Rechercher

Turquie : La livre en chute libre après une baisse des taux

L'effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix devenue difficilement soutenable, le pays étant très dépendant des importations

Illustration : la livre turque. (Crédit : foto-ianiello via iStock)
Illustration : la livre turque. (Crédit : foto-ianiello via iStock)

Le quotidien des Turcs risque de se compliquer encore en cette fin d’année : leur monnaie a touché un nouveau plus bas historique jeudi, après une nouvelle baisse du taux directeur conforme aux souhaits du président Recep Tayyip Erdogan.

La monnaie nationale, qui a déjà vu sa valeur fondre de plus moitié depuis le début de l’année face au dollar, s’échangeait à près de 15,5 livres pour un dollar – un taux jamais atteint – en début d’après-midi.

La Banque centrale turque a décidé d’abaisser son principal taux directeur – de 15 % à 14 % – pour le quatrième mois consécutif provoquant une chute immédiate de la livre dans les minutes suivant l’annonce.

À rebours des théories économiques classiques, le chef de l’État estime que les taux d’intérêts élevés favorisent l’inflation.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prend la parole lors du rassemblement annuel à New York pour la 76e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le 21 septembre 2021, à New York. (Crédit : Pool/Getty Images North America/Getty Images via AFP)

Mais sa politique monétaire et le manque d’indépendance de la Banque centrale – dont il a limogé trois gouverneurs depuis 2019 – n’ont fait qu’entraîner la livre turque vers le fond.

Le président Erdogan, dont la popularité est au plus bas après 19 ans au pouvoir, semble faire le pari de la croissance à tout prix en vue de l’élection présidentielle prévue en 2023. Celle-ci a atteint 7,4 % sur un an au troisième trimestre, portée notamment par les exportations, rendues moins coûteuses.

Mais pour les Turcs, l’effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix devenue difficilement soutenable, le pays étant très dépendant des importations, notamment pour les matières premières et l’énergie.

Dans ce contexte politiquement explosif, le président Erdogan a annoncé jeudi, dans une déclaration retransmise en direct à la télévision, le relèvement du salaire minimum au 1er janvier 2022 de 2 825,90 (soit environ 160 euros) à 4 250 livres (environ 240 euros), soit une hausse de 50 %.

« Avec cette augmentation, je crois que nous avons démontré notre détermination à ne pas écraser nos travailleurs face aux hausses de prix », a déclaré le chef de l’État.

Un homme marche devant un écran affichant les taux contre la livre turque près d’une agence de change à Kaarakoy à Istanbul, le 16 décembre 2021 à Istanbul. (Crédit : Ozan KOSE / AFP)

« Erdogan en roue libre »

L’inflation officielle a atteint 21,3 % sur un an en novembre, mais ce chiffre fait l’objet d’une âpre bataille politique : l’opposition accuse l’Office national des statistiques (Tüik) de sous-estimer sciemment – et largement – la hausse des prix.

Des images, abondamment relayées et commentées ces derniers jours en Turquie, montrent d’interminables files d’attente devant des dépôts de pain gérés par les municipalités d’opposition d’Ankara et d’Istanbul : le pain de 250 grammes y est vendu 1,25 livre (environ 7 centimes), deux fois moins que dans la plupart des boulangeries.

Cette différence de quelques centimes d’euros par pain est devenue cruciale pour de nombreux Turcs, alors que des produits de base comme l’huile de tournesol ont vu leur prix grimper de 50 % sur un an.

La Banque centrale turque est intervenue à quatre reprises depuis le 1er décembre pour tenter de soutenir la livre, en vain. Car de plus en plus de Turcs se tournent vers le dollar ou l’or pour tenter de préserver leurs économies.

Illustration : échange de livres turques contre des dollars américains. (Crédit : iStock)

Le président turc n’entend pas pour autant infléchir sa politique économique et avait prévenu fin novembre qu’il continuerait de « résister aux pressions », dénonçant un « complot » visant l’économie turque.

« Le président Erdogan continue de dicter sa politique non orthodoxe à une Banque centrale lourdement purgée » de toutes voix dissonantes, a réagi Jason Tuvey, analyste de Capital Economics, selon qui « une évolution vers un contrôle des capitaux semble de plus en plus probable ».

Cette nouvelle baisse des taux d’intérêt est « une décision suicidaire pour la livre », a réagi pour sa part Timothy Ash, analyste à BlueBay Asset Management, spécialiste de la Turquie.

M. Erdogan, qui a remplacé à trois reprises son ministre des Finances depuis 2018, dont le dernier le 2 décembre, a limogé par décret dans la nuit de mercredi à jeudi deux vice-ministres des Finances.

Pour un responsable occidental de haut rang, Recep Tayyip Erdogan est convaincu du bien-fondé de sa politique monétaire et n’entend pas y renoncer.

« Erdogan est en roue libre (…) Il n’y a plus personne autour de lui pour contrer sa conviction fondamentale, qu’elle soit liée à ses principes religieux ou à sa mentalité de boutiquier – ou à une combinaison des deux : il pense sincèrement que cela va fonctionner », déclarait cette semaine ce responsable sous couvert de l’anonymat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...