Un groupe pro-Israël collecte 400 000 dollars pour le rival d’Ilhan Omar
Rechercher

Un groupe pro-Israël collecte 400 000 dollars pour le rival d’Ilhan Omar

Pro-Israel America, créé par d'anciens personnels de l'AIPAC, a investi pour écarter la représentante actuelle du Minnesota au Congrès

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

La représentante Ilhan Omar du Minnesota lors d'un débat organisé au cours d'un événement de campagne à Clive, dans l'Iowa, le 31 janvier 2020 (Crédit : Marcio Jose Sanchez/AP)
La représentante Ilhan Omar du Minnesota lors d'un débat organisé au cours d'un événement de campagne à Clive, dans l'Iowa, le 31 janvier 2020 (Crédit : Marcio Jose Sanchez/AP)

WASHINGTON — Un groupe pro-israélien a collecté presque 400 000 dollars pour dynamiser la candidature du principal challenger d’Ilhan Omar, membre du Congrès représentant le Minnesota, lors d’un scrutin qui aura lieu le mois prochain.

Pro-Israel America, qui soutient généralement les candidats au Congrès favorables à l’Etat juif, a annoncé mercredi avoir investi 397 000 dollars dans la campagne menée par Antone Melton-Meaux.

Melton-Meaux, avocat, se présente contre Omar lors des primaires du Minnesota qui auront lieu le 11 août.

Cette course a d’ores et déjà été marquée par des dépenses de campagne à hauteur de plus de dix millions de dollars, par une hausse des activités bénévoles et par des attaques négatives de la part des deux adversaires.

Au moment de l’écriture de cet article, Omar a une avance budgétaire sur son rival de plus de 126 000 dollars et elle a dépensé plus d’un million de dollars de plus que lui, selon des données transmises par le Center for Responsive Politics.

L’injection de liquidités de la part de Pro-Israel America a lieu alors que divers groupes pro-israéliens tentent actuellement d’écarter Ilhan Omar de son poste au Congrès américain.

Antone Melton-Meaux, l’un des quatre challengers d’Ilhan Omar lors des primaires du 11 août, le 6 juillet 2020 (Capture d’écran/YouTube)

Le comité d’action politique NORPAC, un groupe de la région de New York City qui soutient des candidats pro-israéliens, a également injecté 106 000 dollars dans la campagne de Melton-Meax.

Pro-Israel America a été fondé au mois de mars 2019 par d’anciens personnels de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee).

L’un d’entre eux, Jonathan Missner, président du conseil d’administration, a déclaré mercredi qu’Omar « a tenu des propos antisémites clivants, œuvrant continuellement à saper l’avancée de l’alliance entre Israël et les Etats-Unis ».

L’année dernière, la législatrice du Minnesota avait laissé entendre que les responsables américains apportaient leur soutien à l’Etat juif parce qu’ils étaient redevables envers les riches donateurs juifs de l’AIPAC.

« Tout ça, c’est une affaire de Benjamin, baby », avait-elle écrit sur Twitter. Quand un journaliste lui avait demandé qui payait les politiciens pour qu’ils appuient Israël, elle avait répondu : « L’AIPAC ! ».

Elle avait présenté ses excuses après les critiques de ses propos par l’ADL (Anti-Defamation League), la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, et de nombreux autres membres du parti Démocrate.

Le gouvernement israélien avait refusé l’entrée sur le territoire de l’Etat juif à Omar, ainsi qu’à Rashida Tlaib, une Américaine d’origine palestinienne et représentante du Michigan au Congrès, après le soutien qu’elles avaient apporté à la campagne BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) anti-israélienne, l’année dernière.

Selon une loi controversée adoptée en 2017, Israël peut interdire l’entrée de tout étranger faisant la promotion volontaire du boycott de l’Etat juif.

Omar, qui est l’une des deux premières musulmanes à avoir intégré le Congrès américain, est également l’une des personnalités les plus virulentes au sujet du conflit israélo-palestinien.

Elle a par exemple appelé les Etats-Unis à conditionner les aides à Israël au comportement et aux politiques adoptées par le pays à l’égard des Palestiniens.

Au mois de juin, elle a signé une lettre rédigée par Alexandria Ocasio-Cortez, qui représente un district de New York au Congrès, qui menaçait de réduire les aides en direction d’Israël si le Premier ministre Benjamin Netanyahu devait réaliser son plan d’annexion de certains pans de la Cisjordanie.

Netanyahu a juré d’annexer toutes les implantations ainsi que la vallée du Jourdain – les secteurs alloués à l’Etat juif par le plan de paix au Moyen-Orient préparé par le président américain Donald Trump, qui envisage aussi, sous conditions préalables, la création d’un Etat palestinien sur le reste du territoire et qui prévoit des échanges de terres. Cette initiative d’annexion est toutefois depuis dans l’impasse et il est difficile de dire si elle sera mise en oeuvre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...