Shin Bet : Al-Aqsa TV aide le Hamas à coordonner des attaques
Rechercher

Shin Bet : Al-Aqsa TV aide le Hamas à coordonner des attaques

Le service de sécurité a affirmé que le groupe terroriste a essayé de recruter des Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un présentateur de la chaîne Al-Aqsa TV pose une tasse sur son bureau, un geste que le Shin Bet a déclaré être un code secret adressé à des terroristes en Cisjordanie (Capture d'écran: Al-Aqsa TV/ Shin Bet)
Un présentateur de la chaîne Al-Aqsa TV pose une tasse sur son bureau, un geste que le Shin Bet a déclaré être un code secret adressé à des terroristes en Cisjordanie (Capture d'écran: Al-Aqsa TV/ Shin Bet)

Mercredi, le service de sécurité de Shin Bet a accusé le diffuseur palestinien Al-Aqsa et des journalistes basés à Gaza d’agir comme des agents de l’aile militaire du groupe terroriste dans un effort de recruter des jeunes Palestiniens avec des papiers d’identité israéliens pour mener des attaques terroristes en Israël.

Selon le service de sécurité, la chaîne de télévision Al-Aqsa était utilisée pour faire passer en secret des messages aux agents du Hamas en Cisjordanie et à Jérusalem, en utilisant des citations du Coran ou des gestes discrets des présentateurs.

Le Shin Bet a mentionné deux présentateurs qui auraient transmis des messages de Gaza à travers des signaux pendant des programmes. Le service de sécurité a cité l’exemple d’un présentateur qui a passé un signal en posant une tasse de thé sur son bureau et en récitant un vers extrait d’un poème.

Dans un autre exemple, un jeune de 21 ans de Yatta dans la banlieue d’Hébron a « reçu l’instruction par des agents du Hamas dans la bande de Gaza et mener une attaque suicide avec une veste d’explosifs dans la ville de Lod », a déclaré le Shin Bet.

En tout, cinq Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem est ont été arrêtés depuis décembre dans l’opération. On les soupçonne d’avoir été recrutés par le Hamas pour mener des attaques terroristes contre des cibles israéliennes.

Le Shin Bet a dit que cette affaire de recrutement était un facteur clef dans la décision d’Israël de bombarder le siège d’Al-Aqsa Tv à Gaza en novembre.

Une boule de feu au-dessus du bâtiment accueillant la chaîne de télévision du Hamas Al-Aqsa TV dans la bande de Gaza pendant une frappe israélienne, le 12 novembre 2018 (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Israël accuse depuis longtemps le Hamas et d’autres groupes terroristes d’utiliser le statut spécial accordé aux journalistes comme une couverture pour ses activités néfastes.

Pendant plusieurs années, les agents du Hamas, basés à Gaza et impliqués dans le projet, ont travaillé pour recruter des Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem est et leur faire rejoindre les rangs de l’organisation terroriste afin de mener des attaques contre des civils et des soldats israéliens, a déclaré le Shin Bet.

« Les efforts du Hamas pour inspirer ces activités, malgré leurs échecs répétés, indiquent qu’il s’agit d’une stratégie choisie par les responsables du Hamas afin d’essayer de déstabiliser la Cisjordanie à tout prix », a déclaré un offiel de l’agence dans un communiqué.

L’officier de sécurité a prévenu que ces efforts représentaient une « menace significative et immédiate à la stabilité de la région ».

En 2017, les agents du Hamas dans la bande de Gaza ont commencé à contacter des Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem est à travers les réseaux sociaux, principalement Facebook, a déclaré le Shin Bet.

Dans le cas du projet d’attaque à la bombe dans le bus de Lod, Kutaiba al-Nawajaa, âgé de 21 ans et originaire de Yatta dans la banlieue de Hébron, a commencé à parler avec un homme de Gaza, Muhammad Arbid, en 2017.

Selon le Shin Bet, al-Nawajaa « pensait qu’Arbid était un journaliste » puisqu’il portait une veste jaune « PRESS » lors de manifestations organisées le long de la frontière de Gaza.

« En novembre 2018, Muhammad Arbid a mis Kutaiba en contact avec un opérateur du Hamas qui s’est lui-même identifié comme un membre de l’aile militaire du Hamas et a invité Kutaiba à mener une attaque terroriste au nom du Hamas », a déclaré le Shin Bet.

Afin de prouver que la proposition venait bien du Hamas, on a demandé à al-Nawajaa de choisir un passage du Coran et de regarder le journal d’Al-Aqsa le lendemain soir.

« Le jour suivant, Kutaiba a vraiment su qu’il avait parlé avec un agent du Hamas, après que la chaîne TV a cité le même passage qu’il avait choisi », a déclaré le service de sécurité.

Selon le Shin Bet, al-Nawajaa a été arrêté des jours avant la date à laquelle il était supposé recevoir la ceinture d’explosif pour l’attaque à la bombe du bus de Lod.

En plus de Nawajaa, les services de sécurité israéliens ont aussi arrêté quatre hommes palestiniens suspectés de préparer des attaques terroristes pour le Hamas en Cisjordanie et en Israël.

Selon le Shin Bet, Alaa Sharauna, âgé de 26 ans, de Jérusalem est a été recruté par des membres du Hamas dans la bande de Gaza alors qu’il était impliqué dans un projet visant à créer une « cellule militaire » dans la capitale.

