Un professeur d’université de Californie supprime son compte Twitter antisémite
Rechercher

Un professeur d’université de Californie supprime son compte Twitter antisémite

Abbas Ghassemi a désactivé son compte qui comptait plus de 2 200 tweets ; il prétendait notamment que les États-Unis étaient contrôlés par des "sionistes avares"

Professeur Abbas Ghassemi, de l’Université de Californie Merced. (Autorisation : UC Merced / via JTA)
Professeur Abbas Ghassemi, de l’Université de Californie Merced. (Autorisation : UC Merced / via JTA)

J. the Jewish News of Northern California via JTA – Un professeur enseignant à la faculté d’ingénierie de l’Université de Californie de Merced a tenu un compte Twitter aux nombreux posts antisémites. Le contenu a été décrit par l’Anti-Defamation League comme « répugnant » et propageant des « stéréotypes antisémites ».

Le compte d’Abbas Ghassemi, ouvert en juillet 2019, a été désactivé après que le média J. lui a envoyé une demande de commentaires le 18 décembre. Mais le journal a pu créer une archive et prendre des captures d’écran de certains de ses tweets avant la fermeture. Il avait publié des messages et retweeté plus de 2 200 fois.

Capture d’écran d’un tweet du compte du professeur Abbas Ghassemi.

Le 14 juin, Ghassemi a tweeté : « … la réalité est cruelle !!!!!! » avec le schéma d’un « cerveau sioniste » avec des étiquettes telles que « lobe de l’argent frontal », « centre de mémoire de l’Holocauste » et « lobe de domination mondiale ». Cette même image se trouve également sur le site internet Jew World Order, qui colporte des théories du complot antisémite.

Le 8 décembre, en réponse à la victoire de Joe Biden aux élections américaines, Ghassemi a retweeté le post d’un autre utilisateur Twitter avec le commentaire : « Surprise, surprise !! Le système entier en Amérique est contrôlé par [ce] sioniste. Le changement de président n’est qu’un vernis de surface, un changement de vitrine. Même poubelle, différent tas ! »

De nombreux tweets de Ghassemi utilisaient « IsraHell » au lieu d’« Israël ».

Le 13 décembre, il a retweeté un post en ajoutant le commentaire suivant : « Les sionistes et les intérêts d’Israël se sont intégrés dans toutes les composantes du système américain, les médias, les banques, la politique, le commerce… en faisant semblant d’être au service des intérêts et de la population américaine – tout le monde prétend que c’est le cas. »

Ghassemi a tweeté des articles similaires sur le prétendu contrôle des « sionistes » et d’Israël sur certaines composantes des États-Unis à huit autres reprises entre octobre et décembre.

Ghassemi n’a pas répondu aux questions de J. envoyées par courrier électronique par l’intermédiaire de l’université et par message direct via Twitter.

Bien que la section biographie de son profil Twitter indique « Professeur d’ingénierie à l’Université de Californie », un porte-parole de l’Université de Californie de Merced a déclaré : « Comme le compte Twitter désormais inactif l’indique clairement, les opinions publiées sont celles d’un particulier, et non celles de l’institution. »

Capture d’écran du compte Twitter d’Abbas Ghassemi. (Via JTA)

Jim Chiavelli, vice-chancelier adjoint du Bureau des relations extérieures de l’école, a ajouté : « En vertu des principes de notre communauté, UC Merced s’engage à ‘défendre le droit à la liberté d’expression et à encourager une culture de dialogue, de compréhension et de courtoisie dans toutes les interactions’. »

Chiavelli n’a pas précisé si l’université envisageait de prendre des mesures contre Ghassemi.

Seth Brysk, directeur de la région du Pacifique centre de l’ADL, a affirmé que les publications, retweets et commentaires de Ghassemi sur Twitter « fournissaient de parfaits exemples de propagande vulgaire et antisémite, des allégations mensongères sur le pouvoir et le contrôle juifs, des tentatives de déshumanisation et de diabolisation du peuple juif, de négation du sentiment national juif et du droit du peuple juif à l’autodétermination, de banalisation de l’Holocauste, d’insinuations sur l’avidité juive, etc ».

« C’est profondément injurieux », a ajouté Brysk.

Brysk a déclaré que les tweets de Ghassemi « semblaient enfreindre la réglementation de la plateforme de Twitter du fait de la haine dirigée contre un groupe ». Bien que la politique de Twitter sur les comportements haineux ne mentionne pas explicitement l’antisémitisme, la compagnie « interdit de cibler des individus ou des groupes par des contenus destinés à instiller la peur ou à répandre des stéréotypes effrayants contre une catégorie protégée ».

Fondée en 2005, l’Université de Californie de Merced est située à un peu plus de 200 kilomètres au sud-est de San Francisco, à mi-chemin entre Modesto et Fresno. Au cours de l’année universitaire 2019-2020, le nombre total d’étudiants de premier, deuxième et troisième cycles était de 8 847.

Selon le lien vers sa biographie sur le site de Merced, Ghassemi a obtenu sa maîtrise en génie chimique à l’Université de l’Oklahoma en 1979, puis a commencé des études supérieures à l’Université d’État du Nouveau Mexique en 1988. Selon son profil LinkedIn, il a travaillé et enseigné à l’Université d’État du Nouveau Mexique jusqu’en 2015 et a rejoint Merced en février 2018.

Jusqu’au début de l’année dernière, il était rédacteur en chef d’Energy Sources, une revue spécialisée consacrée à l’énergie et à l’environnement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...