Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Tsahal abat deux terroristes importants en Cisjordanie

Selon l'AP, un enfant et un adolescent auraient aussi été tués lors du raid à Jénine ; 17 autres arrêtés, un puits de tunnel et un dispositif à fabriquer des armes à feu découverts

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un Palestinien armé se tenant parmi des habitants de Jénine alors qu'ils examinent les dommages subis par une maison lors d'un raid de Tsahal dans la région, le 29 novembre 2023. (Crédit : Zaïn Jaafar/AFP)
Un Palestinien armé se tenant parmi des habitants de Jénine alors qu'ils examinent les dommages subis par une maison lors d'un raid de Tsahal dans la région, le 29 novembre 2023. (Crédit : Zaïn Jaafar/AFP)

La police des frontières, l’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont confirmé mercredi que deux terroristes de haut rang ont été tués par leurs troupes dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie.

Muhammad Zubeidi, un haut responsable du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien dans le camp de Jénine, et Hussam Hanoun, un autre dirigeant local, ont été identifiés comme les deux terroristes tués lors du raid, selon le communiqué commun des agences de sécurité.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP) a affirmé qu’un adolescent de 15 ans et un enfant de 8 ans ont également été tués par des tirs israéliens dans la zone. Tsahal a confirmé que des échanges des coups de feu avec des terroristes avaient eu lieu mais n’a pas donné de plus amples précisions.

Tsahal a déclaré que Zubeidi était le commandant du Bataillon de Jénine, une aile locale du Jihad islamique palestinien dans la ville de Cisjordanie.

Selon le Shin Bet, Zubeidi était impliqué dans une attaque terroriste près de l’implantation de Hermesh qui avait eu lieu au mois de mai, au cours de laquelle Meïr Tamari avait été tué, et dans une autre attaque perpétrée au mois de juin, au cours de laquelle un civil et quatre soldats avaient été blessés. Zubeidi aurait été impliqué dans la planification des attaques et aurait fourni le véhicule pour les attaques.

Tamari, 32 ans, qui se trouvait au volant de sa voiture, aurait essuyé des tirs provenant d’un véhicule en circulation sur une autoroute voisine. Il aurait continué à conduire jusqu’à Hermesh, où les secouristes sont intervenus.

Les services de secours du Magen David Adom (MDA) avaient pris en charge Tamari dans un état grave à l’entrée de l’implantation, située à l’ouest de Jénine avant de l’héliporter vers l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera, où il a succombé à ses blessures.

En outre, Zubeidi a été impliqué dans une autre attaque en juin, au cours de laquelle un civil et quatre soldats ont été blessés, a déclaré le Shin Bet.

Des Palestiniens regardant les conséquences d’un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, le 29 novembre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo)

Zubeidi et Hanoun ont été tués au cours du raid, lorsque les troupes ont encerclé un bâtiment du camp où les terroristes étaient retranchés et ont ouvert le feu. Les troupes sont ensuite entrées dans le bâtiment et ont saisi deux fusils d’assaut sur les corps.

Zubeidi était un parent de Zakaria Zubeidi, un haut-responsable du groupe terroriste de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa liée au Fatah, qui en septembre 2021 s’était évadé de la prison de Gilboa avec six autres prisonniers de haute sécurité, entraînant les forces de sécurité israéliennes dans une chasse à l’homme de deux semaines avant d’être rattrapé.

Séparément, les troupes ont également arrêté mercredi 17 Palestiniens recherchés dans la région, saisi des armes et localisé un puits de tunnel et un dispositif de fabrication d’armes à feu, a déclaré Tsahal. Des affrontements ont éclaté dans la zone au cours de l’opération. Des affrontements ont éclaté dans le secteur pendant l’opération. Des Palestiniens ont ouvert le feu sur les troupes alors que d’autres ont lancé des engins explosifs.

Tsahal a indiqué que ses troupes avaient riposté et mené une attaque de drone contre un groupe de terroristes dans la région au cours de la nuit.

Des Palestiniens brandissant des drapeaux du Hamas célébrant la libération des prisonniers sécuritaires palestiniens dans le cadre d’un accord conclu entre Israël et le Hamas, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo)

Les tensions en Cisjordanie sont vives depuis le 7 octobre, date à laquelle quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël par la frontière lors d’une attaque menée par le Hamas, tuant 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et s’emparant d’au moins 240 otages.

Israël a réagi par une incursion aérienne, suivie d’une opération terrestre, dans le but de détruire le Hamas et de mettre fin à son règne de 16 ans sur Gaza, et d’obtenir la libération de tous les otages.

Depuis le 7 octobre, les troupes israéliennes ont arrêté quelque 2 000 Palestiniens recherchés dans toute la Cisjordanie, dont plus de 1 100 affiliés au groupe terroriste palestinien du Hamas. Selon le ministère de la Santé de l’AP, quelque 200 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par l’armée israélienne et, dans de rares cas, par des résidents d’implantations.

D’après les estimations de l’armée, la grande majorité des 200 Palestiniens tués depuis le 7 octobre ont été abattus lors d’affrontements au milieu de raids d’arrestations. Environ 60 % d’entre eux, d’après les données consultées par le Times of Israel, étaient munis d’une arme à feu ou d’un engin explosif.

Tsahal a connaissance d’au moins trois cas de Palestiniens non impliqués tués par des soldats au cours des dernières semaines, et d’une poignée de cas de résidents d’implantations tuant des Palestiniens, qui font toujours l’objet d’une enquête.

Tsahal a poursuivi ses opérations dans toute la Cisjordanie, alors même qu’un cessez-le-feu négocié par le Qatar et un accord sur les otages sont entrés en vigueur à Gaza vendredi, compte tenu des inquiétudes concernant une éventuelle escalade de la violence suite à la libération de prisonnières palestiniennes incarcérées pour atteinte à la sécurité en Israël en échange des otages israéliens enlevés le 7 octobre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.