Ukraine : Des Chrétiens livrent de la nourriture aux Juifs confinés par le virus
Rechercher

Ukraine : Des Chrétiens livrent de la nourriture aux Juifs confinés par le virus

L'organisation néerlandaise Christians for Israel va livrer plus de 300 000 repas à domicile durant 2 mois, dans un pays aux soins médicaux médiocres qui tente de gérer l'épidémie

Un couple juif ukrainien avec des colis alimentaires fournis par le groupe Christians for Israel. (Christians for Israel)
Un couple juif ukrainien avec des colis alimentaires fournis par le groupe Christians for Israel. (Christians for Israel)

Alors que l’Ukraine, frappée par la pauvreté, s’efforce de lutter contre le coronavirus, une organisation chrétienne intervient pour fournir une aide alimentaire immédiate aux Juifs âgés confinés chez eux en raison de la pandémie.

Ses activités habituelles visant à encourager l’immigration en Israël étant désormais suspendues, Christians for Israel, une organisation basée aux Pays-Bas qui soutient l’alyah et distribue des colis de nourriture aux juifs nécessiteux dans une centaine de localités ukrainiennes, utilise tous ses véhicules, son personnel et ses bénévoles pour livrer de la nourriture là où les juifs en ont besoin, d’autant plus que de nombreuses soupes populaires ont dû fermer leurs portes en raison des restrictions imposées par le virus.

A la date de jeudi, le service d’urgence de l’Etat ukrainien signalait 162 cas confirmés de coronavirus, plusieurs régions, dont la capitale, Kiev, étant touchées.

La ville de Tchernivtsi est la plus touchée jusqu’à présent, avec 42 cas confirmés, un décès et une guérison. Tchernivtsi, dans le sud-ouest de l’Ukraine, est connue des Juifs du monde entier par son nom de l’empire austro-hongrois de Czernowitz. C’était autrefois la capitale de la Bukovine et un centre de la culture juive. Les Juifs représentaient environ 40 % de sa population avant la Seconde Guerre mondiale. Avec sa belle architecture et sa vie culturelle jadis florissante, elle était connue comme la Vienne de l’Est.

Mercredi, le gouvernement ukrainien a étendu la situation d’urgence nationale à l’ensemble du pays pendant 30 jours et a renforcé les mesures de confinement.

La police a mis en place des barrages routiers à l’entrée des villes et des agglomérations.

Alina Gryadchenko (à droite), de l’organisation « Christians for Israel », livrant des colis alimentaires dans la région de Vinnitsa. (Christians for Israel)

Le nombre de Juifs vivant encore en Ukraine est estimé entre 120 000 et 400 000 personnes.

Beaucoup sont âgés et représentent près de 40 % de tous les survivants de la Shoah de l’ex-Union soviétique, selon la Claims Conference.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, on estime que 1,5 à 1,6 million des 2,7 millions de Juifs vivant dans les shtetl et les villes de marché à travers le pays ont péri.

Cela représente une victime de la Shoah sur quatre en Europe.

Sur cette photo du 28 septembre 1997, une femme tient des photos de son frère et de sa tante, qui ont été tués par les nazis en 1941 à Babi Yar, le site du massacre nazi de plus de 33 000 Juifs, dans la capitale ukrainienne, Kiev. En arrière-plan, les gens déposent des fleurs sur le monument de la menorah, haut de 3,5 mètres, qui a été inauguré en 1991. (AP Photo/Efrem Lukatsky)

Le mémorial le plus connu du pays se trouve à Babi Yar.

Christians for Israel travaille en étroite collaboration avec les centres sociaux communautaires Hesed mis en place par l’American Jewish Joint Distribution Committee, avec le mouvement Habad, et avec les dirigeants des petites communautés juives dans tout le pays.

Elle organise actuellement des repas à domicile ou envoie de l’argent à des institutions juives pour qu’elles cuisinent et distribuent elles-mêmes la nourriture dans 20 grandes villes et les régions environnantes.

