Steinitz : L’attitude de Natalie Portman « frise l’antisémitisme »
Rechercher

Steinitz : L’attitude de Natalie Portman « frise l’antisémitisme »

Le ministre de l'Énergie déclare que boycotter Netanyahu "c'est boycotter Israël", l'actrice vedette "fait le jeu de ceux qui haïssent Israël"

L'actrice Natalie Portman assiste à la 4e soirée annuelle de levée de fonds du Festival international du film de Toronto 2015 au TIFF Bell Lightbox, Toronto, Canada, le 9 septembre 2015. (Jason Merritt/Getty Images/AFP)
L'actrice Natalie Portman assiste à la 4e soirée annuelle de levée de fonds du Festival international du film de Toronto 2015 au TIFF Bell Lightbox, Toronto, Canada, le 9 septembre 2015. (Jason Merritt/Getty Images/AFP)

Un ministre du Likud a déclaré dimanche matin que le refus de l’actrice hollywoodienne Natalie Portman, née en Israël, de se rendre dans son pays natal pour y recevoir un prix prestigieux pour ne pas être perçue comme un soutien au Premier ministre Benjamin Netanyahu « frise l’antisémitisme ».

Le ministre de l’Infrastructure, de l`Energie et de l’Eau, Yuval Steinitz, a déclaré à la radio israélienne que Portman devait des excuses à Israël et aux Israéliens pour avoir « boycotté » le pays.

Si elle était venue en Israël, avait assisté à la cérémonie, puis avait critiqué le gouvernement ou le Premier ministre lors d’une interview, cela aurait été légitime, a-t-il dit.

« L’attitude de Natalie Portman est à la limite de l’antisémitisme » et « a fait le jeu des haineux d’Israël et de ceux qui aspirent à détruire l’État d’Israël », s’est-il exclamé.

Le ministre de l’Energie Yuval Steinitz, lors de la réunion hebdomadaire des ministres
dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem,le 29 octobre 2017. (Ohad Zwigenberg/Flash90)

Prétendant que la star ne boycotterait pas la Chine ou l’Inde s’ils lui décernaient un prix, même si elle n’était pas d’accord avec leurs politiques, il a déclaré : « Critiquer Israël n’est pas toujours antisémite. Le Boycott d’Israël a des éléments d’antisémitisme, parce que d’autres pays qui sont critiqués ne sont pas boycottés avec une telle facilité ».

Steinitz poursuit : « Netanyahu est le Premier ministre d’Israël, que vous soyez d’accord avec lui ou non. Boycotter une cérémonie dans l’État d’Israël parce que le Premier ministre est censé y participer – c’est boycotter Israël ».

« Si Natalie Portman était venue en Israël et n’avait pas boycotté l’État ou la cérémonie, et avait donné une interview dans laquelle elle critiquait le gouvernement, l’État, le Premier ministre, [cela aurait été] légitime », a-t-il dit.

« Si elle était venue dire qu’elle est en faveur de la paix et qu’un État palestinien serait le plus amical et ne nous menacerait jamais de missiles ou de terrorisme, c’est son droit. Je discuterais avec elle. Alors, Barghouthi ne l’exploiterait pas. Mais le fait que les plus grands détracteurs d’Israël aient sauté de joie en annonçant qu’elle ne viendrait pas – et c’est quelque chose qui était prévisible – le fait qu’elle s’en moque ou qu’elle n’en a pas tenu compte mérite une condamnation totale ».

Omar Barghouti, co-fondateur du mouvement BDS, pendant un rassemblement pro-boycott à Ramallah, en février 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Il faisait référence à Omar Barghouti, cofondateur du mouvement mondial palestinien Boycott, Divest, Sanctions, qui a déclaré dans un courriel au New York Times : « Ce dernier refus des événements culturels et des accolades israéliens, venant d’une superstar israélo-américaine, est sans doute l’un des indicateurs les plus forts de la toxicité de la marque israélienne, même dans certains cercles libéraux d’Hollywood.

« Je sens que l’Afrique du Sud se rapproche. » Le BDS tente dans son idéologie de faire valoir que l’apartheid – qui s’est produit dans le pays africain de 1948 à 1991 – se produit au sein d’Israël.

Portman, née à Jérusalem, devait recevoir le prix Genesis – d’une valeur de deux millions de dollars cette année – en Israël en juin, et a déclaré dans un communiqué publié vendredi soir que les raisons pour lesquelles elle avait décidé de ne pas participer à la cérémonie avaient été « mal interprétées » par certains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...