Trump invite Malik Obama, pro-Hamas, au débat
Rechercher

Trump invite Malik Obama, pro-Hamas, au débat

Le demi-frère du président croit au slogan du candidat républicain, mais pas aux accusations de harcèlement sexuel

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Malik Obama, le demi-frère du président américain Barack Obama, avec un keffieh pro-Hamas, au Yémen, en 2010. (Crédit : Twitter/NTarnopolsky)
Malik Obama, le demi-frère du président américain Barack Obama, avec un keffieh pro-Hamas, au Yémen, en 2010. (Crédit : Twitter/NTarnopolsky)

Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine Donald Trump aurait l’intention d’inviter un de ses remarquables partisans au dernier débat présidentiel mercredi soir, l’un des demi-frères du président américain Barack Obama.

Selon le New York Post, Malik Obama soutient Trump à la présidence, contrairement à son frère plus jeune et plus célèbre, qui soutient la démocrate Hillary Clinton.

Malik Obama, né au Kenya, est à présent un citoyen américain vivant à Washington. Il a déclaré au Post qu’il assisterait au débat à Las Vegas en tant qu’invité de Trump.

« Je suis excité d’être au débat, a-t-il déclaré. Trump peut rendre les Etats-Unis à nouveau grands. »

Malik Obama, qui a trois ans de plus que le président, a rejeté les accusations d’un nombre de plus en plus important de femmes, qui affirment que Trump les a agressées sexuellement.

« Je ne les crois pas », a déclaré Malik, accusant les médias d’avoir un parti-pris contre le républicain. « Pourquoi n’ont-elles rien dit avant ? »

En janvier 2014, le Daily Mail avait dévoilé une photo montrant Malik Obama avec un traditionnel couvre-chef arabe décoré de slogans du Hamas, groupe terroriste palestinien.

Le keffieh était entouré autour du cou d’Obama et portait des phrases en arabe pour « Jérusalem est à nous – nous arrivons », et « De la rivière à la mer », qui sont toutes deux des slogans populaires du Hamas.

La photo avait été prise pendant une conférence au Yémen en 2010, puis publiée sur le site de la Fondation Barack H. Obama, qui soutient des projets humanitaires au Kenya et a été fondée par Malik Obama en mémoire de son père.

Au sujet de la fondation, qui n’est pas soutenue par le président américain et ne travaille pas directement avec lui, Malik a déclaré qu’elle réussirait bien lus de projets « si j’avais obtenu le soutien que j’aurais dû avoir de mon frère. »

Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, à gauche, et sa rivale démocrate Hillary Clinton pendant un débat à l'université de Washington, à St Louis, dans le Missouri, le 9 octobre 2016. (Crédit : Win McNamee/Getty Images/AFP)
Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, à gauche, et sa rivale démocrate Hillary Clinton pendant un débat à l’université de Washington, à St Louis, dans le Missouri, le 9 octobre 2016. (Crédit : Win McNamee/Getty Images/AFP)

Les frères se sont vus pour la dernière fois en août 2015, quand Malik a déclaré être « allé à la Maison Blanche pour dire bonjour. J’ai fait une visite de politesse. »

Concernant cette rencontre avec le président, Malik Obama a déclaré que « comme d’habitude, c’était du genre laisser-faire, très professionnel, très officiel. »

Trump a déclaré qu’il attendait « avec impatience de rencontrer et d’être avec Malik. Il est bien mieux que son frère. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...