Rechercher

Un post de Jessica Seinfeld sur l’antisémitisme de Kanye West fait le tour du web

Des célébrités et des influenceurs se sont fait le relais des propos de l'épouse de Jerry Seinfeld, tandis que d'autres décrient un "faux altruisme"

Jessica Seinfeld, à gauche, et Jerry Seinfeld, attendent le début de la finale du simple messieurs du championnat de tennis US Open, le 11 septembre 2022, à New York. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)
Jessica Seinfeld, à gauche, et Jerry Seinfeld, attendent le début de la finale du simple messieurs du championnat de tennis US Open, le 11 septembre 2022, à New York. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)

JTA – Alors que les images de la bannière brandie au-dessus de l’Interstate 405 à Los Angeles et proclamant que « Kanye a raison à propos des Juifs » ont fait le tour du web ce week-end, Jessica Seinfeld a décidé de prendre position.

Auteure d’un livre de cuisine et épouse du comédien Jerry Seinfeld, elle a publié un simple texte sur fond noir, intitulé « Je soutiens mes amis et le peuple juif », et a encouragé ses 580 000 followers à le partager.

Seinfeld, qui est de confession juive, s’est exprimé deux semaines après que West, le rappeur qui se fait maintenant appeler Ye, a multiplié les déclarations antisémites sur les réseaux sociaux et dans différentes interviews, jurant notamment qu’il allait s’attaquer aux Juifs et affirmant qu’il est la cible d’une « mafia médiatique souterraine juive » et que « les Juifs possèdent la voix des Noirs ». Il a été exclu de plusieurs réseaux sociaux à la suite de ses messages.

La bannière a été déployée par des membres de la Goyim Defense League, un groupe suprématiste blanc qui se donne pour mission de distribuer de la documentation antisémite dans les communautés des États-Unis.

Pour beaucoup, la bannière est devenue emblématique de la façon dont les commentaires de West peuvent être considérés comme faisant partie d’un modèle plus large d’antisémitisme aux États-Unis – et pour Seinfeld et d’autres qui sont actifs sur les réseaux sociaux, c’est devenu le dernier élément d’une série de situations très médiatisées qui exigent des expressions publiques de solidarité.

« Si vous ne savez pas quoi dire, vous pouvez simplement dire ceci dans votre feed », a écrit Seinfeld.

La simple publication de Seinfeld n’est pas sans rappeler d’autres publications qui sont devenues virales à d’autres moments au cours des derniers mois, notamment le carré noir devenu un symbole de solidarité avec le mouvement Black Lives Matter pendant l’été 2020. Depuis qu’elle l’a publié dimanche soir, il a été partagé d’innombrables fois, y compris par des célébrités de premier plan.

Des célébrités ont relayé un post Instagram en solidarité avec les Juifs confrontés à l’antisémitisme en octobre 2022. (Crédit : Captures d’écran via Twitter, Instagram/Design par Jackie Hajdenberg/via JTA)

Si la comédienne juive Amy Schumer a été parmi les premières à partager la publication de Seinfeld et que d’autres célébrités juives, dont Gwyneth Paltrow, l’ont partagé, beaucoup des personnalités publiques qui ont élargi la portée du message font partie du public cible de Seinfeld : les non-juifs.

Jenna Bush Hager, Meghan McCain, Gemma Chan et Reese Witherspoon ont toutes partagé le message. Il en va de même pour plusieurs membres de la famille Jenner-Kardashian, qui étaient notamment liés à West ; Kim Kardashian et Kanye West ayant été mariés jusqu’au divorce du couple en mars.

Kanye West assistant à la Vanity Fair Oscar Party après la 92e cérémonie annuelle des Oscars au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts à Beverly Hills, en Californie, le 9 février 2020. (Crédit : Jean-Baptiste Lacroix/AFP)

Kim Kardashian n’a pas partagé la publication de Seinfeld ou de Schumer, mais a écrit une courte déclaration dans une story Instagram, une forme de post qui est visible pendant 24 heures.

« Les discours haineux ne sont jamais OK ou excusables », a écrit Kardashian. « Je suis solidaire de la communauté juive et j’appelle à ce que la terrible violence et la rhétorique haineuse à leur égard prennent fin immédiatement, » mais sans mentionner le lien de ce texte avec Kanye West.

