Rechercher

Indépendance de régions séparatistes en Ukraine : Washington sanctionne Moscou

Biden a publié un décret interdisant tout investissement, échange ou financement par des Américains à destination, en provenance ou dans les régions prorusses de Donetsk et Lougansk

Des militaires des forces armées ukrainiennes font des courses dans la ville d'Avdiivka, dans la région de Donetsk, sur la ligne de front de l'est de l'Ukraine avec les séparatistes soutenus par la Russie, le 21 février 2022. (Crédit : Aleksey Filippov / AFP)
Des militaires des forces armées ukrainiennes font des courses dans la ville d'Avdiivka, dans la région de Donetsk, sur la ligne de front de l'est de l'Ukraine avec les séparatistes soutenus par la Russie, le 21 février 2022. (Crédit : Aleksey Filippov / AFP)

Les États-Unis ont annoncé qu’ils allaient imposer de nouvelles sanctions contre la Russie mardi après une première réponse prudente à l’ordre du président Vladimir Poutine de déployer des troupes russes dans deux zones séparatistes d’Ukraine.

« Nous prévoyons d’annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie demain en réponse aux décisions et actions de Moscou aujourd’hui. Nous nous coordonnons avec nos alliés et partenaires pour cette annonce », a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole de la Maison Blanche.

Les Etats-Unis ont dévoilé lundi de premières sanctions limitées après la reconnaissance par Moscou de l’indépendance de régions séparatistes en Ukraine et à l’annonce de l’envoi de forces russes de « maintien de la paix » dans ces territoires.

En riposte, le président Joe Biden a publié un décret qui interdit tout nouvel investissement, échange ou financement par des personnes américaines à destination, en provenance ou dans les régions prorusses de Donetsk et Lougansk, dans le sud-est de l’Ukraine.

Joe Biden (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine. (Crédit : Jim Watson et Grigory Dukor/Various Sources/AFP)

Joe Biden a informé le président ukrainien Volodymyr Zelensky de ces mesures, réaffirmant « l’engagement des Etats-Unis » au respect de « l’intégrité territoriale de l’Ukraine », selon la Maison Blanche.

Mais un haut responsable de l’administration américaine a semblé semer le doute sur la fermeté des Etats-Unis lorsque les troupes russes pénètreront dans ces territoires, comme M. Poutine leur en a donné l’ordre.

« Nous allons observer de très près ce qu’ils font dans les heures et les jours qui viennent. Et notre réponse correspondra à leurs actions », a-t-il dit, rappelant que des forces russes opèrent secrètement dans le Donbass depuis huit ans.

« Des forces russes qui entreraient dans le Donbass, ce ne serait pas nouveau », a-t-il ajouté, sans mentionner le fait que des forces russes franchiraient une frontière internationalement reconnue pour se rendre dans cette région séparatiste.

Washington poursuivra ses efforts diplomatiques « tant que les chars russes ne seront pas en mouvement », a précisé ce haut responsable ayant requis l’anonymat.

Nouvelle phase

Les deux territoires séparatistes de Donetsk et Lougansk ont déjà des relations extrêmement limitées avec les Etats-Unis. Mais ces sanctions annoncent une nouvelle phase dans ce qui pourrait bientôt devenir la confrontation la plus dangereuse entre l’Occident et Moscou depuis l’effondrement de l’Union soviétique.

L’Union européenne a en parallèle fait savoir qu’elle allait sanctionner « ceux qui sont impliqués » dans la décision de Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance de ces territoires ukrainiens. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a lui aussi promis des sanctions « importantes ».

L’annonce de Vladimir Poutine intervient au moment où les Occidentaux alertent de l’imminence d’une invasion de l’Ukraine, aux frontières de laquelle plus de 150 000 militaires russes, selon Washington, attendent l’arme au pied depuis des semaines.

Un soldat des forces militaires ukrainiennes marche sur sa position sur la ligne de front avec les séparatistes soutenus par la Russie, non loin du village de Novognativka, dans la région de Donetsk, le 19 février 2022. (Crédit : Anatolii STEPANOV / AFP)

La Maison Blanche a d’ailleurs tenu à souligner que les sanctions annoncées lundi étaient « distinctes » et s' »ajouteraient » aux mesures économiques « rapides et sévères » préparées par Washington et ses alliés en cas d’invasion.

Ces sanctions feraient de Moscou un « paria pour la communauté internationale » avait prévenu un haut responsable de l’exécutif américain vendredi.

La Russie serait « isolée des marchés financiers mondiaux et privée des apports technologiques les plus sophistiqués », avait-il menacé.

Washington a aussi maintes fois affirmé que le gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l’Allemagne par la voie maritime, n’entrerait pas en activité si Moscou venait à attaquer l’Ukraine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...