Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Un terroriste du Hamas à l’origine d’un complot mondial tué près de Tyr – Tsahal

Selon Israël, Hadi Mustafa est un "agent clé" de la planification d'attentats contre des Israéliens et des Juifs ; une source du groupe terroriste réfute ; un Syrien a aussi été tué

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des pompiers éteignant une voiture en feu après qu'elle a été touchée par une attaque de drone israélien, dans la région de Tyr, au sud du Liban, le 13 mars 2024. (Crédit : AFP)
Des pompiers éteignant une voiture en feu après qu'elle a été touchée par une attaque de drone israélien, dans la région de Tyr, au sud du Liban, le 13 mars 2024. (Crédit : AFP)

Une attaque de drone israélien sur un véhicule près de la ville libanaise de Tyr a tué mercredi deux personnes, dont un terroriste du Hamas qui, selon Israël, a joué un rôle majeur dans la planification d’attaques terroristes contre des Israéliens et des Juifs dans le monde entier.

L’attaque d’une voiture à l’extérieur d’un camp de réfugiés palestiniens dans le sud du Liban est la dernière opération israélienne à l’intérieur du Liban et survient un jour après que la région frontalière agitée entre les deux pays a été le théâtre de salves considérables de roquettes tirées par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah en direction d’Israël.

La frappe en plein jour, qui a également tué un passant, a transformé un véhicule près de Rashidieh, dans la banlieue de Tyr, en une épave délabrée et en flammes. Un photographe de l’AFP a vu des secouristes ramasser des restes humains sur les lieux.

Le Hamas a identifié l’une des victimes comme étant Hadi Mustafa, qui était membre du groupe terroriste palestinien.

Des pompiers éteignant une voiture en feu après qu’elle a été touchée par une attaque de drone israélien, dans la région de Tyr, au sud du Liban, le 13 mars 2024. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne a déclaré avoir pris Mustafa pour cible, le décrivant comme un « agent clé » du groupe terroriste et une « figure de proue » d’une unité du Hamas au Liban dirigée par Samir Fandi, qui a été assassiné à Beyrouth en même temps que le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, en janvier.

« Hadi était impliqué dans la direction d’escadrons terroristes et dans des activités terroristes sur le terrain, y compris la préparation d’attaques contre des cibles israéliennes et juives dans divers pays à travers le monde », a déclaré Tsahal dans un communiqué.

Toutefois, une source au sein du groupe terroriste a déclaré à Reuters que Mustafa n’était pas un haut responsable.

Deux sources de sécurité ont déclaré qu’un civil syrien qui passait à moto a également été tué dans la frappe.

Les trois sources ont déclaré que le drone a plané dans l’air au-dessus du site de la frappe pendant plusieurs minutes après qu’elle a été effectuée. Israël a ensuite diffusé une vidéo montrant la frappe, visiblement prise à partir du drone.

Cette attaque risque de faire monter d’un cran les tensions déjà vives, Israël ayant averti à maintes reprises qu’il serait contraint de lancer une opération militaire contre le Hezbollah au Liban si les efforts diplomatiques visant à mettre fin aux attaques et à éloigner le groupe terroriste de la frontière israélienne étaient infructueux.

Mardi, le Hezbollah a déclaré avoir lancé « plus de 100 roquettes Katioucha » sur deux bases militaires situées sur le plateau du Golan. Les roquettes du Hezbollah n’ont fait aucun dégât ni blessé, et des images ont montré que certains projectiles avaient été interceptés par le système de défense antiaérienne Dôme de fer.

Le Hezbollah a déclaré que les attaques étaient une réponse à une frappe israélienne lundi soir près de Baalbek, un bastion du Hezbollah à l’intérieur du Liban qui borde la Syrie à l’est. L’armée a affirmé avoir pris pour cible des installations appartenant à « l’unité aérienne » du Hezbollah. Le groupe terroriste a fait état de la mort d’un civil dans cette frappe.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah a attaqué quasi-quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, affirmant qu’il le faisait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les frappes ont suscité des réactions quotidiennes de la part d’Israël. La plupart des escarmouches se sont toutefois limitées à des zones proches de la frontière.

Mercredi matin, de nouvelles roquettes ont été tirées sur le nord d’Israël, déclenchant les sirènes du kibboutz Hanita, dans le nord du pays. Une roquette a échoué en territoire libanais, tandis que deux autres ont atterri dans des champs ouverts sur le plateau du Golan, sans faire de blessés.

Israël n’a pas revendiqué la responsabilité de l’attaque du 2 janvier dans le sud de Beyrouth ayant tué al-Arouri et Fandi, mais lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a laissé entendre qu’Israël y était pour quelque chose, déclarant publiquement qu’il avait éliminé le quatrième plus haut responsable du groupe terroriste et qu’il s’en prendrait également aux autres.

Des personnes passant devant un bâtiment endommagé à la suite d’une frappe aérienne israélienne, sur la ville de Baalbek, dans le centre-est du Liban, le 12 mars 2024. (Crédit : AFP)

La guerre a éclaté lorsque des terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 253 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle.

Israël a frappé plus de 4 500 cibles du Hezbollah au Liban depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, a indiqué l’armée mardi.

Selon les estimations de Tsahal, au cours des cinq mois d’escarmouches quotidiennes le long de la frontière, plus de 300 terroristes du Hezbollah ont été tués, dont cinq commandants de haut rang, et 750 autres ont été blessés par les frappes israéliennes.

Le Hezbollah a affirmé que 244 de ses membres avaient été tués.

Quarante autres membres d’autres groupes terroristes ont également été tués lors de frappes sur le sud-Liban, ainsi qu’un soldat libanais et au moins trente civils, dont trois journalistes.

Les échanges de tirs quasi-quotidiens le long de la frontière israélo-libanaise ont causé la mort de sept civils du côté israélien et de dix soldats et réservistes de Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.