Un incendie causé par une menorah de Hanoukka, selon les pompiers de New York
Rechercher

Un incendie causé par une menorah de Hanoukka, selon les pompiers de New York

"Si souvent, la tragédie frappe à cette époque de l'année", a indiqué le commissaire évoquant l'incendie qui a tué une mère et trois de ses enfants, notant que le père a "agi très courageusement" pour sauver les autres

Illustration d'une hanoukkia (Crédit : Bill Frankel)
Illustration d'une hanoukkia (Crédit : Bill Frankel)

NEW YORK — Un incendie qui a ravagé une habitation de Brooklyn au sixième jour de Hanoukka, tuant une mère et trois jeunes enfants, a été déclenché par la menorah familiale qui était restée allumée, ont indiqué les pompiers.

Le département chargé des incendies a émis un communiqué lundi dans la soirée disant que les soldats du feu avaient déterminé l’origine accidentelle du désastre, causé par une « ménorah allumée laissée sans surveillance ».

Des voisins ont indiqué que la famille avait installé la ménorah dans le salon, près d’une fenêtre, tout au long de cette fête de huit jours qui est connue également sous le nom de Festival juif des lumières.

« Si souvent, la tragédie frappe à cette époque de l’année et les fêtes rendent ce drame d’autant plus difficile que nos communautés devraient être en train de se réjouir, et non de porter le deuil », a déclaré le commissaire du département des incendies, Daniel Nigro.

Les pompiers ont indiqué que les bougies laissées sans surveillance, les prises de courant surchargées, les multiprises « et un grand nombre de ces traditions auxquelles nous tenons tous chèrement » sont souvent à l’origine de sinistres.

Aliza Azana été retrouvée morte au second étage de la résidence familiale, auprès de ses enfants également décédés : Moshe, 11 ans, Yitzchak, 7 ans, et Henrietta, 3 ans. Le père et les aînés de la fratrie, deux adolescents, ont été hospitalisés dans un état grave.

En tout, ce sont neuf personnes qui se trouvaient dans la maison : le couple, leurs six enfants et un cousin. Les deux autres personnes sont parvenues à s’échapper du brasier.

L’incendie a été signalé aux environs le 2 heures 30 du matin dans le quartier de Sheepshead Bay, à Brooklyn.

Voisin et ami de la famille de longue date, Morris Levy a expliqué que la famille s’était récemment installée dans la maison.

« Une dame très agréable », a-t-il dit au New York Times. « Et une si belle famille ».

Nigro a ajouté que le père des enfants avait sauvé ses deux aînés des flammes et qu’il a été gravement brûlé alors qu’il tentait de pénétrer une nouvelle fois dans la maison.

« Nous pensons qu’il a agi très courageusement et qu’il a montré l’énergie du désespoir », a dit Nigro, selon le New York Post. « Heureusement, cela ne lui a pas coûté la vie. Cela aurait pu être le cas ».

Aliza, connue sous le surnom de Luza, était la fille du rabbin Albert Hamra, un leader de la communauté syrienne en Israël, selon le Post.

Les pompiers sont arrivés en deux minutes après le premier appel passé au 911 mais Nigro a expliqué que les flammes « consumaient » déjà les trois étages de l’habitation. Il a ajouté que les soldats du feu s’étaient heurtés aux flammes à la porte d’entrée mais qu’ils « avaient avancé de manière très énergique » parce qu’ils savaient que des gens se trouvaient à l’intérieur.

Tragedy in Flatbush …… A Facebook photo posted By their father Yossi in 2015 , shows the Azan Family on their way to…

Posted by Yechiel Goldberg on Monday, 18 December 2017

Le maire Bill de Blasio a vivement recommandé la prudence avec les décorations, les lumières électriques, les bougies et les chauffages d’appoint pendant les mois d’hiver et durant les fêtes.

« En tant que parent, il m’est impossible d’imaginer ce que cette famille est en train de traverser », a dit de Blasio.

Un certain nombre d’informations parues dans les médias en hébreu ont indiqué que les membres de cette famille étaient des ressortissants israéliens, mais le ministère des Affaires étrangères a précisé ne pas avoir connaissance de ce fait.

Au mois de mars 2015, trois filles et quatre garçons de la famille Sassoon, âgés de 5 à 16 ans, leur mère et un autre enfant avaient été grièvement blessés lorsqu’un incendie déclenché par une plaque chauffante de Shabbat, qui fonctionnait mal, avait mis le feu à leur domicile de Flatbush.

Les familles Azan et Sassoon se connaissaient, selon Yeshiva World news, et certains des enfants avaient étudié côte à côte à la Ateret Torah Yeshiva.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...