Tel Aviv : 15 manifestants dénonçant l’annulation d’un festival arrêtés
Rechercher

Tel Aviv : 15 manifestants dénonçant l’annulation d’un festival arrêtés

Le festival Doof de musique trance a été annulé en raison de craintes liées à la consommation de stupéfiants. Selon la police, deux agents ont été blessés lors de la manifestation

Manifestation place Rabin, à Tel Aviv, contre la décision de la police et de la cour suprême d'annuler le festival Doof, le 7 juin 2019 (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)
Manifestation place Rabin, à Tel Aviv, contre la décision de la police et de la cour suprême d'annuler le festival Doof, le 7 juin 2019 (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)

La police a annoncé que 15 personnes avaient été arrêtées lors d’une manifestation illégale qui a eu lieu vendredi, à Tel Aviv, en signe de protestation contre une décision d’annuler un festival de musique trance en raison de craintes liées à la vente et à la consommation massives de stupéfiants pendant l’événement.

La Cour suprême a rejeté vendredi la requête soumise par les organisateurs du festival Doof qui réclamaient une ordonnance qui retarderait la mise en oeuvre de la décision policière, scellant définitivement le sort de cet événement musical.

Dans un communiqué, la police a expliqué avoir autorisé la manifestation – malgré l’absence de permis obtenu au préalable – pour accorder aux manifestants la possibilité d’exercer leur liberté d’expression. Toutefois, le rassemblement est devenu violent après que quelques protestataires – ils étaient approximativement 600 en tout – ont commencé à bloquer des routes et à attaquer des policiers.

Deux agents des forces de l’ordre ont été blessés.

Le festival Doof, qui devait commencer samedi, dure trois jours et il est organisé, depuis quinze ans, à proximité de Hamat Gader, dans le nord du pays. Il accueille 4 000 participants venus d’Israël et du monde entier.

La version israélienne du festival Burning Man, Midburn, a été annulée dimanche après que les organisateurs ont échoué à sécuriser un lieu permettant d’accueillir l’événement, suite à une décision prise par l’armée israélienne de ne pas permettre qu’il ait lieu sur un territoire utilisé comme terrain de formation.

Le festival devait être relocalisé suite aux protestations des résidents vivant à proximité du site d’origine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...