Un Moldave retrouvé mort dans un hôtel de quarantaine à Tel Aviv
Rechercher

Un Moldave retrouvé mort dans un hôtel de quarantaine à Tel Aviv

L'homme d'une trentaine d'années, qui n'était pas un citoyen israélien, serait arrivé lundi soir ; il y aurait des signes de violence sur son corps

Illustration : les halls vides du premier étage de la gare routière centrale de Tel Aviv, le 26 juillet 2019. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Illustration : les halls vides du premier étage de la gare routière centrale de Tel Aviv, le 26 juillet 2019. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Un ressortissant moldave d’une trentaine d’années aurait été retrouvé mort mardi dans un hôtel de quarantaine COVID-19 dans le sud de Tel Aviv.

Le corps de l’homme a été découvert avec des signes de violence dans l’établissement situé près de la gare routière centrale de la ville. La police enquête sur sa mort comme un meurtre potentiel.

Selon la Treizième chaîne, l’homme, qui n’est pas un citoyen israélien, est arrivé lundi soir et s’est rendu à l’hôtel de Tel Aviv pour purger sa période de quarantaine obligatoire.

Les circonstances entourant l’arrivée de l’homme en Israël n’étaient pas immédiatement claires. Les citoyens non israéliens ne sont généralement pas autorisés à entrer dans le pays. Ils peuvent demander une autorisation d’entrée dans le cadre d’un certain nombre d’exceptions, notamment pour rendre visite à des membres de leur famille au premier degré, ou en tant qu’étudiants, certains travailleurs étrangers, diplomates et journalistes.

Pour pouvoir demander l’autorisation d’entrer, les demandeurs doivent être vaccinés contre la COVID. Si l’homme était entièrement vacciné et arrivait de Moldavie, il n’aurait pas eu besoin d’une quarantaine complète de sept jours, et serait seulement placé en isolation jusqu’à ce que les résultats de son test PCR et de son test sérologique soient enregistrés auprès du ministère de la Santé.

Pendant son séjour dans l’hôtel de mise en quarantaine, l’homme n’aurait pas dû pouvoir avoir de contact avec des personnes extérieures, et personne sans autorisation n’aurait dû être autorisée à entrer dans l’établissement.

La police israélienne a déclaré que les agents impliqués dans l’enquête portent des équipements de protection en raison de l’emplacement de la scène du crime dans l’hôtel de quarantaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...