À Vinnitsa, dans le centre-ouest de l’Ukraine, par exemple, le groupe Christian for Israel est intervenu avec des livraisons de repas à domicile après qu’une soupe populaire de Hesed, qui servait 50 personnes, a dû fermer à cause de la pandémie.

Au cours des deux prochains mois, l’organisation vise à livrer plus de
300 000 repas dans tout le pays.

« Les demandes continuent d’arriver alors que la nouvelle de notre prestation se répand », a déclaré Koen Carlier, le directeur de l’organisation pour l’Ukraine, au Times of Israel mercredi. « Les prix des denrées alimentaires dans les magasins ont augmenté jusqu’à 40 %, et ces personnes âgées n’ont aucun revenu et des pensions très faibles ».

Koen Carlier, en chemise à carreaux, charge des colis alimentaires dans une voiture pour les distribuer, le 25 mars 2020. (Christians for Israel)

Sa femme, Ira, a dit qu’ils ont commencé avec 20 personnes à Vinnitsa. Ils sont maintenant 60, et « les appels continuent d’arriver ».

Les détails concernant les appelants non juifs sont transmis à l’église locale, qui livre également des repas.

Le frère d’Ira est médecin en chef dans un hôpital de Vinnitsa.

« Le pays n’est tout simplement pas préparé à une épidémie de coronavirus, comme en Italie », a déclaré Ira. « Il pense qu’environ 80 % de la population sera atteinte par ce virus, nous y compris. Notre système de soins de santé est déjà assez pauvre sans cela. Il n’y a pas assez d’hôpitaux – ils sont concentrés dans les grandes villes – et s’il y a encore des trams dans les villes, il n’y a plus de transport entre les villes et les villages. Ils disent aux villageois qui tombent malades de rester chez eux et de téléphoner, mais beaucoup de villages n’ont pas de connexion de téléphone portable ».

En Ukraine, plus de 30 % de la population est rurale.

Ira a poursuivi : « Là où il y a des hôpitaux, il n’y a pas assez d’équipements tels que des respirateurs, des médicaments et des vêtements de protection, et les gens ici n’ont ni assurance médicale ni sécurité sociale. Vous devez payer pour les soins médicaux ».

Ira Carlier prend les appels des personnes dans le besoin en Ukraine. (Christians for Israel)

Sur une population d’environ 42 millions d’habitants, quelque sept millions d’Ukrainiens travaillent à l’étranger en raison des difficultés à joindre les deux bouts chez eux. Beaucoup de ceux qui ont perdu leur emploi à cause du virus sont revenus en masse. Au début, ils n’ont pas été mis en quarantaine. Aujourd’hui, ils le sont, mais beaucoup de ceux qui rentrent chez eux vivent dans des villages. Alors que la police a mis en place des barrages routiers dans les villes et peut imposer le confinement dans une certaine mesure, les villages – dans un pays de la taille du Texas – sont plus ou moins laissés à eux-mêmes.

Le manque de confiance dans les informations officielles est un facteur de complication supplémentaire. Traumatisés par des événements tels que la fusion du réacteur nucléaire de Tchernobyl en 1986, lorsque les dirigeants alors nommés par les Soviétiques ont tenu la population dans l’ignorance, les gens se demandent si les chiffres du coronavirus ne sont pas énormément sous-estimés.

« Nous ne connaissons pas les vrais chiffres », a déclaré Ira. « Pas plus tard qu’hier, ils ont annoncé le premier cas de coronavirus dans notre ville. Mais nous n’avons eu que récemment des tests. Des gens meurent de pneumonie mais nous n’avons aucun moyen de savoir ce qui en est la cause ».

Le rabbin Pinchas Vishedksi, un émissaire Habad né en Israël et vivant en Ukraine depuis 1993, a été rabbin communautaire à Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, jusqu’en août 2014, date à laquelle il a fui avec la plupart de sa congrégation la prise de pouvoir russe dans cette région. Ceux qui n’ont pas pris l’avion pour Israël se sont installés à Kiev.

