Mettant en péril le gouvernement, Gantz lance une enquête sur les sous-marins
Rechercher

Mettant en péril le gouvernement, Gantz lance une enquête sur les sous-marins

Selon le ministre de la Défense, l'enquête sur les pots-de-vin touchant des proches de Netanyahu examinera le rôle du cabinet du Premier ministre dans l'achat de navires militaires

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le Premier ministre d'alternance et ministre de la Défense Benny Gantz donnent une conférence de presse à Tel Aviv, le 27 juillet 2020. (Tal Shahar/POOL/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le Premier ministre d'alternance et ministre de la Défense Benny Gantz donnent une conférence de presse à Tel Aviv, le 27 juillet 2020. (Tal Shahar/POOL/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a annoncé dimanche qu’il allait former une commission gouvernementale pour enquêter sur le processus irrégulier d’achat de sous-marins et de corvettes, une affaire qui a déjà abouti à des mises en accusation de plusieurs proches collaborateurs du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ainsi que de hauts responsables militaires, mais pas du Premier ministre lui-même.

L’affaire dite des sous-marins, également connue sous le nom de « Affaire 3000 », concerne des allégations de corruption massive dans le cadre de l’achat par l’État de plusieurs milliards de shekels de navires militaires au constructeur naval allemand ThyssenKrupp.

Netanyahu, qui, selon l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon, a abusivement pris en main l’achat des sous-marins à ThyssenKrupp, a déjà bloqué plusieurs tentatives de création d’une commission d’enquête parlementaire.

La décision de Gantz de mettre en place la commission d’enquête gouvernementale, qui fonctionnera sous les auspices du ministère de la Défense, pourrait attiser les tensions avec Netanyahu et mettre en péril le gouvernement d’unité déjà dysfonctionnel.

Le ministre de la Défense Benny Gantz (à gauche) avec les membres d’une nouvelle commission d’enquête gouvernementale sur l’Affaire 3000 dite des sous-marins, le 22 novembre 2020. (Ariel Hermoni /Ministère de la Défense)

Le cabinet du ministre de la Défense a déclaré dans un communiqué que la commission, qui sera dirigée par le juge à la retraite Amnon Straschnov, sera spécifiquement chargée d’étudier le rôle du cabinet du Premier ministre dans l’achat des navires militaires, ainsi que celui de l’Agence de sécurité nationale et du ministère de la Défense.

La déclaration souligne que Gantz a pris la décision de créer la commission après avoir tenu de nombreuses consultations avec d’anciens membres de haut niveau des institutions juridiques et de sécurité.

Le ministre de la Défense Benny Gantz (à gauche) avec le juge à la retraite Amnon Straschnov, chef de la commission d’enquête gouvernementale sur l’Affaire 3000 dite des sous-marins, le 22 novembre 2020. (Ariel Hermoni /Ministère de la Défense)

« À la lumière de ces consultations et des informations actuelles dont il dispose, Gantz est parvenu à la conclusion qu’une enquête formelle menée par une commission du ministère de la Défense pourra faire la lumière sur certains des processus qui ont conduit à l’acquisition de sous-marins et de patrouilleurs, en examinant les procédures et l’exécution des contrats », est-il déclaré.

Alors que plusieurs des proches collaborateurs de Netanyahu sont inculpés dans l’affaire 3000, qui concerne des soupçons selon lesquels des fonctionnaires israéliens ont été soudoyés pour pousser à l’acquisition de navires et de sous-marins de ThyssenKrupp, le Premier ministre n’a pas été impliqué et le procureur général a déclaré qu’il n’était pas un suspect.

Le scandale concerne également la vente de deux sous-marins de la classe Dolphin et de deux navires de guerre anti-sous-marins par l’Allemagne à l’Égypte, prétendument approuvée par Netanyahu sans consultation ni notification au ministère de la Défense. Les critiques et les rivaux de Netanyahu allèguent qu’il avait un possible conflit d’intérêts autour de la transaction énorme de ces navires.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l’INS Tanin, sous-marin construit par la firme allemande ThyssenKrupp, à son arrivée en Israël, le 23 septembre 2014. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

David Shimron, l’avocat personnel et petit-cousin de Netanyahu, était à l’origine soupçonné d’avoir servi de médiateur dans un accord de corruption dans l’affaire des sous-marins, mais cette accusation a été abandonnée par la police et il est plutôt accusé de blanchiment d’argent. Avriel Bar-Yosef, l’unique choix de Netanyahu comme conseiller à la sécurité nationale, est accusé de demande de pot-de-vin, d’acceptation de pot-de-vin, d’escroquerie et d’abus de confiance.

Les autres principaux suspects dans cette affaire sont Miki Ganor, le représentant de ThyssenKrupp en Israël, qui est accusé de corruption, de blanchiment d’argent et de délits fiscaux ; Eliezer Marom, un ancien chef de la marine israélienne, qui est accusé de corruption, de blanchiment d’argent et de délits fiscaux ; et David Sharan, un ancien assistant de Netanyahu et du ministre de l’Energie Yuval Steinitz, qui est accusé de corruption, d’abus de confiance et de blanchiment d’argent.

En octobre, le ministère public a déclaré à la Cour suprême de justice qu’il estime que rien ne justifie l’ouverture d’une enquête criminelle sur Netanyahu à ce sujet.

Netanyahu est déjà jugé pour fraude et abus de confiance dans trois autres affaires, et pour corruption dans l’une d’entre elles. Il nie tout méfait et se dit victime d’une tentative de coup d’État politique impliquant la police, les procureurs, l’opposition de gauche et les médias.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Le bureau de Gantz a déclaré que les conclusions de la commission seront présentées dans un délai de quatre mois et qu’elles seront rendues publiques dans une « transparence totale ».

« Le ministre de la Défense a chargé les membres de la commission de travailler avec l’échelon professionnel du ministère de la Défense et leur a souligné qu’ils sont tenus d’effectuer leur travail de manière indépendante, sans l’implication des échelons politiques », souligne la déclaration.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (au centre), le chef d’état-major de Tsahal de l’époque Benny Gantz, (à gauche), et le ministre de la Défense Moshe Yaalon assistent à une cérémonie marquant l’arrivée de l’INS Tanin, un sous-marin de classe Dolphin AIP, sur une base navale dans la ville de Haïfa, au nord du pays, le 23 septembre 2014. (AP Photo/Amir Cohen, Pool)

Au cours de la campagne, Gantz a demandé la création d’une commission d’État pour enquêter sur l’affaire des sous-marins, mais ces derniers mois, le parti Kakhol lavan s’est abstenu de voter sur plusieurs projets de loi visant à établir une telle commission d’enquête, qui ont tous été rejetés en raison d’un manque de soutien à la Knesset.

Sa décision est susceptible de déclencher une crise de coalition, le président de la coalition, Miki Zohar, a immédiatement réagi à l’annonce en déclarant que « la décision de Gantz de mettre en place une commission d’enquête sur les sous-marins n’est rien de moins qu’un acte de défi contre le Likud et son chef ».

Zohar a ajouté que « bien que Gantz soit parfaitement conscient que Netanyahu n’a rien à voir avec l’histoire des sous-marins, il s’efforce de le discréditer tout en risquant l’intégrité de la coalition ».

« Aujourd’hui, nous avons reçu une nouvelle preuve que Gantz entraîne de force Israël aux élections en pleine crise mondiale. Je suis désolé qu’au lieu d’aider le Premier ministre dans ses efforts pour fournir des vaccins aux citoyens d’Israël, Gantz essaie de récupérer les sièges de certains détracteurs de Netanyahu », a déclaré Zohar.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...