Le caractère viral de la publication a suscité à la fois du soulagement et de la frustration parmi les utilisateurs juifs des réseaux sociaux. Certains s’étaient alarmés du fait que les non-Juifs ne se montreraient pas à la hauteur du problème et ne condamneraient pas l’antisémitisme avec la même force que celle avec laquelle nombre d’entre eux se sont attaqués au racisme et à la haine anti-LGBTQ.

« La libération est un projet de groupe », a tweeté dimanche le rabbin Danya Ruttenberg, universitaire en résidence au National Council of Jewish Women. « Les Juifs doivent se mobiliser pour les non-Juifs. Les blancs doivent se mobiliser pour les Noirs, les Autochtones et les personnes de couleur. Les personnes valides doivent se mobiliser pour les personnes handicapées. Les cisgenres doivent se mobiliser pour les transgenres. Nous devons tous nous rassembler pour un lendemain meilleur. Les non-Juifs, mobilisez-vous pour nous ? »

Mais certains Juifs ont rejeté la publication virale, le considérant comme un coup médiatique social qui pourrait être remplacé par une action concrète. La même critique a souvent été formulée à l’encontre des personnes qui ont partagé des publications de solidarité sur le mouvement Black Lives Matter en 2020.

« Votre carré noir avec des mots vides et le cloaque qu’est la partie commentaires ne fait rien pour démanteler l’antisémitisme et protéger la communauté juive », a écrit Debbie Lechtman, créatrice de la marque de bijoux Roots Metals et militante en ligne contre l’antisémitisme. « Alors au lieu de nous mentir et de mentir au monde entier, je préférerais que vous ne disiez rien [sic] du tout. Sérieusement. »

Lechtman a déclaré que les personnes partageant la publication de Seinfeld faisaient preuve d’un « faux altruisme » et a plutôt proposé un carrousel Instagram de 10 diapositives dans lequel elle se lamentait de ne pas être en mesure de toucher un public non juif pour ses publications régulières sur l’antisémitisme et décrivait des actions qui, selon elle, représenteraient des efforts plus significatifs, notamment « condamner l’antisémitisme de vos alliés » et « parler pour les Juifs que vous n’aimez pas ».

Pour Lechtman et d’autres personnes qui défendent un point de vue similaire, ce moment évoque des souvenirs douloureux de mai 2021, lorsqu’une flambée de violence israélo-palestinienne a déclenché un grand nombre de messages critiquant Israël. Certains utilisateurs juifs d’Instagram ont déclaré que cette avalanche de messages anti-israéliens leur a donné le sentiment d’être seuls, en particulier lorsqu’ils ont cherché à contrer les inexactitudes.

Déjà, la réponse au message de Seinfeld et à l’antisémitisme de West s’oriente vers le terrain de discorde qui caractérisait les messages à cette époque. Un utilisateur pro-israélien d’Instagram, qui fait partie d’un groupe d’activistes sionistes sur les réseaux sociaux, a publié une version trafiquée du carré de Seinfeld pour ajouter un astérisque qui se lit en partie comme suit : « tant que vous n’êtes pas sionistes, tant que vous n’êtes pas religieux, tant que vos opinions politiques s’alignent sur les miennes. »

Mais on a pu observer une forme de gratitude de la part des utilisateurs juifs des réseaux sociaux face à cette mobilisation des non-Juifs contre l’antisémitisme. Seinfeld a partagé des exemples de publications la remerciant, et d’autres utilisateurs de réseaux sociaux très suivis ont rapporté la même chose – dans une dynamique qu’une des voix les plus éminentes sur Twitter a suggérée comme étant troublante.

« Chaque fois que je tweete sur l’antisémitisme, je reçois des textes de remerciement de personnes juives dans ma vie », a écrit Yashar Ali, qui n’est pas juif, à ses 730 000 followers lundi. « C’est gracieux mais tragique. Les Juifs, qui ne représentent que 0,2 % de la population mondiale, se sentent tellement seuls dans la lutte contre l’antisémitisme qu’ils remarquent chaque fois que des non-Juifs se dressent pour eux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...