Un ministre israélien critique Obama, « messianique et naïf »
Rechercher

Un ministre israélien critique Obama, « messianique et naïf »

Les commentaires d’Hanegbi, confident de Netanyahu, interviennent un jour après la rencontre entre Obama et Netanyahu, qui ont montrés des liens amicaux

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Tzahi Hanegbi, député du Likud, pendant une réunion à la Knesset en 2010. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Tzahi Hanegbi, député du Likud, pendant une réunion à la Knesset en 2010. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un ministre du Likud, Tzahi Hanegbi, a critiqué jeudi les efforts du président américain Barack Obama pour promouvoir la paix israélo-palestinienne, un jour après la rencontre cordiale entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le dirigeant américain où ils ont annoncé un réchauffement de leurs relations.

Un jour après ce qui était probablement la dernière rencontre entre Netanyahu et Obama à leurs postes actuels, Hanegbi, un des confidents du Premier ministre, a déclaré a la radio militaire que le président américain était « naïf et messianique » dans ses discussions avec Israël.

« Pour le moment, Obama n’agit pas comme l’homme le plus puissant du monde, a-t-il déclaré, à la place, il se comporte comme un employé de la campagne d’Hillary Clinton. »

Dans leurs allocutions publiques de mercredi, Obama et Netanyahu ont présentés une joviale camaraderie. Le président américain n’a mentionné que brièvement ses efforts pour la paix avec les Palestiniens et ses inquiétudes à propos des constructions dans les implantations.

Pourtant, un haut responsable de l’administration Obama a déclaré qu’à huis clos, Obama avait plutôt évoqué « une profonde inquiétude des Etats-Unis » quant à la construction d’implantations, qui érode les perspectives de paix.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Barack Obama à New York, le 21 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Barack Obama à New York, le 21 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Netanyahu a remis en cause cette notion, a déclaré le responsable, ajoutant que les deux dirigeants n’ont pas essayé de dissimuler leurs divergences.

Cependant, un responsable israélien a déclaré que cette divergence est l’unique point de conflit entre les deux hommes, qui cherchent à mettre leurs histoires conflictuelles derrière eux.

Les commentaires d’Hanegbi mettent en évidence l’inconfort du gouvernement israélien vis-à-vis des efforts insistants d’Obama afin d’arriver à un accord sur la solution à deux états, malgré les tentatives de Netanyahu pour calmer la tension entre Washington et Jérusalem.

En 2014, alors ministre de la Défense, Moshe Yaalon, avait déclaré que le secrétaire d’Etat John Kerry était « obsessif et messianique », entrainant une lourde vague de protestation de l’administration américaine. Yaalon s’était ensuite excusé quand Netanyahu avait exprimé son mécontentement devant cette remarque.

Hanegbi n’est pas le seul à montrer les failles de cette relation. Mercredi, l’ambassadeur américain en Israël, Dan Shapiro, a déclaré qu’ Obama était déçu du manque de progrès vers une solution à deux états sous la direction du Premier ministre.

Alors qu’Obama pense encore qu’il existe une possibilité de développements positifs durant les trois mois restants avant qu’il ne quitte son bureau, il a accepté qu’il ne réussirait pas les grandes avancées qu’il espérait initialement, a déclaré Shapiro à la radio militaire depuis l’Assemblée générale des Nations unies a New York.

S’adressant à l’Assemblée générale mercredi, Obama a déclaré que les Palestiniens devaient rejeter le terrorisme et les incitations [à la violence], et que les Israéliens devaient reconnaitre qu’ils ne peuvent pas occuper de manière permanente les territoires palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...