Un professeur d’université canadien suspendu pour avoir diffusé des propos antisémites
Rechercher

Un professeur d’université canadien suspendu pour avoir diffusé des propos antisémites

Anthony Hall est suspendu pour avoir soutenu des théories du complot antisémites et avoir tenu des propos négationnistes

Le bâtiment Student Union à l'université de Lethbridge, dans la province d'Alberta, Canada (Crédits : JTA/Wikimedia Commons)
Le bâtiment Student Union à l'université de Lethbridge, dans la province d'Alberta, Canada (Crédits : JTA/Wikimedia Commons)

TORONTO – Une université canadienne a suspendu un professeur qui avait soutenu des théories du complot antisémites et tenu des propos négationnistes.

L’université de Lethbridge dans la province de l’Alberta a annoncé mercredi soir qu’Anthony Hall a été suspendu sans solde, suit à l’enquête interne en cours sur l’éventuelle violation de la Loi canadienne sur les droits de la personne. Le communiqué précise qu’Hall « a été écarté de tout contact avec les étudiants ».

Hall, professeur d’éducation et d’études sur la mondialisation chevronné, il a enseigné pendant 26 ans et a un lourd passé de promoteur des théories du complot antisémites.

Le mois dernier, l’association B’nai Brith Canada, a appelé l’université à le renvoyer pour « usage de ses qualifications académiques pour négationnisme et promotion de théories du complot au sujet des attentats du 11 septembre 2001 ».

Suite à une plainte du B’nai Brith, la police locale a refusé d’accepter les plaintes à l’encontre de Hall pour les publications antisémites sur sa page Facebook. Selon la police, une tierce personne aurait publié ces propos.

Quelques heures après la décision de suspension par l’université, Hall a posté une vidéo sur YouTube, s’est exclamé violemment à l’intention du B’nai Brit, disait que le groupe avait « pris le contrôle de l’administration de mon université ».

Anthony Hall (Crédit : autorisation)
Anthony Hall (Crédit : autorisation)

Hall co-présente une série sur YouTube appelée « False Flag Weekly News », dans laquelle il soutient des théories selon lesquelles les juifs et les sionistes sont derrière une série d’attaques terroristes sous « fausse bannière », à commencer par les attentats à New York le 11 septembre 2001. Il apparaît également sur une vidéo qui soutient un « débat ouvert » au sujet de l’Holocauste.

En août, le Centre pour Affaires juives et israéliennes de la Fédération juive de Calgary avait demandé à l’université de l’exclure des salles de classe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...