Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Syrie : La coalition internationale de nouveau visée par des roquettes depuis l’Irak

Suite à la mort de trois soldats américains à la frontière syrienne le 28 janvier, l'alliance militaire dirigée par Washington avait observé une relative accalmie

Des soldats jordaniens contrôlant la frontière entre la Syrie et la Jordanie, près de la ville de Nasib, dans le sud de la Syrie, le 1er juillet 2018. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)
Des soldats jordaniens contrôlant la frontière entre la Syrie et la Jordanie, près de la ville de Nasib, dans le sud de la Syrie, le 1er juillet 2018. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)

Une base en Syrie de la coalition internationale anti-djihadistes a été visée par des roquettes lancées depuis l’Irak, première attaque du genre contre l’alliance militaire dirigée par Washington, imputée à des factions terroristes pro-Iran après plusieurs semaines d’accalmie.

Cette attaque, qui n’a pas fait de victimes, survient sur fond de guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a exacerbé les tensions entre leurs alliés respectifs dans la région.

Depuis la province de Ninive, dans le nord de l’Irak frontalier de Syrie, « des éléments hors-la-loi ont visé avec des roquettes une base de la coalition internationale en plein cœur du territoire syrien, [dimanche] aux alentours de 21h50 [18h50 GMT] », a annoncé une cellule média des forces de sécurité irakiennes dans un communiqué.

Une « vaste opération de recherche » a été lancée pour retrouver les auteurs des tirs, selon le communiqué, qui précise que les forces de l’ordre ont incendié un véhicule soupçonné d’être impliqué dans l’attaque.

Un responsable dans la province de Ninive, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a confirmé que « les tirs de roquettes » avaient été effectués depuis un secteur au nord de Mossoul, dans le district de Zummar.

Dans un bref communiqué envoyé à l’AFP, la coalition internationale a indiqué de son côté qu’un de ses avions de combat avait « détruit » en territoire irakien un lance-roquette « par auto-défense » après « une attaque à la roquette ratée non loin d’une base de la coalition, à Rmeilane », dans le nord-est de la Syrie.

« Aucun membre du personnel américain n’a été blessé », a précisé la coalition internationale.

Contexte de tensions 

Interrogé par l’AFP, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a fait état de « plusieurs roquettes tirées depuis le territoire irakien vers la base de Kharab al-Jir », en Syrie, qui abrite des « forces américaines ».

Ces roquettes, dont une au moins est tombée dans l’enceinte de la base, selon Abdel Rahmane, avaient été précédées par l’envoi d’un drone appartenant aux groupes terroristes soutenus par l’Iran qui a été abattu.

L’OSDH, qui dispose d’un vaste réseaux de sources à travers la Syrie en guerre, a pointé du doigt la responsabilité de la « Résistance islamique en Irak », nébuleuse de terroristes issus des groupes armés pro-Iran.

C’est cette même nébuleuse qui avait mené entre la mi-octobre et début février la plupart des attaques contre les soldats américains de la coalition, en Irak et en Syrie.

Dans ses communiqués le groupe dit agir par solidarité avec les Palestiniens, sur fond de guerre dans la bande de Gaza, déclenchée suite à l’assaut du Hamas le 7 octobre.

Une attaque de drone le 28 janvier avait tué trois soldats américains en plein désert jordanien, à la frontière syrienne. En représailles aux attaques contre son personnel, Washington avait durci le ton et mené plusieurs frappes en Irak mais aussi en Syrie contre les factions terroristes pro-Iran.

Depuis début février toutefois, une relative accalmie avait été observée.

Les États-Unis, grand allié d’Israël, déploient environ 2 500 soldats en Irak et près de 900 en Syrie voisine, engagés au sein de la coalition internationale créée en 2014 pour combattre le groupe terroriste État islamique (EI).

Les tirs de roquettes de dimanche soir s’inscrivent aussi sur fond de fortes tensions entre Israël et l’Iran.

Tôt samedi, une « explosion » sur une base militaire en Irak a fait un mort et des blessés, des responsables de sécurité évoquant eux un « bombardement » contre les anciens paramilitaires pro-Iran du Hachd al-Chaabi.

Le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) avait démenti toute implication et, interrogée par l’AFP, l’armée israélienne avait refusé tout commentaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.