Un quatrième scrutin en deux ans est désormais une certitude en Israël
Rechercher
Analyse

Un quatrième scrutin en deux ans est désormais une certitude en Israël

Une décision de la Cour Suprême veut mettre fin au gouvernement israélien, malade depuis longtemps, et tout le monde, de la gauche, de la droite et du centre, prépare la campagne

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Les responsables comptent les bulletins de vote des élections à la Knesset de Jérusalem, le 4 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
Les responsables comptent les bulletins de vote des élections à la Knesset de Jérusalem, le 4 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Parfois, il est important d’énoncer une évidence : le 35e gouvernement de l’État d’Israël était un gâchis hésitant et boiteux.

Il n’a pas pu adopter de budget, a lutté pour élaborer des restrictions cohérentes en matière de coronavirus, a souvent échoué à faire appliquer celles qu’il avait réussi à approuver et n’a pas pu pourvoir les postes vitaux de la fonction publique – du chef de la police aux principaux responsables de la santé publique.

Il n’a même pas pu coordonner entre ses partenaires en querelle les mesures de base visant à rationaliser les nouvelles mesures de normalisation régionale, le Premier ministre Benjamin Netanyahu ayant insisté pour que ses partenaires de Kakhol lavan restent loin des feux de la rampe et du mérite.

C’est ce cloisonnement qui a poussé le ministère de la Défense à signer un nouvel accord avec le Pentagone assurant à Israël un « avantage militaire qualitatif » après la découverte surprise que l’accord de paix des EAU incluait, officieusement, une flotte de F-35 pour Abou Dhabi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le Premier ministre d’alternance et ministre de la Défense Benny Gantz donnent une conférence de presse à Tel Aviv, le 27 juillet 2020. (Tal Shahar/POOL/Flash90)

On peut donc comprendre que beaucoup considèrent comme une aubaine le fait que la fin d’un tel gouvernement soit maintenant imminente.

Quatre événements survenus ces derniers jours ont permis de clarifier ce point et de lever tout doute.

Les sous-marins de Gantz ne sont que le début

Le premier, comme déjà noté, a été la décision du ministre de la Défense Benny Gantz cette semaine d’établir une enquête sur « l’affaire des sous-marins ». L’enquête présentera ses conclusions dans quatre mois – juste à temps pour le jour des élections si la 23e Knesset, comme prévu, est dissoute faute de pouvoir adopter un budget de l’Etat pour 2020 d’ici le 23 décembre.

En d’autres termes, le chef de Kakhol lavan Gantz fait un pas qu’il a appris de Netanyahu : l’exercice du pouvoir a ses avantages politiques, et seul un idiot ne les utiliserait pas. Juste avant le jour des élections, un rapport du ministère de la Défense sera rendu public, qui mettra en lumière les allégations de corruption qui ont pris au piège certains des plus proches conseillers de Netanyahu.

Furieux du refus persistant de Netanyahu d’adopter un budget d’État dans ses manœuvres incessantes pour s’assurer que la rotation de Gantz comme Premier ministre n’arrive jamais, Gantz a commencé à jouer la carte de la fermeté.

La commission centrale électorale compte les bulletins restants des soldats et des votes par correspondance à la Knesset à Jérusalem, le 10 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Mais Gantz a peu de cartes à jouer à ce stade. Son meilleur espoir est d’effrayer Netanyahu avec la perspective d’une élection qui arrive un peu trop tôt pour son confort.

La pandémie plane toujours sur les perspectives politiques de Netanyahu. Il est confronté à un grand mécontentement de l’opinion publique concernant la gestion de la crise par son gouvernement. Ce mécontentement a conduit le chef de droite Naftali Bennett à contester avec une force surprenante son gouvernement. Depuis plusieurs mois, il a régulièrement obtenu dans les sondages plus de 20 sièges à la Knesset, un chiffre étonnant pour un parti qui n’a remporté que six sièges lors des élections de mars dernier.

La nouvelle enquête sur les sous-marins de Gantz ne peut signifier que deux choses. La première : Il se prépare à une élection et veut donner l’impression d’être dur avec Netanyahu pour la campagne – dans ce cas, les élections de mars sont pratiquement inévitables. La seconde : il espère toujours préserver la coalition, mais il a renoncé à la stratégie consistant à donner à Netanyahu tout ce qu’il veut dans l’espoir que le gouvernement continue à bafouiller. Il essaie maintenant d’effrayer Netanyahu avec une élection en mars en pleine pandémie, dans l’espoir de forcer Netanyahu à éviter le gouffre et de fournir un budget d’État et quelques mois de vie supplémentaires au gouvernement chancelant.

