Rechercher

Strasbourg : Un Juif orthodoxe violemment agressé sur une piste cyclable

Selon l’avocat, le caractère antisémite de l’agression ne fait aucun doute du fait de la tenue traditionnelle de la victime, qui s'est vue prescrire six semaines d’arrêt de travail

L’école loubavitch Beth Hanna, à Strasbourg, devant laquelle un homme juif orthodoxe a été agressé à vélo, le 4 septembre 2022. (Crédit : capture d’écran Google Maps)
L’école loubavitch Beth Hanna, à Strasbourg, devant laquelle un homme juif orthodoxe a été agressé à vélo, le 4 septembre 2022. (Crédit : capture d’écran Google Maps)

Un quadragénaire, vêtu de la traditionnelle tenue des Juifs orthodoxes et portant une kippa sous son casque, a été renversé par un individu dimanche en fin de matinée à Strasbourg alors qu’il allait faire ses courses, a rapporté le journal Les Dernières nouvelles d’Alsace. L’homme circulait à vélo rue du Faubourg-de-Pierre, à hauteur de l’école loubavitch Beth Hanna. Il a depuis déposé plainte.

L’agresseur est un jeune homme à capuche d’une vingtaine d’années, qui a rattrapé en vélo sa victime.

« Son regard était tellement agressif que j’ai senti qu’il ne fallait pas que je reste à côté de cet individu », a indiqué la victime aux policiers. L’individu, qui circulait sur un vélo « type vélo de course », a tenté de le faire tomber à deux reprises. Il s’est jeté sur lui lors de sa troisième tentative, faisant chuter lourdement l’homme.

La victime a eu l’impression qu’il « essayait de le pousser vers la route pour tenter de le faire écraser par un véhicule », a indiqué son avocat, Me Raphaël Nisand. L’agresseur a ensuite pris la fuite.

« Aucun témoin n’a vu tomber la victime », a expliqué l’avocat, alors que les rues étaient encore calmes.

Des passants sont venus en aide à l’homme orthodoxe. Celui-ci a été pris en charge par les pompiers puis évacué à l’hôpital de Hautepierre.

Le père de famille « présente des blessures au niveau du font, des deux mains, à l’œil gauche, à la mâchoire, des tuméfactions sur la face, plusieurs côtes cassées, une fracture des os propres du nez, une fracture à l’orbite gauche, une fracture du radius droit, il y a aussi des entorses qui n’ont pu être soignées immédiatement », a ajouté son avocat. Il s’est vu prescrire six semaines d’arrêt de travail. « Deux opérations sont programmées cette semaine pour des réductions de fracture. »

Il a porté plainte le jour même, pour violences aggravées, à sa sortie de l’hôpital, vers 20h. Grâce à l’intervention du Service de protection de la communauté juive, il a pu fournir des images de vidéosurveillance issues des caméras de l’école juive proche.

Ces images apportent « une photo claire et nette de l’agresseur », a indiqué Me Nisand. L’agresseur a ainsi été reconnu formellement par la victime.

Selon l’avocat, le caractère antisémite de l’agression ne fait aucun doute du fait de la tenue de la victime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...