Téhéran : Une expo « I can’t breathe » fustige les US et Israël
Rechercher

Téhéran : Une expo « I can’t breathe » fustige les US et Israël

L'exposition organisée en Iran, qui utilise régulièrement la force contre les manifestants, exploite les émeutes américaines pour lier la police US aux nazis et au KKK

Une étoile de David écrasant le cou d'une colombe disant "Je ne peux pas respirer" dans le cadre d'une exhibition consacrée aux manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd aux Etats-Unis, le 14 juin 2020 (Capture d'écran : Twitter)
Une étoile de David écrasant le cou d'une colombe disant "Je ne peux pas respirer" dans le cadre d'une exhibition consacrée aux manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd aux Etats-Unis, le 14 juin 2020 (Capture d'écran : Twitter)

Les Etats-Unis, sa police et son président Donald Trump sont tous dépeints comme des nazis et des suppôts du Ku Klux Klan dans une nouvelle exposition.

Un petit détail : Cette exposition est organisée en Iran, un pays qui menace régulièrement d’annihiler Israël et dont le régime utilise la force meurtrière pour réprimer les grandes manifestations en faveur de plus de droits – et bloque internet pour empêcher la diffusion des images des répressions.

Cette exposition de dessins présentée à Téhéran et intitulée « I can’t breathe » [je ne peux pas respirer – la phrase que George Floyd, un Afro-Américain a prononcée à plusieurs reprises quand il a été asphyxié par un policier blanc à Minneapolis, en plein jour, la main dans la poche alors qu’il se faisait filmer] est également l’occasion de critiquer l’Etat juif, avec une étoile de David qui écrase le cou d’une colombe symbolisant apparemment la paix avec les Palestiniens.

L’Iran n’a pas manqué de critiquer quotidiennement Washington au vu des troubles en cours en Amérique et des manifestations organisées pour dénoncer les meurtres de noirs par la police.

La télévision d’Etat de la république islamique qui, au mois de novembre, avait mis un terme aux manifestations nationales en tuant des centaines de personnes et en arrêtant des milliers d’individus, n’a cessé de diffuser des images des émeutes américaines.

Dimanche, la chaîne Press TV a diffusé des images de l’exposition, une séquence traduite par MEMRI (Middle East Media Research Institute).

Masoud Shojaei Tabtabaei, directeur du Centre des arts visuels de Hozeh Honari, a fait savoir que l’exposition présentait 72 dessins réalisés par 45 artistes issus de 27 pays différents.

Selon MEMRI, parmi les dessins présentés, celui d’une croix gammée écrasant la nuque de George Floyd, la statue de la Liberté se mettant à genou, le drapeau américain affichant une iconographie relative au Ku Klux Klan, une guillotine portant la légende de « Racisés seulement » avec le drapeau américain qui incarne la lame ainsi que des comparaisons entre Trump et Adolf Hitler.

La semaine dernière, les médias iraniens ont fait savoir que les députés au Parlement avaient scandé « Mort à l’Amérique » au cours d’une session, une soi-disante manifestation de soutien aux manifestants défilant aux Etats-Unis.

Des élus iraniens chantent « mort à l’Amérique » en signe de soi-disant soutien aux manifestants américains qui protestent contre le meurtre de George Floyd par un officier de police, au Parlement iranien dans la capitale Téhéran, le 7 juin 2020. (Crédit : capture d’écran Instagram)

Ces slogans auraient suivi une demande faite par le député Ahmad Naderi qui avait réclamé une minute de silence pour la mort des manifestants.

Une semaine auparavant, le chef suprême iranien Ali Khamenei avait indiqué que le meurtre de Floyd par un agent de police avait montré le « vrai visage » des Etats-Unis et de l’oppression des peuple du monde par les Américains – notamment l’oppression de la population iranienne.

Pour sa part, le président iranien Hassan Rouhani avait qualifié ce meurtre de « brutal » et exprimé son soutien aux manifestants d’Amérique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...