Rechercher

Suisse : Cinq ans de prison requis contre Beny Steinmetz

Dans ce dossier où la Guinée dispose du statut de partie lésée, le procureur a demandé que soit fixée une compensation financière ; l'avocat de Steinmetz plaidera l'acquittement

Le magnat israélien Beny Steinmetz au tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 14 août 2017. (Crédit : Flash90)
Le magnat israélien Beny Steinmetz au tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 14 août 2017. (Crédit : Flash90)

Le parquet genevois a requis jeudi cinq ans de prison contre le magnat franco-israélien Beny Steinmetz, accusé d’avoir fait verser des pots-de-vins à l’une des épouses de l’ex-président guinéen Lansana Conté en échange de droits miniers.

« Nous vous demandons de prononcer une peine privative de liberté de 5 ans », a déclaré le procureur Yves Bertossa, au quatrième jour du procès, devant le tribunal correctionnel de Genève.

Dans ce dossier où la Guinée dispose du statut de partie lésée, le procureur a également demandé que soit fixée une compensation financière à hauteur de 50 millions de francs suisses (46 millions d’euros).

L’avocat de M. Steinmetz entend plaider l’acquittement. Le jugement, attendu le 22 janvier, peut faire l’objet d’un appel.

L’affaire remonte à la première décennie des années 2000, lorsque le gouvernement guinéen de l’ancien président Lansana Conté avait déchu, peu avant sa mort en 2008, le groupe anglo-australien Rio Tinto de l’exploitation d’un des plus importants gisements de fer au monde à Simandou, au profit de Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), dans lequel le diamantaire a le titre de conseiller.

Les faits font l’objet d’une vaste enquête internationale depuis 2013.

Il est reproché à Beny Steinmetz d’avoir mis en place un montage financier et un système de sociétés-écran destiné à verser en toute discrétion des pots-de-vin, dont une partie aurait transité par des comptes suisses, à Mamadie Touré, afin que cette dernière use de son influence auprès de Lansana Conté pour que BSGR supplante Rio Tinto dans les blocs 1 et 2 de Simandou.

Beny Steinmetz, 64 ans, qui était domicilié à Genève lorsque les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés, conteste entièrement les conclusions du parquet genevois qui, au terme d’une instruction qui a duré six ans, l’accuse de « corruption d’agents publics étrangers et de faux dans les titres ».

« Il y a une chose qui est claire, c’est que la corruption a eu lieu », a asséné M. Bertossa, lors du réquisitoire.

Selon l’acte d’accusation, les pots-de-vin, versés entre 2006 et 2012, s’élèvent à environ 10 millions de dollars (8,2 millions d’euros).

Personnage clé de cette affaire, Mamadie Touré, quatrième épouse de Lansana Conté, a reconnu avoir reçu des versements et est protégée par la justice américaine. Convoquée comme témoin par la défense, elle a toutefois brillé par son absence au procès.

Beny Steinmetz a assuré cette semaine n’avoir « jamais » demandé à quiconque de verser des fonds à Mme Touré, et l’a accusé de raconter des « mensonges ».

Pendant le procès, il a également assuré n’avoir qu’un rôle de « conseiller » au sein de BSGR et être peu au fait des questions financières.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...