Un nouvel avant-poste construit aux abords de Halamish après l’attentat meurtrier
Rechercher

Un nouvel avant-poste construit aux abords de Halamish après l’attentat meurtrier

Des centaines de personnes se sont rassemblées à un carrefour à proximité de l'implantation, au nord de la Cisjordanie, bloquant la circulation des Palestiniens et préparant le terrain pour une nouvelle communauté

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des adolescents juifs israéliens brandissent des drapeaux israéliens aux abords de la maison de la famille Salomon dans l'implantation juive de  Halamish dans le nord de la Cisjordanie le 220 juillet 2017 (Crédit :  Hadas Parush/FLASH90)
Des adolescents juifs israéliens brandissent des drapeaux israéliens aux abords de la maison de la famille Salomon dans l'implantation juive de Halamish dans le nord de la Cisjordanie le 220 juillet 2017 (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)

Des centaines de personnes ont convergé vers un carrefour situé aux abords de l’implantation de Halamish tard dans la nuit de samedi, commençant la construction d’un nouvel avant-poste en Cisjordanie en réponse à l’attentat meurtrier de vendredi.

Les forces de sécurité ont assisté à l’installation par les militants d’une caravane sur la route, bloquant la circulation des Palestiniens en direction du sud. Le groupe a également installé des tentes, des tables et des chaises, a annoncé le site d’information Ynet.

La construction de cet avant-poste est venu répondre, selon ses initiateurs, aux meurtres brutaux de Yossef Salomon, 70 ans, et de ses deux enfants Chaya, 46 ans, et Elad Salomon, 36 ans à Halamish dans la soirée de vendredi.

La famille Salomon était rassemblée pour un dîner de Shabbat vendredi soir afin de célébrer la naissance ce matin-là d’un petit-fils lorsque Omar al-Abed, un Palestinien de 19 ans, a fait irruption muni d’un grand couteau dans le domicile avant de commencer à poignarder les membres de la famille installée à table. L’épouse de Yossef, Tova a été grièvement blessée et emmenée à l’hôpital Shaarei Zedek à Jérusalem où elle a subi une opération samedi matin. Elle se trouve encore à l’hôpital.

Yossef et Chaya Salomon (Crédit : autorisation)
Yossef et Chaya Salomon (Crédit : autorisation)

Alors que la caravane était placée aux abords de l’implantation, un porte-parole de la communauté, qui se tenait devant la maison de la famille Salomon, a appelé le gouvernement à délivrer immédiatement des permis de construire à Halamish.

« Il y a des centaines de plans de construction qui attendent une approbation… Nous parlons ici de terrains appartenant à l’état qui n’ont été volés par personne », a expliqué Ofir Steinbaum.

Des chefs d’implantation variés sont arrivés peu de temps après la fin du Shabbat pour afficher leur soutien auprès des habitants de Halamish. Parmi eux, le président de l’organisation-cadre pro-implantation du Conseil Yesha, Avi Roeh.

« Nous interpellons ce soir le gouvernement d’Israël avec une voix claire : Renforcez les implantations (juives en Cisjordanie). Nous restons déterminés dans notre foi malgré les lourdes pertes et appelons le gouvernement à nous aider à étendre les implantations au sein du Conseil régional de Binyamin en particulier et en Judée et Samarie en général », a-t-il dit.

S’entretenant samedi soir avec le Times of Israël, une voisine et amie proche de la famille Salomon, Rachel Maoz, a indiqué que la réponse à l’attentat terroriste devait être extensive.

Elad Salomon (Crédit : autorisation)
Elad Salomon (Crédit : autorisation)

« Que ce soit par la fermeture de la route en dessous de Neve Tsuf (autre nom de Halamish) à partir de laquelle le terroriste est arrivé ou par une augmentation massive des constructions ici, nous ne permettrons pas qu’un frein soit mis au développement des communautés juives en Judée et Samarie », a expliqué Maoz, se référant à la Cisjordanie par son nom biblique.

Selon une déclaration diffusée par l’organisation d’extrême-droite Otzma Yehudit dans la nuit de samedi, les militants de cette association ont bloqué un carrefour aux abords de Naplouse, empêchant l’entrée et la sortie des Palestiniens.

« Nous ne resterons pas à rien faire alors que le sang des Juifs coule comme l’eau. Le moment est venu de sortir dans les rues et de protester contre ce gouvernement qui est humilié devant nos ennemis », a commenté l’un des chefs du groupe, Tzvi Sukkot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...