Un Hollandais ayant poignardé des juifs a « oublié » les raisons de son geste
Rechercher

Un Hollandais ayant poignardé des juifs a « oublié » les raisons de son geste

Taha Ewis Bakri Abdel Ghani n'a pas nié les attaques de mars contre Martin Colmans et son fils Sharon, des vendeurs sur le marché Albert Cuyp à Amsterdam

Le marché Albert Cuyp Market à Amsterdam, où un père et son fils juifs ont été poignardée en mars 2019. (CC BY-SA 3.0, Michiel1972, Wikipedia)
Le marché Albert Cuyp Market à Amsterdam, où un père et son fils juifs ont été poignardée en mars 2019. (CC BY-SA 3.0, Michiel1972, Wikipedia)

AMSTERDAM (JTA) — Un Hollandais inculpé pour tentatives d’homicides volontaires contre un père et son fils juifs a déclaré avoir oublié pourquoi il les avait poignardés.

Lors de la première audience sur l’affaire, les victimes ont demandé au juge de ne pas écarter le motif religieux ou raciste, motif qui n’est pas actuellement inclus dans le document d’inculpation.

Taha Ewis Bakri Abdel Ghani n’a pas nié les attaques qui ont eu lieu en mars contre Martin Colmans et son fils Sharon, des vendeurs sur le marché Albert Cuyp à Amsterdam.

L’accusé travaillait dans un magasin sur le marché et, dans le passé, il avait eu plusieurs différends avec les Colmans et d’autres commerçants, qui s’étaient plaints aux autorités pour des comportements violents de sa part.

Lors de l’audience de jeudi, un avocat d’Ewis Bakri Abdel Ghani a présenté des évaluations psychiatriques déclarant qu’il était irresponsable mentalement pour répondre de ses actes, selon un reportage de la chaîne AT5.

En plus des accusations concernant les tentatives d’homicides de Colmans et de son fils Sharon, Ewis Bakri Abdel Ghani a été inculpé pour avoir agressé la femme de Colmans.

« Je ne sais pas ce qui s’est passé. C’est pas une période de ma vie dont je voudrais me souvenir », a déclaré Ewis Bakri Abdel Ghani à l’audience.

Ewis Bakri Abdel Ghani était devenu plus pratiquant de l’islam dans les mois qui ont précédé l’assaut, et il a notamment effectué des voyages fréquents en Egypte, a déclaré la famille Colmans. Il a commencé à prier devant son magasin, à lire le Coran et à les regarder méchamment, a déclaré la famille.

Esther Voet, la rédactrice en chef du quotidien juif NIW, qui a participé à l’audience, a écrit que l’accusé n’a pas répondu quand on l’a interrogé pour savoir si l’attaque était motivée par de l’antisémitisme, se contenant de répondre que son « beau-frère est un juge ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...