Tsahal demolit à Jérusalem-Est les maisons des terroristes de 2014
Rechercher

Tsahal demolit à Jérusalem-Est les maisons des terroristes de 2014

Les terroristes avaient assassiné des fidèles dans une synagogue, lancé un engin de chantier contre un autobus et tiré sur Yehuda Glick

Une femme palestinienne au milieu des décombres d'une maison après que les forces de sécurité israéliennes aient démoli les maisons de deux Palestiniens impliqués dans des attentats dans le quartier palestinien de Jabal Mukaber à Jérusalem-Est, le 6 octobre 2015 (Crédit photo: Thomas Coex / AFP )
Une femme palestinienne au milieu des décombres d'une maison après que les forces de sécurité israéliennes aient démoli les maisons de deux Palestiniens impliqués dans des attentats dans le quartier palestinien de Jabal Mukaber à Jérusalem-Est, le 6 octobre 2015 (Crédit photo: Thomas Coex / AFP )

Les forces de sécurité israéliennes ont détruit les maisons des familles de deux Palestiniens de Jérusalem-Est qui avaient perpétré des attentats terroristes contre les Israéliens au cours de l’année dernière, a déclaré mardi matin l’armée israélienne, alors que le gouvernement israélien a promis de sévir contre une vague de terreur.
 
Une pièce dans la maison d’un troisième terroriste a également été scélée dans une éventuelle préparation pour une déstruction.

Les trois hommes avaient été tués pendant ou après les attaques qu’ils avaient commises l’année dernière, dans lesquelles six Israéliens avaient été assassinés.

« Pendant la nuit, et conformément à la directive du ministre de la Défense, Moshe Yaalon, les forces de sécurité ont démoli les maisons de Ghassan Abu Jamal et Mohammed El-Naif Jaabis et scélé une chambre au domicile de Mutaz Ibrahim Halil Hijazi à Jérusalem, » a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Jaabis, 23 ans, de Jabel Mukaber avait percuté un engin de terrassement contre un autobus le 4 août de l’année dernière, lors de l’opération Bordure protectrice, tuant un Israélien et en blessant cinq autres. Il avait été abattu par la police sur place.

Abu Jamal était l’un des deux frères qui, le 17 novembre l’année dernière avaient attaqué une synagogue dans le quartier de Har Nof de Jérusalem avec des couperets et une arme à feu, tuant quatre hommes en pleine prière, ainsi qu’un policier druze. Les deux terroristes avaient été éliminés sur place.

Dans une vidéo de Jérusalem-Est, une explosion se fait entendre, suivie par des cris.

Un journaliste de l’AFP a vu l’intérieur d’une maison à Jérusalem-Est que des témoins ont dit qu’elle était l’ancien domicile d’Abu Jamal.

Yasser Abdou, 40 ans, un voisin et ami de la famille d’Abu Jamal, a accusé Israël d’employer une «politique de punition collective. »

L’explosion de démolition, qui a eu lieu à environ 05h20, a soufflé l’intérieur du bâtiment, mais les fondations sont restées intactes, selon un journaliste de l’AFP.

L’explosion a endommagé d’autres appartements dans l’immeuble ainsi que les immeubles environnants.

Selon des témoins, la police et les autres autorités sont arrivées lundi à minuit, bloquant la zone avant de percer et de planter les explosifs.

Hijazi, 32 ans, d’Abu Tor, avait tenté d’assassiner le 29 octobre de l’année dernière l’activiste juif de droite Yehuda Glick, le blessant grièvement. Hijazi avait été abattu le lendemain matin lors d’un raid de la police.

Un journaliste de l’AFP sur les lieux a déclaré que la zone avait été bouclée et que des hélicoptères la survolaient.

Les démolitions sont intervenues quelques heures après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait promis d’accélérer les mesures punitives suite à une recrudescence des attaques de terreur et de violence à Jérusalem et en Cisjordanie au cours des dernières semaines autour des tensions sur le mont du Temple.

Les familles des trois terroristes avaient été informées des ordres de démolition l’année dernière. On ne sait pas si l’une d’elles a fait appel de l’ordre devant la Cour suprême, ou si elles ont épuisé les options juridiques à leur disposition.

L’année dernière, Israël avait démoli la maison du terroriste palestinien Abdelrahman al-Shaludi, 21 ans, de Silwan, qui avait lancé sa voiture sur des piétons dans la capitale, tuant un bébé de trois mois ainsi qu’une femme avant d’être abattu par les forces de sécurité.

Netanyahu a chargé lundi soir la ministre de la Justice Ayelet Shaked (du parti HaBayit HaYehudi) de mettre en place un mécanisme qui permette d’accélérer les démolitions de maisons de terroristes palestiniens.

« Nous ne sommes prêts à accorder l’immunité à personne, à aucun émeutier … ni à aucun terroriste, nulle part, et donc il n’y a aucune limite aux activités des forces de sécurité », a-t-il déclaré avant une session extraordinaire de son cabinet de sécurité.

La mesure fait partie de l’une des mesures annoncées dimanche et approuvées lundi pendant les cinq heures de la réunion nocturne du cabinet de sécurité relative à la répression en réponse à la récente vague de terrorisme palestinien qui a coûté la vie à quatre Israéliens en cinq jours dans deux attentats qui se sont déroulés jeudi et samedi.

אישרתי הלילה בקבינט המדיני-ביטחוני פעולה תקיפה נגד הטרור במגוון של אמצעים וחזיתות. נמשיך לעשות כך ככל שיידרש: ננצח את הטרור כפי שעשינו זאת בעבר.

Posted by ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו‎ on Monday, 5 October 2015

Netanyahu a demandé à Shaked de trouver les moyens de raccourcir le processus juridique pour démolir les maisons de terroristes, réintrodusant une politique israélienne controversée largement utilisée pendant la deuxième Intifada.

Le ministère de la Défense a mis fin à cette politique en 2005, mais l’armée israélienne a détruit une maison à Jérusalem-Est en 2009 et scellé deux autres dans la même année, selon l’ONG de gauche israélienne B’Tselem.

Netanyahu a convoqué son cabinet de sécurité lundi soir pour discuter des mesures pour contrecarrer l’escalade de la violence palestinienne, et a dit qu’il envoyait des milliers de policiers et de soldats supplémentaires à Jérusalem et en Cisjordanie, afin de rétablir la sécurité pour les Israéliens.

Il a également ordonné une utilisation plus large des détentions administratives pour les suspects et l’interdiction d’accès à la Vieille Ville de Jérusalem et au mont du Temple à ceux qui incitent à la terreur, après trois attaques terroristes en cinq jours dans lesquelles quatre Israéliens ont été tués et trois autres blessés, dont un enfant en bas âge.

L’AFP a contribué à à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...