre 2018, lors d’un petit-déjeuner commémoratif au carrefour de Gush Etzion. (Publié avec autorisation)

La fille de Fuld, Tamar, a déclaré que sa famille était très fière de retourner à l’endroit où Ari avait été tué.

« Papa aurait voulu montrer au monde que cette fierté continue à faire partie de nous », a-t-elle déclaré.

Jabarin, qui est soigné dans un hôpital de Jérusalem, a été déclaré lundi comme légèrement blessé suite aux tirs de Fuld et du deuxième civil israélien.

Fuld avait été transporté au centre médical de Shaare Zedek mais a été déclaré mort peu après.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...