Toujours très en contact avec les quelque 3 000 Juifs de la ville de Donetsk, principalement âgés et dans le besoin – contre environ 15 000 avant l’invasion russe -, il a déclaré au Times of Israel que les autorités pro-russes de la ville gardaient des informations vitales sur le coronavirus cachées aux citoyens.

Le rabbin Pinchas Vishedski devant la Sainte Arche dans sa synagogue à Donetsk, Ukraine, à l’été 2014. (Sam Sokol/Times of Israel)

« La tragédie est cachée aux citoyens », a-t-il déclaré. « Il semble que les républiques [pro-russes] ne savent pas comment y faire face. Il semble que ce soit le seul endroit sur terre, à part la Biélorussie, qui est également dirigée par un dictateur, où peu de précautions sont prises. Je comprends qu’ils aient fermé les écoles de Donestk aujourd’hui, mais la vie, le travail et les loisirs dans la ville continuent.

« Nous devons expliquer aux Juifs de là-bas qu’il est dangereux d’être dans la rue. Ils ne comprennent pas. On pourrait aussi bien parler chinois. Koen Carlier nous a dit qu’il fallait fermer la soupe populaire là-bas et qu’il était difficile d’expliquer aux gens pourquoi ils ne devaient plus venir.

« Mais nous l’avons fermée et nous préparons maintenant des repas qui sont livrés quotidiennement chez les gens ».

Vishedksi, dont la congrégation de Kiev compte des centaines de familles de tout le pays, y compris des réfugiés de l’Est, a déclaré qu’aucun seder communautaire de Pessah ne serait organisé à Donetsk – ou à Kiev – et qu’à la place, des kits étaient distribués.

Environ trois tonnes de matzot ont été acheminées de Russie à Donetsk pour les kits, ainsi que du jus de raisin de Géorgie, des Haggadot [livres racontant l’histoire de l’exode d’Égypte] et des brochures explicatives sur le Seder. Des jeunes les récupèrent à la synagogue de Donetsk et les distribuent.

A Kiev, où toutes les synagogues ont été fermées, les gens se sentaient « très angoissés », a déclaré M. Vishedksi.

Préparation de la nourriture près de Kiev en vue de sa distribution aux Juifs dans le besoin. (Christians for Israel)

Malgré les instructions du gouvernement, un grand nombre de personnes continuent de circuler dans les rues.

« La première chose qui s’est produite ici, c’est que les magasins d’alimentation privés ont augmenté leurs prix, tout comme les pharmacies, pour les produits désinfectants », a-t-il déclaré. « Il n’y a pas de contrôle des prix. Les personnes qui ont été mises en congé sans solde n’ont rien pour les aider. C’est une catastrophe ».

Dans le cadre des efforts de sa synagogue pour fournir des informations précises sur la pandémie, le rabbin a recruté un médecin principal pour répondre aux questions relatives aux coronavirus via Facebook une fois par jour.

Le coronavirus ne fait qu’aggraver les multiples problèmes de l’Ukraine.

Selon un rapport de l’USAID mis à jour le 16 mars, l’Ukraine a l’un des taux les plus élevés de VIH/SIDA en Europe de l’Est, et près du taux le plus élevé de tuberculose multi-résistante (TB-MR) dans le monde.

Elle a également l’un des taux de vaccination de routine les plus faibles au monde en raison du manque de vaccins disponibles et de la méfiance des parents et des prestataires médicaux à l’égard de la vaccination.

Le pays compte quelque 100 000 orphelins, dont environ 80 % sont décrits comme des « orphelins sociaux » dont les parents sont trop pauvres, abusifs, alcooliques ou drogués pour les élever.

D’énormes écarts de richesse persistent entre la majorité des pauvres qui survivent à peine et les fameux oligarques, qui se sont remplis les poches au début des années post-soviétiques en s’emparant des industries privatisées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...