Rechercher

Un homme abattu dans une ville druze du nord d’Israël

Deux autres personnes ont été blessées par ces coups de feu survenus à Yarka ; la police a lancé une chasse à l'homme pour retrouver les suspects

Photo d'illustration : Une voiture de police dans la ville côtière israélienne de Bat Yam, le 27 février 2017. (Moti Karelitz/Flash90)
Photo d'illustration : Une voiture de police dans la ville côtière israélienne de Bat Yam, le 27 février 2017. (Moti Karelitz/Flash90)

Un homme a été tué samedi lors de coups de feu qui ont fait par ailleurs deux blessés à Yarka, une ville druze du nord du pays.

La police a indiqué de prime abord qu’une personne avait été légèrement blessée, qu’une deuxième avait été modérément touchée et que la troisième se trouvait dans un état critique. La mort de cette dernière a été finalement prononcée à l’hôpital Galilée de Nahariya.

Le défunt s’appelait Sahran Ataullah et il était âgé de 30 ans. Il devait se marier la semaine prochaine, a annoncé la Douzième chaîne.

Les deux autres victimes de ces coups de feu ont 24 et 25 ans.

Une chasse à l’homme a été lancée pour retrouver les suspects et la police a déclaré que les éléments nécessaires pour l’enquête avaient été rassemblés sur les lieux de l’incident.

Selon l’ONG Abraham Initiatives, Ataullah est le 62e citoyen arabe ou druze à avoir trouvé la mort dans le contexte d’un homicide depuis le début de l’année.

Le Premier ministre Naftali Bennett avait déclaré, la semaine dernière, que les violences et le crime dans les communautés arabes israéliennes étaient une « calamité nationale », jurant qu’il rendrait rapidement public un plan visant à s’attaquer à cette problématique.

Les villes arabes ont connu une recrudescence des violences ces dernières années dont le crime organisé est le principal moteur. Les Arabes israéliens critiquent la police qui, selon eux, ne parvient pas à réprimer les puissantes organisations criminelles et ignorent très largement les violences – querelles familiales, guerres entre gangs et violences faites aux femmes.

En 2020, 96 Arabes israéliens avaient été tués – ce qui est le chiffre de loin le plus élevé de mémoire récente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...