Netanyahu préfère une élection en juin pour une raison simple. Les vaccins contre le coronavirus devraient arriver au cours du premier semestre de l’année prochaine. Si le budget 2020 n’est pas adopté d’ici le 23 décembre, Netanyahu devra faire face à un électorat encore largement non vacciné en mars, peut-être après une nouvelle vague de confinement et avec un puissant Yamina et beaucoup de colère publique qui continueront à détourner les électeurs du Likud.

Il aurait préféré adopter un budget pour 2020, puis ne pas adopter le budget de l’Etat pour 2021 avant la fin du mois de mars, déclenchant ainsi des élections dans le mois de juin, mois doux et potentiellement post-pandémique.

Le ministre de la Défense de l’époque Naftali Bennett s’exprime lors d’une visite à la Midreshet Lindenbaum for Women à Jérusalem, le 16 février 2020. (Gershon Elinson/Flash90)

Gantz a promis beaucoup d’autres initiatives telles que l’enquête des sous-marins. Un mémo envoyé dimanche aux députés de Kakhol lavan en dit long : « Nous disposons de nombreux outils politiques et parlementaires pour faire face au fait que le Likud ne tient pas sa promesse envers les citoyens d’Israël [en ne votant pas le budget de l’État]. Nous n’hésiterons pas à les utiliser dans un avenir proche, jusqu’à la dissolution de la Knesset, si elle se dissout ».

Le Likud s’oppose déjà à plusieurs projets de loi, comme celui qui étend l’accès aux mères porteuses pour les couples homosexuels. Ces projets sont préparés précisément pour que le Likud ait une chance de s’y opposer, et que Kakhol lavan puisse lancer sa campagne sur une question de principe.

Les députés vont voter pour augmenter leurs fonds de campagne

Alors que le partenariat Netanyahu-Gantz, jamais très solide dans le meilleur des cas, touche à sa fin, le journal économique Calcalist a été le premier à remarquer cette semaine une initiative avancée par plusieurs partis politiques visant à augmenter le financement de la campagne publique pour les prochaines élections de plus de 400 000 NIS par député – soit plus de 50 millions NIS en tout.

Un soldat israélien vote dans un bureau de vote mobile sur le mont Hermon, sur le plateau du Golan, le 2 mars 2020. (Armée israélienne)

La raison invoquée par les partis politiques qui envisagent le projet : Une élection en pleine pandémie pourrait prendre plusieurs jours et nécessiter plus de personnel et des frais généraux plus importants pour les observateurs des bureaux de vote et pour le dépouillement.

Bien entendu, une élection en pleine pandémie est une élection qui a lieu avant que la majeure partie des vaccins n’arrive dans le pays. En mars, par exemple.

Le gouvernement vote pour donner plus d’argent à tout le monde

Et puis il y a ce que les Israéliens appellent « l’économie électorale », qui bat son plein actuellement. Au cours des deux dernières semaines, les politiciens sont devenus étonnamment généreux en accordant des allocations gouvernementales lucratives et des subventions aux principales circonscriptions.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu vote à Jérusalem, le 17 septembre 2019. (Heidi Levine/AFP)

La décision coûteuse de faire acheter des produits fabriqués en Israël par les conseils locaux et le système de santé a longtemps été bloquée par les comptoirs du ministère des Finances. Cette décision est aujourd’hui passée à la hâte au cabinet, sous les acclamations de l’Association des fabricants d’Israël, le principal groupe de défense des intérêts des fabricants du pays.

La semaine dernière, plus d’un milliard de shekels ont été approuvés pour les localités israéliennes proches de la bande de Gaza. Comme l’a fait remarquer le journal économique Globes, un chèque similaire (bien que plus modeste) a été adressé aux villes proches de Gaza en novembre 2018, alors que le système politique commençait à s’effondrer en vue des élections d’avril 2019.

Le bureau du Premier ministre et le ministère de l’Enseignement supérieur, détenu par le Likud, ont annoncé l’octroi de 800 millions de NIS supplémentaires aux étudiants pour aider ceux qui ont perdu leur emploi ou ont été financièrement pénalisés par la pandémie à poursuivre leurs études.

