Rechercher

Tunisie: protestations d’activistes pro-palestiniens ; « Mort sur le Nil » déprogrammé

Le film américain dans lequel l'actrice israélienne Gal Gadot joue le rôle principal est une adaptation du roman du même nom d'Agatha Christie

Gal Gadot arrive à la soirée Vanity Fair Oscar Party le 9 février 2020 à Beverly Hills, Californie. (Evan Agostini / Invision / AP)
Gal Gadot arrive à la soirée Vanity Fair Oscar Party le 9 février 2020 à Beverly Hills, Californie. (Evan Agostini / Invision / AP)

Le film américain « Mort sur le Nil », dans lequel l’actrice israélienne Gal Gadot joue le rôle principal, a été retiré des salles de cinéma en Tunisie après des protestations de militants pro-palestiniens, a-t-on appris mercredi de source officielle.

Projeté dans plusieurs cinémas en Tunisie depuis le 9 février, le film, adapté du roman du même nom d’Agatha Christie, a été déprogrammé sur ordre du ministère tunisien de la Culture, a indiqué ce dernier.

« L’actrice principale de ce film est une Israélienne qui a été entraînée au sein de l’armée sioniste et qui soutient la colonisation des territoires palestiniens », a affirmé à l’AFP Kaouther Saida Chebbi, l’une des meneuses de la campagne de boycott.

Selon elle, un rassemblement qui était prévu mercredi devant une grande salle de cinéma à Tunis, où le film était projeté, a été annulé après l’annonce du ministère.

L’affiche du film était encore visible à l’entrée de certaines salles de cinéma de la capitale tunisienne mais leurs gérants ont confirmé à l’AFP que le polar avait bel et bien été déprogrammé.

L’actrice Gal Gadot avait défendu à l’été 2014 sur sa page Facebook l’offensive menée alors par Israël contre le groupe terroriste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

L’actrice avait salué l’armée israélienne et attaqué le Hamas au pouvoir à Gaza.

En 2017, la Tunisie avait déjà interdit le film « Wonder Woman » mettant en scène Gal Gadot.

Le pays, qui a abrité de 1982 à 1994 l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) de Yasser Arafat, affiche un ferme soutien à la cause palestinienne et refuse toute normalisation des relations avec Israël, contrairement à plusieurs pays de la région qui ont signé ces dernières années des accords avec l’Etat hébreu.

« Mort sur le Nil » a été interdit pour les mêmes raisons au Koweït et au Liban notamment.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...