Susan Rice critique les implantations mais promet une aide militaire
Rechercher
« La sécurité d’Israël n’est pas un intérêt démocrate ou un intérêt républicain. C’est un intérêt américain. » - Susan Rice

Susan Rice critique les implantations mais promet une aide militaire

Pour la conseillère à la sécurité nationale américaine, l’extension israélienne en Cisjordanie “corrode” la paix

La conseillère à la sécurité nationale des États-Unis, Susan Rice, lors d'une interview avec Charlie Rose le 24 février 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube/Charlie Rose)
La conseillère à la sécurité nationale des États-Unis, Susan Rice, lors d'une interview avec Charlie Rose le 24 février 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube/Charlie Rose)

WASHINGTON – Tout en s’en prenant à l’activité d’implantation, Susan Rice, conseillère nationale à la sécurité des Etats-Unis, a promis lundi soir que le futur accord militaire entre les Etats-Unis et Israël constituerait une « hausse importante du soutien » à la sécurité d’Israël, malgré des informations disant que les négociations avaient trébuché.

Rice, qui s’exprimait devant le Forum mondial du Comité juif américain, est l’une des figures centrales de la négociation du dernier d’une série d’accord d’aide militaire de 10 ans qui ont été le fondement de l’aide militaire américano-israélienne pendant des décennies. Alors que les négociations sur le nouveau protocole d’accord ont commencé il y a des mois, les discussions auraient ralenti en raison de désaccord sur le niveau de financement total.

Rice a cependant cité l’accord comme preuve du soutien de l’administration à Israël. « Même dans ces moments de restriction budgétaire, nous sommes prêts à signer l’accord d’aide militaire avec un autre pays le plus important de l’histoire », a affirmé Rice, notant qu’Israël avait déjà « reçu plus de la moitié de tout le budget d’aide militaire étrangère des Etats-Unis ».

Le nouvel accord, a-t-elle déclaré, « constituera une hausse significative du soutien ». L’accord devrait accorder entre 37 et 40 milliards de dollars d’aide en dix ans, entre 2019 et 2029.

Un avion de chasse F-35 (Crédit : Liz Kaszynski/Flash90)
Un avion de chasse F-35 (Crédit : Liz Kaszynski/Flash90)

La conseillère à la sécurité nationale a également indiqué la livraison attendue par Israël des avions de pointe F-35 et la coopération sur les technologies anti-missile et anti-tunnel, et a noté que « notre coopération sur les renseignements est à son plus haut historique ».

« Les ennemis d’Israël sont prévenus : si vous arrivez à Israël par la terre, par la mer, par les airs ou même sous la terre, vous perdrez », a proclamé Rice.

Proposant implicitement une réplique aux arguments sur la transformation d’Israël en thème polarisant de la politique américaine, Rice a à la place souligné que « la sécurité d’Israël n’est pas un intérêt démocrate ou un intérêt républicain. C’est un intérêt américain. »

La relation entre les Etats-Unis et Israël est une promesse à toute épreuve, a déclaré Rice, traçant un parallèle avec la relation entre les personnages bibliques Ruth et Naomi.

« Pour ceux d’entre nous qui s’intéressent profondément à Israël, c’est une époque d’inquiétudes et parfois de tristesse », a déclaré Rice.

« Quand un pays est isolé encore et encore à l’ONU, Israël n’est pas seul, a-t-elle dit. Quand des voix colériques attaquent le droit d’Israël à exister, Israël n’est pas seul. »

Le président Reuven Rivlin présente ses vœux pour Hanoukka, en décembre 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le président Reuven Rivlin présente ses vœux pour Hanoukka, en décembre 2015. (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Notre engagement à l’égard de la sécurité d’Israël est la raison pour laquelle nous continuons à appeler Israéliens et Palestiniens à résoudre ce que le président [Reuven] Rivlin a décrit comme la tragédie qui nous enveloppe tous », a-t-elle continué, soulignant que la politique de l’administration Obama au sujet des implantations n’était pas différente de celles des autres administrations.

L’administration Obama, a-t-elle déclaré, est opposée aux implantations « comme toutes les autres administrations depuis 1967, républicaines et démocrates, tout comme, nous nous opposons aux actions palestiniennes contreproductives, dont l’incitation [à la haine et à la violence] et la violence. »

« L’activité d’implantation corrode la possibilité de deux états. Cela nous emmène vers une réalité à un état », a-t-elle affirmé.

Faisant référence aux discussions à Paris la semaine dernière sur la résolution du conflit israélo-palestinien, Rice a déclaré que « les participants ont souligné qu’une solution négociée à deux états était le seul moyen de conclure une paix durable. »

Elle a répété l’opposition de longue date de l’administration aux efforts internationaux pour imposer une résolution au conflit, comme les résolutions de l’ONU soutenues par les Palestiniens, et souligné qu’une « solution ne peut pas être imposée aux parties, nous les exhortons donc à prendre des actions significatives sur le terrain. »

« La paix est nécessaire, juste et possible », a-t-elle déclaré.

Rice s’en est pris aux groupes anonymes qui cherchent à nier la légitimité d’Israël. « Nous nous dresserons non seulement pour la sécurité d’Israël, mais aussi pour sa légitimité, a-t-elle déclaré. Aucun état n’est immunisé contre les critiques […] mais quand un état est ciblé aussi implacablement, obsessionnellement et amèrement qu’Israël l’est encore et encore, c’est mauvais et laid. C’est du harcèlement en guise de diplomatie et cela doit cesser. »

Rice a également prévenu que « quand les adversaires d’Israël cherchent à isoler et boycotter Israël économiquement, nous combattons ces efforts avec force. »

S’exprimant devant le rassemblement annuel d’une organisation juive majeure qui s’est opposée à l’accord nucléaire avec l’Iran de juillet 2015, Rice a souligné l’utilité de l’accord controversé.

« Que vous souteniez ou non l’accord iranien, les résultats sont indéniables », a affirmé Rice. L’accord a entraîné le démantèlement des deux tiers des centrifugeuses iraniennes et la neutralisation par remplissage au béton d’un cœur de réacteur. « Avec cet accord, nous avons fermé toutes les voies de l’Iran vers la construction d’une bombe nucléaire. Absolument toutes. »

Alors que l’administration a été examinée par le Congrès pour ce que ses opposants se sont plaints d’être une réponse morne aux tests d’armes balistiques illicites, Rice a promis que l’administration « ne laissera pas l’Iran s’en sortir ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...