Israël en guerre - Jour 282

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sergent-chef Benyamin Belay, 20 ans : Un soldat dévoué à ses parents

Tué en combattant les terroristes du Hamas qui envahissaient l'avant-poste de Kissufim le 7 octobre

Le sergent-chef Benyamin Belay. (Crédit : Tsahal)
Le sergent-chef Benyamin Belay. (Crédit : Tsahal)

Le sergent-chef Benyamin « Beny » Belay, 20 ans, chauffeur dans la brigade sud de la Division Gaza, originaire de Rehovot, a été tué le 7 octobre alors qu’il combattait les terroristes du Hamas à l’avant-poste de Tsahal à Kissufim.

Les survivants ont indiqué que 19 soldats de la base s’étaient entassés dans l’abri anti-bombes lorsque les tirs de roquettes ont commencé, mais que, n’ayant pas imaginé une invasion de la base par le Hamas, seuls cinq d’entre eux étaient armés. Plusieurs soldats ont été tués dans la fusillade qui a suivi, dont Benyamin et plusieurs de ses camarades.

Sa sœur, Oshrat, a confié à un site d’information local qu’il l’avait appelée tôt ce matin-là pour lui dire que le Hamas avait infiltré la base, « et qu’ils entraient dans l’abri anti-bombes, où il se trouvait avec son ami. C’est la dernière conversation que j’ai eue avec lui ».

Sa famille n’a appris son sort que cinq jours plus tard, lorsque l’armée l’a informée qu’il avait été assassiné.

Benyamin a été enterré le 13 octobre à Rehovot. Il laisse derrière lui ses parents, Woizero et Fanta, ses frères et sœurs Mazal, Oshrat, Maayan et Avior, ainsi que sa petite amie, Keren Bitao.

Ses amis et sa famille l’ont décrit comme un homme travailleur et dévoué à sa famille, et ont raconté que, lors de ses permissions, il travaillait dans une boulangerie locale. Il avait prévu d’emmener sa petite amie à Prague pour son anniversaire et rêvait d’avoir un jour sa propre entreprise.

Sur une page commémorative sur Instagram, ses proches ont écrit le jour de son 21e anniversaire : « Tu nous manques à chaque instant, tu resteras à jamais dans nos mémoires. »

« Tu étais un véritable ami, courageux, tu as tout donné pour le pays et son peuple », poursuit la publication. « Nous sommes fiers d’avoir eu la chance de te connaître, toutes les expériences que nous avons partagées sont gravées dans nos cœurs. »

Dans un message publié 100 jours après la mort de Beny, Keren, sa petite amie, a expliqué qu’elle luttait seule contre son chagrin, car « d’habitude, c’était ton travail ; quand je traversais une période difficile, je t’appelais et tu trouvais toujours un moyen de me rendre heureuse ».

« Alors la nuit, je te parle, je sais que tu m’entends et parfois j’imagine même que tu me réponds », a-t-elle poursuivi, notant leurs échanges imaginaires. « Tu m’as dit que tu ne me laisserais jamais seule, c’est pourquoi je ne doute pas un instant que je ne suis pas seule et que tu es avec moi à chaque instant de la journée, que tu m’écoutes et que tu me regardes. »

Keren a écrit qu’elle connaissait Beny depuis environ huit ans, qu’ils avaient été amis pendant environ trois ans et qu’ils étaient en couple depuis environ un an et demi, « et cela me semblait être la plus belle chose au monde, nous étions les meilleurs amis du monde et ensuite nous sommes devenus amants. C’est l’histoire que nous aurions dû pouvoir raconter à chacun des cinq enfants que nous voulions avoir ».

Elle a ajouté que lorsqu’elle « lui a demandé quel était ton plus grand rêve et que tu as répondu que c’était de prendre soin de tes parents, je suis tombée encore plus amoureuse de toi ».

« Tu es l’enfant que je voudrais que chaque parent élève et l’homme que je voudrais que chaque femme épouse. Merci pour le privilège d’être ta petite amie, je t’aime. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.