Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Un suprémaciste français écroué après son extradition de Bosnie

Alexis Issaurat a été mis en examen concernant quatre dossiers : la première affaire concerne des propos antisémites et la deuxième vise des propos appelant notamment à la "guerre raciale"

Alexis Issaurat, militant néo-nazi français arrêté en Bosnie
Alexis Issaurat, militant néo-nazi français arrêté en Bosnie

Un suprémaciste niçois, Alexis Issaurat, extradé lundi de Bosnie-Herzégovine vers Paris, a été mis en examen le jour-même dans quatre dossiers distincts et écroué, a indiqué mardi le parquet de Paris, sollicité par l’AFP.

Âgé de 36 ans, il était recherché par les autorités françaises qui peinaient à le rapatrier dans l’Hexagone malgré un feu vert de longue date des autorités bosniennes.

Il a été interpellé sur place le 27 décembre en possession d’armes de guerre et a fait l’objet d’une mesure d’expulsion du territoire bosnien et d’interdiction d’y revenir, a précisé le parquet.

Lundi soir, il a été mis en examen concernant les quatre dossiers pour lesquels il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt et placé en détention provisoire pour deux d’entre eux, selon le ministère public.

La première affaire concerne des propos antisémites au préjudice de M. X, en raison de sa prétendue implication dans le site internet « Balance ton antisémite ».

La deuxième vise des propos sur Telegram appelant notamment à la « guerre raciale » visés par une plainte de l’association SOS Racisme. La troisième des menaces proférées à l’encontre de l’ex-procureur de Nice, désormais procureur général de Nîmes, Xavier Bonhomme. Et la quatrième pour des menaces de mort au préjudice d’une tiktokeuse remontant à 2021.

Alexis Issaurat a donc été mis en examen pour de nombreuses infractions, parmi lesquelles apologie publique de crime contre l’humanité, menaces de mort aggravées, provocation publique non suivie d’effet à commettre une atteinte volontaire à la vie, injure publique aggravée, etc.

D’après le parquet, M. Issaurat est suspecté d’avoir ciblé le procureur de Nice car celui-ci avait diligenté plusieurs procédures et « notamment une instruction ayant donné lieu à l’émission d’un mandat d’arrêt à son encontre pour participation à une organisation criminelle, détention d’arme, incitation à la haine ».

Alexis Issaurat « avait alors posté des vidéos sur YouTube expliquant qu’il allait commettre un meurtre de masse sur le territoire français courant 2019-2020 », a encore détaillé le parquet.

En 2022, il déclarait à l’AFP avoir combattu en Ukraine au sein du bataillon Azov, qui a attiré de nombreux militants de l’extrême droite française, « pendant sept, huit mois » en 2014-2015.

« Je suis nationaliste, identitaire, pro-Blancs et Européens, donc j’agis par solidarité avec les nationalistes ukrainiens contre le bolchévisme, pour la défense de l’Europe et de l’Occident », expliquait à l’AFP cet homme déjà condamné à plusieurs reprises en France pour violences, détention, trafic et usage d’armes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.