Un cinéaste franco-algérien se retire du festival d’Ashdod
Rechercher

Un cinéaste franco-algérien se retire du festival d’Ashdod

Lyès Salem évoque la réticence des autorités algériennes et les pressions des militants pro-palestiniens

Le port d'Ashdod (Crédit : Avraham Krichevsky/domaine publique/Wikimedia Commons)
Le port d'Ashdod (Crédit : Avraham Krichevsky/domaine publique/Wikimedia Commons)

Le cinéaste franco-algérien Lyès Salem a annoncé dimanche qu’il renonçait à ce que son film « L’Oranais » soit diffusé lors du festival d’Ashdod, en Israël, à la suite d’une réaction hostile des autorités algériennes et d’une pression des militants pro-palestiniens.

 

« J’ai demandé aux responsables du festival d’Ashdod de retirer le film de la programmation » de l’évènement prévu du 8 au 11 juin, a annoncé le cinéaste, dans une lettre publiée par le quotidien El Watan.

 

Il a ajouté que les producteurs algériens et français n’étaient « en rien responsables de cette sélection au festival ». L’Algérie a participé à hauteur de 21% au financement du film, co-produit avec une société française.

 

Lyes Salem a expliqué avoir accepté dans un premier temps l’invitation parce qu’il a eu « peut-être la naïveté de penser que l’art et la culture peuvent encore faire bouger les lignes » politiques au Proche-orient.

 

Le cinéaste indique n’avoir jamais envisagé de se déplacer personnellement à Ashdod, une ville israélienne située à une quarantaine de kilomètres de la bande de Gaza.

 

En Algérie, l’Agence pour le rayonnement culturel, dépendant du ministère de la Culture, a vigoureusement critiqué l’annonce de la programmation du film à Ashdod.

 

« Nous condamnons vigoureusement (…) cette participation qui va à l’encontre de la position politique de l’Algérie », qui n’a pas de relation avec Israël, a écrit l’Agence dans un communiqué publié par la presse.

 

Dans sa lettre, le cinéaste franco-algérien expliqué s’être mis en relation avec des artistes palestiniens avant l’annonce de son retrait.

 

« Si je suis profondément convaincu que l’on peut boycotter beaucoup de choses mais pas la culture, je me range de leur côté parce que malgré toutes les nuances que je pourrais apporter, c’est tout d’abord à leur camp que j’appartiens », conclut-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...