Rechercher

Un 2e officier supérieur de l’IRGC meurt, tué en tant qu’espion présumé

Le colonel Ali Esmailzadeh serait tombé de son toit ; le site Web de l'opposition affirme qu'il était soupçonné d'avoir divulgué des informations liées à l'assassinat d'un collègue

Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) défilent lors du défilé militaire annuel marquant l'anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l'Irak de Saddam Hussein, dans la capitale Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)
Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) défilent lors du défilé militaire annuel marquant l'anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l'Irak de Saddam Hussein, dans la capitale Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)

L’Iran a annoncé la mort d’un autre colonel de la Force d’élite al-Quds de ses Gardiens de la révolution vendredi, le deuxième en deux semaines dans cette unité qui supervise les opérations militaires iraniennes à l’étranger.

Citant un responsable inconnu, l’agence de presse officielle IRNA a rapporté tôt dans la matinée de vendredi que le colonel Ali Esmailzadeh était décédé lors d’un « incident dans sa résidence » il y a quelques jours dans la ville de Karaj, à quelque 35 kilomètres au nord-ouest de la capitale Téhéran.

Il n’a pas donné de détails mais a démenti les informations selon lesquelles le colonel aurait été assassiné.

Le site Web d’opposition Iran International, citant des sources anonymes, a affirmé que les Gardiens de la révolution avaient tué Esmailzadeh en raison de soupçons d’espionnage.

D’autres chaînes d’information proches des Gardiens ont déclaré qu’Esmailzadeh était tombé de son toit ou de son balcon.

En mai, deux motards armés non identifiés ont tiré cinq fois sur le colonel Hassan Sayyad Khodaeï dans une voiture devant sa résidence à Téhéran. Il aurait été impliqué dans des meurtres et des enlèvements en dehors de l’Iran, y compris des tentatives visant à cibler des Israéliens.

L’Iran a attribué son assassinat à Israël. L’Iran accuse souvent Israël d’être responsable de ces assassinats ciblés, y compris ceux de scientifiques nucléaires au cours des dernières années.

Iran International a affirmé qu’Esmailzadeh avait été tué parce qu’il était soupçonné d’avoir fourni aux ennemis de l’Iran des informations qui ont été utilisées pour l’assassinat de Khodaeï.

Le rapport indique qu’il était proche de Khodaeï, qui a été abattu à Téhéran le 22 mai. Esmailzadeh et Khodaeï étaient tous deux membres de l’unité 840 du Corps des gardiens de la révolution islamique, une division secrète de la force expéditionnaire al-Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique, chargée de commettre des enlèvements et des assassinats en dehors de l’Iran.

Selon le rapport, après le meurtre de Khodaeï, l’IRGC s’est mis à la recherche de fuites de sécurité et a commencé à soupçonner Esmailzadeh. Il a ensuite été jeté de son toit, mais l’IRGC a dit à sa famille qu’il s’était suicidé parce qu’il était bouleversé par la séparation de sa femme, a déclaré Iran International, citant des « sources en Iran ».

Le média en langue persane est identifié à l’opposition politique iranienne. Il a été lancé en 2017, est basé à Londres et touche des millions d’Iraniens en Iran et dans le monde. Il serait financé par l’Arabie saoudite, l’ennemi régional de l’Iran.

Le corps d’un haut responsable des Gardiens de la révolution iraniens, identifié comme étant le colonel Hassan Sayad Khodaeï, qui a été assassiné à Téhéran le 22 mai 2022. En médaillon : Khodaeï. (Crédit : Twitter/Capture d’écran)

Les autorités iraniennes n’ont pas encore identifié les suspects de l’assassinat de Khodaeï, même si l’incident a eu lieu au cœur de l’une des zones les plus sécurisées de Téhéran – la rue Mohahedin-e Eslam, où se trouvent d’autres hauts responsables de l’IRGC et de sa force d’élite.

Le chef du Corps des gardiens de la révolution islamique a imputé l’assassinat aux « sionistes » et a promis de se venger.

Israël, qui n’a pas officiellement commenté l’incident, aurait relevé le niveau d’alerte de ses ambassades et consulats dans le monde, craignant une attaque iranienne en représailles.

Un responsable anonyme des services de renseignement a déclaré au New York Times qu’Israël avait dit aux responsables américains qu’il était derrière cet assassinat. Un député israélien de haut rang a démenti cette information.

Israël a émis des avertissements de voyage pour la Turquie par crainte d’une réponse iranienne à l’assassinat. Dans un geste inhabituel, le Conseil national de sécurité a explicitement désigné les « agents terroristes iraniens » comme étant à l’origine de la menace pesant sur les Israéliens en Turquie et dans les pays voisins.

Le colonel Khodaï était la figure la plus importante dont le meurtre sur le sol iranien a été annoncé par Téhéran depuis celui du physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, tué en novembre 2020 près de la capitale dans une attaque contre son convoi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...