Et après avoir adopté un programme de subvention de 50 millions de NIS pour les communautés druzes et circassiennes, Netanyahu a annoncé la décision en tweetant : « Nous vous aimons ! »

Le chef spirituel des druzes israélien Sheikh Muafak Tarif arrive au rassemblement où des membres de sa communauté et ses soutiens ont manifesté contre la loi sur l’Etat-nation juif à Tel Aviv, le 4 août 2018 (Crédit : AFP PHOTO / JACK GUEZ)

Plus de retards, dit la Cour suprême

Mais le clou, le dernier clou dans le cercueil de la coalition, a peut-être été donné mardi par la Cour suprême.

Une requête déposée devant la Cour soutient que la Knesset a violé les Lois fondamentales en repoussant au 23 décembre la date limite du budget 2020, déjà longtemps repoussée, pour le mois d’août, évitant ainsi la dissolution de la Knesset pour des élections anticipées en août. Il n’est pas certain que la Cour suprême puisse revendiquer le droit d’annuler la prolongation du mois d’août, car elle a été adoptée comme un amendement à la Loi fondamentale à part entière.

Mais la question n’est pas de savoir ce que la cour va décider – mais plutôt que la cour a élargi mardi le panel qui examinera la requête à un nombre inhabituel de neuf juges et a ordonné à l’État de soumettre sa réponse à la requête avant le 15 décembre.

La juge en chef Esther Hayut a également réprimandé le gouvernement lors de l’audience de mardi pour avoir enfreint la loi régissant le calendrier budgétaire. Le gouvernement devait soumettre le budget de l’Etat pour examen le 1er novembre afin de s’assurer qu’il ait une chance d’être adopté avant le 23 décembre. La loi ne sanctionne pas les hommes politiques qui ne le font pas, et le gouvernement de Netanyahu n’est pas le premier à enfreindre les dispositions relatives à la présentation du budget – mais la loi a néanmoins été violée.

Onze juges de la Cour Suprême participent à une session de la Cour sur les recours déposés contre le gouvernement envisagé à Jérusalem, le 3 mai 2020. (Yossi Zamir/POOL)

Le panel élargi, les réprimandes de la présidente de la Cour suprême et la volonté même de la Cour d’examiner si le contournement des lois budgétaires par la Knesset est constitutionnel sont autant de signes que la Cour pense qu’il peut y avoir un problème juridique avec les retards budgétaires sans fin.

La Cour a-t-elle l’intention d’annuler la prolongation du mois d’août ? Il est presque certain que non. D’une part, elle n’a peut-être pas l’autorité nécessaire pour le faire. D’autre part, comme dit le proverbe, le cheval a déjà quitté l’écurie. La réponse du gouvernement n’est pas attendue avant la mi-décembre, donc aucune audition et certainement pas de décision finale n’est prévue avant l’échéance budgétaire du 23 décembre – date à laquelle la Knesset doit soit adopter un budget, soit convoquer des élections.

Pourquoi prévoir une audience spectaculaire de neuf juges une fois que la décision n’aura plus d’importance ?

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz s’entretient avec les médias après avoir voté à Rosh Haayin, Israël, le 2 mars 2020. (Crédit : AP / Sebastian Scheiner)

La réponse est simple : en guise d’avertissement.

Adoptez un budget ou déclenchez une élection, la cour vous fait signe, mais ne tardez plus. Si vous essayez de modifier à nouveau les lois budgétaires pour gagner un nouveau délai pour le budget de l’État, comme l’implique l’injonction, le tribunal pourrait annuler le délai et forcer l’élection de toute façon.

Il n’est pas clair si le tribunal a ce pouvoir ; il est certain qu’il fait de son mieux pour faire réfléchir les politiciens à tout retard supplémentaire.

La fin est proche

L’intérêt primordial de Kakhol lavan a longtemps été de faire durer le gouvernement le plus longtemps possible, dans l’espoir d’atteindre la date de rotation de novembre 2021, date à laquelle Gantz deviendra Premier ministre.

Cet intérêt s’est maintenant retourné : Netanyahu est moins bien noté dans les sondages qu’à tout autre moment de l’année dernière. Gantz sait qu’il ne sera pas Premier ministre. Il apparaît clairement à Kakhol lavan que plus vite le gouvernement tombera, plus Netanyahu sera mal en point et plus il aura de chances de survivre pour se battre un jour de plus.

Il est difficile d’échapper au sentiment que tout le monde – opposition, coalition, Cour suprême et tous ceux qui se trouvent entre les deux – semble de plus en plus désireux de mettre fin à la saga torturée du 35e gouvernement israélien, fragile et fracturé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...