Un combattant de l’EI exécute sa propre mère en public
Rechercher

Un combattant de l’EI exécute sa propre mère en public

L’homme de 21 ans aurait commis un matricide devant le bureau de poste de Rakka après qu’elle lui ait demandé de quitter le groupe jihadiste

Des combattants de l'Etat islamique dans une vidéo produite par le groupe (Crédit : capture d'écran YouTube/VICE News)
Des combattants de l'Etat islamique dans une vidéo produite par le groupe (Crédit : capture d'écran YouTube/VICE News)

Un combattant du groupe terroriste Etat islamique (EI) a publiquement exécuté sa propre mère parce qu’elle lui avait demandé de quitter ses rangs, ont déclaré une ONG de surveillance des violations des droits de l’Homme en Syrie et des témoins.

Ali Saqr, 21 ans, a exécuté sa mère de 35 ans, Lena al-Qasem, devant le bureau de poste de Rakka, ont déclaré des témoins, selon la BBC.

L’observatoire syrien des droits de l’Homme, une ONG basée à Londres, a déclaré au Washington Post que l’exécution avait eu lieu devant « des centaines de personnes » devant le bureau où travaillait al-Qasem.

L’ONG a déclaré que la mère et le fils s’étaient disputés à propos de l’engagement du fils au sein du groupe sunnite. A la suite de la dispute, le combattant a dénoncé sa mère à ses commandants, qui l’ont ensuite arrêtée.

« Sa mère lui a parlé et lui a demandé de quitter l’EI et de quitter Rakka pour aller dans une autre région de Syrie ou de Turquie », a déclaré par téléphone Rami Abdulrahman, de l’observatoire, au Washington Post. « Après ça il l’a dit à l’EI, et un, deux, trois, ils ont arrêté sa mère ».

Depuis juin 2014, a déclaré Abdulrahman, l’ONG a documenté les assassinats de plus de 3 700 personnes en Syrie, y compris 2 001 civils, 106 femmes et 77 enfants. Il a déclaré que le cas de Rakka, c’était le premier matricide dans les rangs de l’organisation dont il avait eu connaissance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...