Sharauna a déclaré à ses interrogateurs qu’on lui avait demandé de filmer plusieurs endroits à Jérusalem pour le compte du Hamas à Gaza – sans doute afin de rassembler des informations en vue de futures attaques terroristes – qu’il aurait pu perpétrer plus facilement qu’un Palestinien de Cisjordanie puisqu’il disposait d’une carte d’identité israélienne bleue.

Il a été arrêté le 8 janvier.

L’été dernier, Bahaa Shejaiya, âgé de 21ans et originaire de la ville de Deir Jarir située à proximité de Ramallah, a été recruté par le Hamas peu après avoir été libéré de prison, où il avait purgé une peine de deux ans pour avoir projeté de mener une attaque à l’arme à feu et un attentat suicide pour le Hamas, a indiqué le Shin Bet.

Comme Kutaiba, il a été contacté par le Hamas à travers Facebook – par un homme de 24 ans du nom Musa Aliyan qui venait de la ville gazaouie de Jabaliya. On lui a également prouvé que le Hamas était derrière cette proposition à travers Al-Aqsa TV, selon le Shin Bet. Aliyan s’est aussi présenté comme un journaliste sur les réseaux sociaux.

Shejaiya a été arrêté le 16 décembre 2018.

Dix jours plus tard, Ahmad Abu-Aisha, un homme âgé de 23 ans et originaire de Naplouse, a été arrêté pour des suspicions similaires.

Selon le Shin Bet, il a aussi été contacté par le Hamas et a reçu des messages à travers Al-Aqsa TV.

On suspecte Abu-Aisha d’avoir recruté un autre homme de Naplouse, Said Issa, âgé de 24 ans, qui prévoyait de perpétrer une attaque au couteau dans une implantation israélienne, en s’inspirant de l’attaque au cours de laquelle des membres de la famille Fogel ont été assassinés », a précisé le Shin Bet.

Toujours selon le service de sécurité, au moins deux présentateurs d’Al-Aqsa TV ont été utilisés pour faire passer des messages entre des membres du Hamas basés à Gaza et leur agents en Cisjordanie et à Jérusalem est.

En plus de la méthode de la citation du Coran utilisée avec al-Nawaja’a, les présentateurs ont utilisé d’autres méthodes discrètes de communication.

Le Shin Bet a identifié deux des présentateurs comme étant Islami Bader of Jabaliya, âgé de 30 ans, et Raji Hams, âgé de 32 ans, de Gaza ville.

Dans un cas, une recrue a reçu un message quand le présentateur a posé une tasse de thé sur son bureau et a répété des paroles d’une chanson.

« En regardant le programme, l’agent en Cisjordanie a reçu la confirmation des éléments que l’agent de Gaza lui avait dit », a déclaré le Shin Bet.

D’après le service de sécurité, Israël a compris que le Hamas utilisait Al-Aqsa TV de cette manière en octobre 2018. Cela a conduit à la décision de bombarder les bureaux de la chaîne le mois suivant, lors d’un épisode de violence entre l’armée israélienne et des groupes terroristes de la bande de Gaza, qui avaient tiré environ 500 roquettes et obus de mortier vers le sud d’Israël.

A l’époque, l’armée israélienne avait déclaré avoir démoli les bureaux d’Al-Aqsa en « réponse à l’attaque terroriste que le groupe terroriste du Hamas mène contre les citoyens israéliens ».

L’immeuble qui abritait la chaine du Hamas Al-Aqsa TV à Gaza détruit par l’armée israélienne. Photo du 13 novembre 2018 (Crédit : AP/Khalil Hamra)

L’armée a dit que la chaîne était « utilisée par [le Hamas] pour des activités militaires, dont l’envoi de message à des agents terroristes en Cisjordanie, des appels à mener des attaques terroristes et des instruction sur comment les perpétrer ».

L’armée israélienne a commencé par tirer un « missile d’avertissement » sur le siège de la chaîne située dans un immeuble à plusieurs étages. La scène a été filmée en direct alors que le personnel quittait le bâtiment. Tsahal a ensuite tiré plusieurs missiles pour détruire le bâtiment.

Peu après la destruction de l’immeuble, le média affilié au Hamas semblait devoir fermer, mais il est resté en activité à la dernière minute à cause de l’afflux d’argent de la part du groupe terroriste.

Ismail Haniyeh, le chef politique du Hamas, a déclaré dans un communiqué que la chaîne Al-Aqsa TV n’allait par fermer. Il a aussi dit qu’une « décision claire et directe » avait été prise pour continuer à faire fonctionner la chaîne, sans donner plus de détails.

La chaîne a affirmé que ses difficultés financières avaient été « résolues en partie ».

Après les frappes aériennes, la chaîne a brièvement disparu de l’antenne, mais a rapidement repris la diffusion depuis un autre endroit.

Al-Aqsa TV a également déclaré que les dégâts étaient à hauteur d’environ 4,5 millions de dollars.

Israël avait déjà bombardé le siège du média en décembre 2008, quand la première guerre avait éclaté à Gaza après le retrait israélien en 2005.

En 2010, le gouvernement américain a désigné Al-Aqsa TV comme un groupe terroriste.

Des journalistes de la chaîne ont souvent vanté la violence contre des Israéliens et des attaques de roquettes sur l’État juif.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...