Un agent de l’ONU compare le climat d’Europe à celui d’avant la montée des nazis
Rechercher

Un agent de l’ONU compare le climat d’Europe à celui d’avant la montée des nazis

Le conseiller pour la prévention du génocide affirme que "les signes des années 30 réapparaissent" avec la résurgence de l'antisémitisme et un sentiment anti-immigrant croissant

Le conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng (au centre), à Genève, le 1er mai 2019, lors du deuxième Sommet mondial sur la paix et la sécurité religieuses. (ONU)
Le conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng (au centre), à Genève, le 1er mai 2019, lors du deuxième Sommet mondial sur la paix et la sécurité religieuses. (ONU)

Le conseiller spécial des Nations unies pour la prévention du génocide a averti que la rhétorique politique entendue en Europe est similaire au langage utilisé lors de la montée au pouvoir des Nazis.

« Les signes des années 30 réapparaissent. Vous êtes tous témoins chaque jour de la montée de l’antisémitisme », a déclaré Adama Dieng mercredi lors du deuxième Sommet mondial sur la religion, la paix et la sécurité qui s’est tenu au siège des Nations Unies à Genève.

« Les grands massacres commencent toujours par de petites actions et de petites paroles », a averti M. Dieng, faisant remarquer que la Shoah perpétrée par les Nazis avait été précédée de discours et crimes de haine qui privaient les juifs de leur humanité fondamentale.

Le diplomate sénégalais a déclaré que l’Europe était témoin de l’humiliation et de la déshumanisation quotidiennes des migrants et des réfugiés.

La police assure la sécurité de la manifestation du parti d’extrême droite « Rise of German Patriots » à Leipzig, Allemagne, le 1er mai 2019. (Heiko Rebsch/dpa via AP)

« Vous entendez les dirigeants politiques de ce continent… qui utilisent simplement cette catégorie de population comme bouc émissaire », a dit M. Dieng, ajoutant « les accusant même…[de] l’échec de leur économie ».

M. Dieng a déclaré qu’il était temps d’appeler « un chat un chat » et d’interpeller les dirigeants d’extrême droite ultra-nationalistes contre toute incitation.

« Je pense qu’à moins d’être aveugle ou de mauvaise foi, nous devrions admettre qu’il est temps de réagir. Il est temps de parler… Nous ne pouvons permettre que des êtres humains soient traités de la manière dont ils le sont. »

M. Dieng est à l’ONU depuis 2001, année où il a été nommé par le Secrétaire général de l’ONU de l’époque, Kofi Annan, pour travailler au Tribunal pénal international pour le Rwanda, où il a enquêté sur le génocide rwandais pendant la guerre civile qui a fait près d’un million de morts en 1994 dans ce pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...