Un général américain promet de soutenir l’armée israélienne
Rechercher

Un général américain promet de soutenir l’armée israélienne

Le chef américain de l'EUCOM, commandant des militaires américains en Europe, a rencontré le chef d'Etat-major de l'armée israélienne lors de l'exercice biannuel "Juniper Cobra"

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'Etatm-ajor Gadi Eizenkot, à gauche, serre la main au commandement du commandement américain européen Curtis Scaparrotti au siège de l'armée israélienne, à Tel Aviv, durant l'exercice de défense antimissile commun Juniper Cobra, le 11 mars 2018 (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'Etatm-ajor Gadi Eizenkot, à gauche, serre la main au commandement du commandement américain européen Curtis Scaparrotti au siège de l'armée israélienne, à Tel Aviv, durant l'exercice de défense antimissile commun Juniper Cobra, le 11 mars 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Le commandant des forces américaines en Europe a promis dimanche de soutenir l’armée israélienne dans les périodes de crise. Il se trouvait au siège de l’armée à Tel Aviv à l’occasion d’un exercice de défense antimissile conjoint connu sous le nom de Juniper Cobra.

« Les Etats-Unis sont profondément engagés en faveur de la défense d’Israël. Nous continuerons à travailler aux côtés de l’armée israélienne pour promouvoir la stabilité dans toute la région, non seulement dans le cadre de cet exercice mais en cas de toute urgence réelle », a commenté le commandant du commandement européen, l’EUCOM, le général Curtis Scaparrotti.

Il a tenu ces propos durant une rencontre avec le chef d’Etat-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot et d’autres hauts-responsables militaires, notamment le chef des renseignements, le général de division Hertzi Halevi, le chef de l’administration des opérations de l’armée, le général de division Nitzan Alon et le commandant des forces aériennes Amir Abulafia.

« Durant cette rencontre, les commandants ont discuté de la situation actuelle au Moyen-Orient et des menaces qui émergent, ainsi que des opportunités qui se présentent, notamment en termes de coopération militaire stratégique », a fait savoir l’armée israélienne dans un communiqué.

De hauts-responsables militaires israéliens et américains se rencontrent au siège de l’armée israélienne à Tel Aviv durant l’exercice de défense antimissile conjoint Juniper Cobra, le 11 mars 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Le général américain est arrivé vendredi en Israël pour superviser l’exercice Juniper Cobra auquel participeront des milliers de soldats américains et israéliens pendant plusieurs semaines.

« La visite effectuée par le général Scaparrotti prouve une fois encore l’engagement des Etats-Unis envers la sécurité de l’Etat d’Israël. C’est la neuvième fois que l’armée israélienne et les militaires américains s’entraînent côte à côte dans le cadre de l’exercice Juniper Cobra. Cet entraînement a pour objectif d’améliorer notre capacité à nous défendre contre les menaces posées par les missiles et par les roquettes et à faire avancer les capacités de nos deux armées contre des menaces variées », a déclaré Eizenkot durant la réunion.

C’est la troisième visite officielle de Scaparrotti au sein de l’Etat juif.

Dimanche dernier, les militaires des deux armées ont commencé cet exercice qui durera presque un mois et qui simulera une attaque aux missiles massive contre l’Etat d’Israël. Cet entraînement biannuel est le premier exercice pour l’EUCOM, cette année, et il est l’un des plus importants pour les soldats israéliens. 2 500 militaires issus des deux rangs y participent.

« Pendant plus de quatre semaines, ils s’entraîneront côte à côte et de la même manière que nous le ferions en temps de crise. Ce n’est pas un simple exercice », a dit aux journalistes le général de brigade Tzvika Haimovitch, commandant des forces aériennes, jeudi dernier.

Israël considère que les missiles balistiques – et plus spécifiquement les modèles de précision – sont l’une des menaces les plus significatives pour le pays sous la forme de l’arsenal massif détenu par le groupe terroriste du Hezbollah en roquettes de courte et de moyenne portées, ainsi que sous la forme des missiles balistiques que l’Iran s’efforce de développer actuellement.

Les soldats américains et israéliens déploient une batterie de défense antimissile Patriot, durant l’exercice de défense aérienne Juniper Cobra au mois de mars 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Durant l’entraînement Juniper Cobra, les meilleurs systèmes de défense antiaériens des deux pays – pour Israël, le Dôme de fer, la Fronde de David, les systèmes Patriot et Arrow et pour les Etats-Unis, les systèmes Aegis, Patriot, THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) et le système de radar TPY-2 – seront testés, dans leur majorité au cours de simulations informatiques, ont indiqué les responsables.

Selon les responsables israéliens et américains, l’objectif de cet exercice, qui existe depuis 2001, est double : Partager et échanger des connaissances sur les systèmes anti-missiles et renforcer les liens entre les deux armées afin de développer une compréhension commune en cas de guerre.

L’exercice de cette année, avec presque 5 000 participants, est le plus important jamais organisé. En 2016, Juniper Cobra avait réuni 3 200 soldats seulement. Il semble également être plus large que l’exercice antimissile balistique conjoint qui avait été organisé en 2012 sous le nom d’Austere Challenge entre les deux pays.

Tous les participants américains, sur 2 500 militaires, ne sont pas physiquement présents en Israël. Une partie d’entre eux prend part à l’exercice depuis les bases américaines aux Etats-Unis et à l’EUCOM, en Allemagne, ont fait savoir les responsables américains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...