Turquie : l’ONU demande la levée de l’état d’urgence avant les élections
Rechercher

Turquie : l’ONU demande la levée de l’état d’urgence avant les élections

La Turquie est sommée de lever "immédiatement" l'état d'urgence afin de garantir la crédibilité des élections présidentielle et législatives anticipées du 24 juin

Le président turc Recep Tayyip Erdogan vote au référendum du 16 avril 2017, à Istanbul. (Crédit : Ozan Kose/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan vote au référendum du 16 avril 2017, à Istanbul. (Crédit : Ozan Kose/AFP)

Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme a demandé mercredi à la Turquie de lever « immédiatement » l’état d’urgence afin de garantir la crédibilité des élections présidentielle et législatives anticipées du 24 juin.

« Il est difficile d’imaginer comment des élections crédibles peuvent être organisées dans un environnement où les opinions dissidentes et les contestations du parti au pouvoir sont si sévèrement pénalisées », a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein, cité dans un communiqué.

L’état d’urgence a été instauré en juillet 2016, quelques jours après une tentative de putsch menée par des militaires factieux, et a été sans cesse renouvelé depuis.

Le haut représentant onusien a dénoncé les restrictions prolongées des droits de l’Homme à la liberté d’expression, de réunion et d’association.

Aussi, il a appelé « le gouvernement turc à lever immédiatement l’état d’urgence pour permettre à tous ses citoyens de participer pleinement et sur un pied d’égalité à la conduite des affaires publiques et d’exercer leur droit de vote et d’éligibilité sans restrictions injustifiées ».

Dans le cadre de l’état d’urgence en Turquie, des purges sans précédent ont été menées, au cours desquelles plus de 50 000 personnes ont été arrêtées, et plus de 140 000 limogées ou suspendues. Outre les putschistes présumés, ces purges ont été étendues aux milieux pro-kurdes et d’opposition, visant des juges, des enseignants ou des journalistes.

Ces vastes purges ont suscité l’inquiétude d’ONG et de pays occidentaux qui dénoncent des atteintes aux droits de l’Homme et accusent le gouvernement de profiter de l’état d’urgence en vigueur pour réprimer ses opposants. Mais les dirigeants turcs affirment que des mesures d’exception sont nécessaires pour éliminer le « virus » factieux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...